5 minutes 5 ans

Après une saison décevante (10ème avec un triste bilan de 37 victoires pour 45 défaites), la franchise du Michigan a plus que besoin de se renforcer en changeant et modifiant certains aspects de son effectif. Cependant, les travaux estivaux s’annoncent d’ores et déjà compliqués étant donné les dépenses effectués lors des deux derniers étés : les prolongations de Reggie Jackson en 2015 ($80.0 millions sur cinq années) puis celle d’Andre Drummond il y a un an ($120.0 millions sur cinq saisons), les signatures de Jon Leuer ($42.0 millions sur quatre saisons) et Boban Marjanovic ($21.0 millions sur trois années) mais également l’arrivée de Tobias Harris en février 2016 (avec un contrat à hauteur de $64.0 millions sur quatre années). Sans oublier que Stan Van Gundy, Jeff Bower et Tom Gores clament depuis plusieurs mois leur envie de prolonger au max l’arrière Kentavious Caldwell-Pope, ce qui ajouterait donc un énième pavé dans le Salary Cap des Pistons qui commencent à être rempli à ras-bord (huitième plus gros de la ligue), de part les transactions successives que la franchise se devait de réaliser pour que le projet jeune et prometteur mis en place par Stan Van Gundy puisse poursuivre une continuité logique.

Capture
 

(cliquez sur la photo pour l’agrandir) source : Spotrac

 

En somme, le front office de Detroit devra se montrer méticuleux durant tout l’été concernant leur mercato. En effet, les dirigeants savent qu’ils ont peu de moyens financiers mis à leur disposition pour renforcer un groupe qui a tant besoin d’améliorations pour progresser. D’après Vincent Ellis du Detroit Free Press, les Pistons sont donc enclin à utiliser la Mid-Level Exception (MLE) qui est une petite enveloppe offerte pour aider les franchises ayant dépassé le Salary Cap autorisé à se renforcer. Cette option se décline en plusieurs variantes :

  • $5.46 millions par an sur quatre saisons maximum pour les équipes qui sont encore sous la Luxury Tax
  • $3.38 millions par an sur trois saisons maximum pour les équipes situées au-dessus de la Luxury Tax
  • $2.81 millions la première année avec une augmentation de 4.5% pour la seconde année, sur deux saisons maximum pour les équipes qui sont encore sous le Salary Cap. (appelée la Room Mid-Level Exception (RMLE) )

Par ailleurs, toujours selon le Detroit Free Press, quelques renforts seraient ciblés par la franchise du Michigan qui compte donc bel et bien opter pour la Mid-Level Exception (MLE) comme outil principal de recrutement. Les noms qui circulent dans les bureaux de Detroit seraient ceux de Ian Clark des Golden State Warriors et James Young des Boston Celtics. 

Une réflexion sur “ Les Pistons forcés d’utiliser la MLE pour recruter ?

Laisser un commentaire