5 minutes 5 ans

APRÈS CETTE SAISON PLUS QUE DÉCEVANTE, L’HEURE EST AU BILAN INDIVIDUEL ET À L’ANALYSE DES ÉLÉMENTS POSITIFS ET NÉGATIFS DE CETTE ANNÉE DÉSASTREUSE. AUJOURD’HUI, BOBAN MARJANOVIC…

Statistiques en moyenne 2016-2017 :

  • 28 ans – Deuxième saison en NBA – $7.000.000 millions annuels
  • Matches joués : 35 apparitions
  • Minutes : 293 minutes jouées (8.4 par match)
  • Points : 5.5 points
  • Rebonds : 3.7 rebonds
  • Passes : 0.3 passe
  • Interceptions : 0.2 interception
  • Contres : 0.3 contre
  • % Shoots : 54.4% aux tirs
  • % Trois-points : 00.0% à 3-pts
  • % Lancers-francs : 81% aux lancers-francs
  • Ballons perdus : 0.3 turnover
  • Fautes : 0.7 faute
  • Note de la rédaction : C+

UNE SOUS-UTILISATION INCOMPRÉHENSIBLE

Signé l’été dernier pour un joli contrat de $21.0 millions sur trois saisons, Boban Marjanovic est venu poser ses bagages dans le Michigan pour apporter sa taille, son envergure et son intelligence de jeu. Avec un contrat aussi lourd, on s’attendait à voir le pivot serbe bien plus que trente cinq fois cette saison. En effet, malgré toutes les atouts qu’il possède dans sa panoplie, force est de constater que $7.0 millions annuels pour seulement 272 minutes dans la saison, cela revient relativement cher, qui plus est dans le Salary Cap des Pistons déjà bien rempli. Cependant, ceci ne dépendait en aucun cas de Boban Marjanovic puisque c’est bel et bien Stan Van Gundy qui décide de la rotation de son équipe. La saison du géant de 28 ans est donc pleinement énigmatique, tout d’abord en juillet dernier où sa signature semblait loin d’être une priorité estivale importante et ensuite au cours de la saison où il a pu grignoter exclusivement les miettes d’un Andre Drummond catastrophique ou d’un Aron Baynes irrégulier. 

UN APPORT POURTANT PRÉCIEUX

Néanmoins, sur les peu de fois où Boban Marjanovic a joué, il s’est montré important de part son impact dans la raquette. En effet, il possède un très bon jeu au poste qui lui facilite la finition près du panier. Son envergure lui permet de dissuader dans la raquette et de capter efficacement les rebonds. De plus, les défenses adverses sont obligées de se concentrer uniquement sur lui, les forçant souvent à commettre de nombreuses fautes ce qui envoie Marjanovic sur la ligne des lancers-francs à plusieurs reprises mais également de libérer les shooteurs extérieurs des Pistons. Cependant, il rencontre quelques difficultés à suivre le rythme des possessions successives durant les matches. Il met énormément de temps à revenir ou à se replacer en défense. Par contre, Stan Van Gundy aurait bien pu le faire jouer sur l’ensemble des 82 matches, avec un temps de jeu à hauteur de huit ou dix minutes par match car il peut être précieux sur de courtes séquences. Pour conclure, cette saison était avant tout un test pour le pivot serbe, étant donné que Aron Baynes ne devrait pas activer sa player option lors de l’été à venir afin de parapher un meilleur contrat (sûrement pas à Detroit vu la faible flexibilité financière disponible), Marjanvoic pourrait être propulsé back-up dès la saison prochaine.

2 commentaires sur « Boban Marjanovic, l’énigme serbe »

Laisser un commentaire