5 minutes 5 ans

APRÈS CETTE SAISON PLUS QUE DÉCEVANTE, L’HEURE EST AU BILAN INDIVIDUEL ET À L’ANALYSE DES ÉLÉMENTS POSITIFS ET NÉGATIFS DE CETTE ANNÉE DÉSASTREUSE. AUJOURD’HUI, REGGIE JACKSON…

Statistiques en moyenne 2016-2017 :

  • 27 ans – Sixième saison en NBA – $14,956,522 annuels
  • Matches joués : 52 apparitions
  • Minutes : 1 424 minutes jouées (27.4 mins par match)
  • Points : 14.5 points
  • Rebonds : 2.2 rebonds
  • Passes : 5.2 passes
  • Interceptions : 0.7 interception
  • Contres : 0.1 contre
  • % Shoots : 41.9% aux tirs
  • % Trois-points : 35.9% à 3-pts
  • % Lancers-francs : 86.8% aux lancers-francs
  • Ballons perdus : 2.2 turnovers
  • Fautes : 2.5 fautes
  • Note de la rédaction : D

UNE BLESSURE DESTRUCTRICE 

Auteur d’une saison remarquable, Reggie Jackson apparaissait l’année dernière comme l’artisan majeur du retour en Playoffs des Pistons grâce notamment à son sang froid lors des money-times ou encore sa capacité à rendre meilleur ses coéquipiers (surtout Andre Drummond). Cependant, le meneur de 27 ans a violemment été stoppé dans son élan positif par une tendinite au genou lors de sa préparation en septembre dernier. Durant son absence, les Pistons ont dû accélérer l’adaptation du nouveau back-up Ish Smith. Après quelques matches compliqués, la recrue estivale s’est avérée être une très bonne roue de secours capable d’apporter de l’énergie et du collectif aux systèmes de Stan Van Gundy. Alors que les médecins lui conseillaient de prolonger sa rééducation, Jackson a décidé de revenir plus tôt, afin de retrouver au plus vite sa place de titulaire, ce qui représente a posteriori la plus grosse erreur de la saison. En effet, le groupe se déchirait, les mauvais résultats s’enchaînaient, les rumeurs explosaient pendant que Reggie Jackson peinait à retrouver son niveau initial.  

UNE CONNEXION AVEC DRUMMOND BRISÉE 

De plus, l’échec collectif que la franchise du Michigan a connu cette année est en partie dû au fait, que la principale force du groupe est devenue en l’espace de quelques mois la plus grande faiblesse de l’équipe. La connexion avec Andre Drummond a montré à plusieurs reprises les limites qu’elle incarnait sur sa capacité à mener les Pistons offensivement. En effet, alors qu’en 2015-2016, les Pistons se plaçaient comme l’une des meilleures équipes en terme d’utilisation et d’efficacité sur pick-and-roll, cette année les défenses adverses ont su trouver des solutions défensives face à ce système simpliste utilisé par les hommes de Stan Van Gundy, en manque d’originalité offensive. Pour conclure, Reggie Jackson porte sur ses épaules l’échec considérable de la saison des Pistons de part son retour précipité, sa mauvaise gestion des possessions, ses shoots forcés… D’ailleurs, il est encore aujourd’hui – comme lors de la NBA Trade Deadline – au cœur des rumeurs de départs à l’instar de son ami Andre Drummond. 

Laisser un commentaire