5 minutes 5 ans

APRÈS CETTE SAISON PLUS QUE DÉCEVANTE, L’HEURE EST AU BILAN INDIVIDUEL ET À L’ANALYSE DES ÉLÉMENTS POSITIFS ET NÉGATIFS DE CETTE ANNÉE DÉSASTREUSE. AUJOURD’HUI, MARCUS MORRIS…

Statistiques en moyenne 2016-2017 :

  • 27 ans – Sixième saison en NBA – $4.625.000 annuels
  • Matches joués : 79 apparitions
  • Minutes : 2 565 minutes jouées (32.5 mins par match)
  • Points : 14.0 points
  • Rebonds : 4.6 rebonds
  • Passes : 2.0 passes
  • Interceptions : 0.7 interception
  • Contres : 0.3 contre
  • % Shoots : 41.8% aux tirs
  • % Trois-points : 33.1% à 3-pts
  • % Lancers-francs : 78.4% aux lancers-francs
  • Ballons perdus : 1.1 turnovers
  • Fautes : 2.1 fautes
  • Note de la rédaction : C+

UNE PILE ELECTRIQUE IMPORTANTE

Arrivé lors de l’été 2015 en provenance des Phoenix Suns (accompagné de Reggie Bullock) contre un simple choix du second tour de Draft 2020, Marcus Morris avait surpris tout l’état du Michigan pour sa première saison en tant que Piston. En effet, il s’était montré important dans les systèmes de Stan Van Gundy par son énergie, son intensité mais surtout son jeu au poste d’une propreté et d’une efficacité rares. Cette saison, bis repetita pour « Mook » qui – malgré la saison désastreuse de son équipe – a parfaitement respecté son rôle de moteur de l’équipe en apportant sa régularité offensive ainsi que sa combativité dans une équipe qui en manque tant. C’est pour toutes ces raisons que Morris fait d’ores et déjà office de joueurs indispensables et irremplaçables mais également de part son contrat très léger dans une NBA qui ne cesse d’exploser.

UN LEADER VOCAL

Si la franchise du Michigan n’est pas parvenue à se qualifier pour les Playoffs, c’est en grande partie dû aux manques d’expérience, de vétérans et de leaders au sein du roster encore jeune, dirigé par Stan Van Gundy. Cependant, dans ce marasme de joueurs trop tendres, certains éléments se sont démarqués en devenant de réels leaders vocaux et Marcus Morris en fait partie. En effet, il a pris les choses en mains en levant la voix à des moments opportuns. L’ailier de 27 ans a joué un véritable rôle important dans le vestiaire même si cela n’a pas toujours porté ses fruits sur les résultats de l’équipe. Face aux Cleveland Cavaliers notamment, le coach / président des Pistons avait souligné après un énième comeback victorieux que le discours de Morris à la mi-temps et aux temps-morts avaient eu des conséquences bénéfiques sur le déroulement du match. Pour sa secondes année à Detroit, Marcus Morris a su montré l’exemple sur et en dehors du parquet à ses nombreux coéquipiers encore immatures par son indéniable envie et sa soif de vaincre.  

Laisser un commentaire