5 minutes 5 ans

APRÈS CETTE SAISON PLUS QUE DÉCEVANTE, L’HEURE EST AU BILAN INDIVIDUEL ET À L’ANALYSE DES ÉLÉMENTS POSITIFS ET NÉGATIFS DE CETTE ANNÉE DÉSASTREUSE. AUJOURD’HUI, ARON BAYNES…

Statistiques en moyenne 2016-2017 :

  • 30 ans – Cinquième saison en NBA – $6.500.000 millions annuels
  • Matches joués : 75 apparitions (deux titularisations)
  • Minutes : 1 163 minutes jouées (15.5 mins par match)
  • Points : 4.9 points
  • Rebonds : 4.4 rebonds
  • Passes : 0.4 passe
  • Interceptions : 0.2 interception
  • Contres : 0.5 contre
  • % Shoots : 51.4% aux tirs
  • % Trois-points : 00.0% à 3-pts
  • % Lancers-francs : 84% aux lancers-francs
  • Ballons perdus : 0.7 turnover
  • Fautes : 2.2 fautes
  • Note de la rédaction : C+

UN BÛCHERON AGRESSIF 

Auteur d’une première saison irrégulière mais correcte (6.3 points 4.7 rebonds en 15.2 minutes) sous la tunique des Pistons, Aron Baynes avait montré de bonnes choses l’année dernière mais son apport réel laissait à désirer notamment sur sa capacité à impacter des deux côtés du parquet lors de ses entrées. Cependant, ce constat a totalement évolué cette saison puisque le pivot australien nous a gratifié d’une panoplie de grosses prestations : 20 points 8 rebonds contre OKC ainsi que 13 points 17 rebonds contre Phoenix. Outre les statistiques (qui ne dévoilent en aucun cas l’ensemble des éléments de la saison d’un joueur, qui plus est un profil comme Baynes), l’intérieur de 30 ans a montré une constante envie ponctuée d’une énergie et d’une intensité appréciées au sein de ce jeune groupe tantôt immature, tantôt passif. Par ailleurs, contrairement à sa première campagne dans le Michigan, Aron Baynes a réellement été utile en pratiquant un basket physique et juste avec beaucoup moins de déchets aux rebonds ou encore aux shoots. 

UN INTÉRIEUR UNIQUE A DETROIT

Si la saison de l’ancien Spurs reste de manière générale positive, c’est relativement dû à son profil qui peut paraître à première vue unique et rare à Motor City. En effet, son rôle d’intérieur « guerrier » énergétique avec un apport régulier n’apparaît pas dans le jeu des deux autres pivots des Pistons : Boban Marjanovic et Andre Drummond. D’ailleurs, l’international australien a parfaitement su profiter de leurs saisons particulières puisque la gestion mystérieuse de Stan Van Gundy concernant Marjanovic et l’attitude déplorable de Drummond ont permis à Aron Baynes d’empocher de plus longues séquences afin de prouver à quel point il peut être indispensable par son attitude exemplaire ainsi que sa régularité. Toujours concentré et concerné, la future probable perte de Baynes (Player Option à $6.5 millions que le joueur ne devrait pas activer afin de tester le marché à la recherche d’un plus gros contrat) pourrait faire du mal à la franchise du Michigan, surtout si Boban Marjanovic rencontre des difficultés à suivre la cadence de 82 matches.

Laisser un commentaire