6 minutes 5 ans

APRÈS CETTE SAISON PLUS QUE DÉCEVANTE, L’HEURE EST AU BILAN INDIVIDUEL ET À L’ANALYSE DES ÉLÉMENTS POSITIFS ET NÉGATIFS DE CETTE ANNÉE DÉSASTREUSE. AUJOURD’HUI, DARRUN HILLIARD & REGGIE BULLOCK…

Statistiques en moyenne 2016-2017 :

Darrun Hilliard

  • 24 ans – Deuxième saison en NBA – $874.000 annuels
  • Matches joués : 39 apparitions (une titularisation)
  • Minutes : 381 minutes jouées (9.8 mins par match)
  • Points : 3.1 points
  • Rebonds : 0.9 rebonds
  • Passes : 0.8 passe
  • Interceptions : 0.3 interception
  • Contres : 0.1 contre
  • % Shoots : 37% aux shoots
  • % Trois-points : 27.3% à trois-points
  • % Lancers-francs : 73.1% aux lancers-francs
  • Ballons perdus : 0.7 turnover
  • Fautes : 1.0 faute
  • Note de la rédaction : D+

Reggie Bullock

  • 26 ans – Cinquième saison en NBA – $2.5000.000 millions annuels
  • Matches joués : 31 apparitions (cinq titularisations) 
  • Minutes : 467 minutes jouées (15.1 mins par match)
  • Points : 4.1 points
  • Rebonds : 2.1 rebonds
  • Passes : 0.9 passe
  • Interceptions : 0.5 interception
  • Contres : 0.0 contre
  • % Shoots : 40% aux shoots
  • % Trois-points : 34.3% à trois-points
  • % Lancers-francs : 71.4% aux lancers-francs
  • Ballons perdus : 0.3 turnover
  • Fautes : 0.7 faute
  • Note de la rédaction : D+

LE BANC COMME MEILLEUR AMI

A l’instar de Boban Marjanvoic, Darrun Hilliard et Reggie Bullock ont souffert de la gestion parfois douteuse de Stan Van Gundy. En effet, le statut des deux arrières au sein de la rotation n’a pas cessé d’évoluer au cours de la saison, tantôt présents dans les garbage times, tantôt collés au bout du banc. Leur saison est profondément marquée par le manque de confiance que Van Gundy fait preuve envers ses joueurs. C’est au demeurant l’un des problèmes majeurs du coach / président des Pistons : son envie constante de posséder une petite rotation composée de neuf joueurs peut parfois avoir des conséquences désastreuses sur les matches de son équipe. Par ailleurs, Hilliard a été envoyé en D-League pour y disputer quatre rencontres avec les Grand Rapids Drive. Dominant facilement les débats (23.5 points 5.8 rebonds à 46% aux shoots), l’ancien pensionnaire de Villanova avait été très rapidement rappelé dans l’effectif de Detroit pour ainsi retrouver sa très chère place sur le banc. Reggie Bullock, quant à lui, a certes joué moins de matches que son coéquipier mais a eu la chance de faire ses preuves durant 467 minutes cette saison contrairement aux 381 minutes de Hilliard. Titulaire à cinq reprises (dû à la blessure de KCP), Bullock n’est pas parvenu à intégrer la rotation de Stan Van Gundy malgré la fatigue et l’irrégularité offensive de Kentavious Caldwell-Pope. 

DES SOLDATS A l’AFFÛT

Même si les deux shooteurs de Detroit paraissent sous-utilisés par le coach des Pistons, leurs présences sur le parquet sont souvent conclues par un bilan positif étant donné qu’ils apportent leur énergie défensive ainsi que leurs qualités au shooting, ce qui permet en réalité de corriger les points faibles les plus handicapants de la franchise du Michigan cette saison. De plus, Darrun Hilliard et Reggie Bullock restent des joueurs intelligents qui ont conscience de leur rôle quand ils rentrent sur le parquet, ils exécutent à la lettre les consignes de Stan Van Gundy en utilisant leurs forces pour impacter positivement sur le sort d’une rencontre, tout en se battant au maximum afin de cacher leurs principales faiblesses. Pour conclure, malgré une très petite utilisation, Bullock et Hilliard ont su jouer le rôle de guerrier au col bleu afin d’amener dans le jeu des Pistons ce qu’ils savent faire le mieux à savoir shooter à sept mètres, tout en maintenant une énergie appréciée dans ce jeune groupe qui rencontre tant de difficultés à conserver cette dose d’intensité défensive. 

Laisser un commentaire