Site icon Daily Motown

Tobias Harris, l’élément régulier

Publicités

APRÈS CETTE SAISON PLUS QUE DÉCEVANTE, L’HEURE EST AU BILAN INDIVIDUEL ET À L’ANALYSE DES ÉLÉMENTS POSITIFS ET NÉGATIFS DE CETTE ANNÉE DÉSASTREUSE. AUJOURD’HUI, TOBIAS HARRIS…

Statistiques en moyenne 2016-2017 :

UN LEADER OFFENSIF

Arrivé en échange de Brandon Jennings et Ersan Ilyasova lors de la NBA Trade Deadline la saison passée, Tobias Harris fut l’élément le plus important pendant les derniers mois de compétition puisque la franchise du Michigan a retrouvé une place en Playoffs au cours d’un sprint final parfaitement géré par les hommes de Stan Van Gundy. Après un été productif composé d’un régime alimentaire spécifique et de séances d’entraînements individuelles, l’ailier-fort de 24 ans apparaissait à la pré-saison comme le joueur ayant le plus progressé. En effet, Harris a débuté son exercice 2016-2017 sur les chapeaux de roue avec quatorze prestations à plus de 15 points (dont sept à au moins 20 points) sur les vingt premiers matches de la saison. L’ancien joueur du Magic a respecté comme il se le doit son rôle d’arme offensive majeure des Pistons malgré une défense encore inconstante.

UNE RÉGULARITÉ CAPITALE

Afin de rééquilibrer la défense de son effectif, Stan Van Gundy a pris la décision de propulser Jon Leuer dans le cinq majeur, relayant ainsi Tobias Harris sixième homme du roster. Ce choix a permis d’améliorer la défense collective des titulaires et par la même occasion la production offensive du banc qui rencontrait jusqu’à là, quelques difficultés à être efficace en attaque. Malgré le changement de rôle durant la saison, l’ailier-fort de Detroit s’est admirablement adapté à son nouveau statut grâce notamment à sa panoplie offensive complète : shoot à trois-points en progression, bonne réussite aux lancers-francs, plus grande utilisation des pénétrations… Mais l’élément qui a clairement été le plus impressionnant chez Tobias Harris fut sa capacité à être régulier tout au long de l’année que ce soit dans ses stats ou dans sa production réelle. 

Quitter la version mobile