11 minutes 6 ans

A quelques heures de l’ouverture de la Free Agency, les Pistons semblent enfin prêts à écouter les offres, tout en cherchant un moyen de renforcer leur groupe qui a besoin de plusieurs améliorations, malgré un salary cap bien rempli. En effet, le coach / président des Pistons Stan Van Gundy a récemment tenu une conférence de presse à Orlando (lieu où se déroule la Summer League) afin de délivrer aux médias locaux les objectifs fixés par les dirigeants en vue du mois de juillet.

CONSERVER KENTAVIOUS CALDWELL-POPE

« Nous perdrons Kentavious Caldwell-Pope seulement si nous décidons que nous ne voulons plus de lui. Il n’y a aucune équipe qui peut décider de le recruter, c’est notre décision. Ce sera notre choix s’il est à Detroit la saison prochaine. D’autres équipes peuvent le vouloir mais ils auront besoin de notre accord pour l’avoir. Nous pensons que KCP est un très très jeune joueur qui a d’ores et déjà été une pièce importante de notre groupe. Il a 24 ans et est toujours en progrès. Il est le joueur que nous voulons qu’il soit et nous cherchons un moyen de poursuivre son développement. »

STAN VAN GUNDY

C’est en effet la « priorité » estivale selon Stan Van Gundy car la logique de son projet suggère que Kentavious Caldwell-Pope prolonge, surtout après sa bonne saison où il apparaissait au milieu de cette année désastreuse comme l’un des seuls éléments positifs de l’équipe grâce notamment à sa défense et son attitude irréprochable. Néanmoins, après les échecs que furent les nouveaux contrats de Reggie Jackson et Andre Drummond, les dirigeants de Detroit pourraient être légèrement plus prudents et réfléchis concernant le choix à venir. Même si les deux camps souhaitent continuer l’aventure ensemble, force est de constater que les Pistons ne peuvent pas prolonger l’arrière de 24 ans au max sans que cela entraîne officiellement l’implosion du salary cap des Pistons (sauf si la franchise échange Reggie Jackson et / ou Andre Drummond.) Par conséquent, Caldwell-Pope pourrait bien rester dans le Michigan si Stan Van Gundy accepte de lui offrir ce qu’il souhaite à savoir le contrat maximum à hauteur de $120.0-130.0 millions sur cinq saisons. Cependant, Detroit pourra égaler toutes les offres le concernant, ce qui permettrait d’économiser quelques millions. En tout cas, cette extension pourrait bien dicter toute la Free Agency des Pistons, ce sera l’élément révélateur de l’avenir du « projet de SVG ».

UN MENEUR VÉTÉRAN ET UN PIVOT AU MINIMUM ?

« Nous voulons être sûrs d’avoir le poste (de meneur de jeu) couvert par quelqu’un ayant une grande expérience, juste pour être couvert. Nous sommes confiants concernant Reggie (Jackson) et sa situation, mais je pense que nous avons clairement vu la saison passée la valeur que peut avoir un gars comme Beno (Udrih) par exemple et je pense que nous préférerions un gars avec une expérience NBA. Nous recherchons des arrières (ndlr. des guards), notre concentration se trouve exclusivement là-dessus, et ensuite un troisième pivot qui sera plus ou moins un gars au minimum. »

STAN VAN GUNDY

Comme Beno Udrih l’a si bien fait l’année dernière, Stan Van Gundy semble également enclin à signer un meneur vétéran afin de posséder un joueur capable d’endosser à la perfection le rôle de troisième meneur derrière Reggie Jackson et Ish Smith. Depuis la fin de la saison, le coach / président des Pistons ne cesse de souligner la jeunesse de son groupe en rappelant le grand nombre de signes d’immaturité montré par ses joueurs lors des défaites mais surtout pendant la longue crise interne de Noel, ce qui explique en grande partie les raisons de cibler un vétéran capable d’apporter son expérience NBA au sein une équipe encore trop tendre. De plus, avec le départ d’Aron Baynes et les incertitudes autour de Boban Marjanovic, le front office souhaite tout de même signer un troisième pivot, à première vue un intérieur au minimum (entre $905.000 et $1.6 millions selon le nombre d’années en NBA) étant donné que Jon Leuer voire Henry Ellenson peuvent être des options utilisées au poste de pivot.

LA MLE, L’OUTIL MAGIQUE DE STAN VAN GUNDY ?

La franchise du Michigan devra se montrer méticuleux durant tout l’été concernant leur recrutement En effet, les dirigeants savent qu’ils ont peu de moyens financiers mis à leur disposition pour guérir un groupe malade, qui a tant besoin d’améliorations pour progresser. Ainsi, les Pistons seront forcés d’utiliser la Mid-Level Exception (MLE) qui est une petite enveloppe offerte aux franchises ayant dépassé le salary cap autorisé afin de se renforcer. Cette option se décline en plusieurs variantes :

  • $5.46 millions par an sur quatre saisons maximum pour les équipes qui sont encore sous la Luxury Tax
  • $3.38 millions par an sur trois saisons maximum pour les équipes situées au-dessus de la Luxury Tax
  • $2.81 millions la première année avec une augmentation de 4.5% pour la seconde année, sur deux saisons maximum pour les équipes qui sont encore sous le Salary Cap. (appelée la Room Mid-Level Exception (RMLE)

Le salary cap de la franchise pointe pour l’instant à $97.3 millions (pour un salary cap fixé à $99.0 millions) en vue de la saison prochaine, en incluant le contrat de Josh Smith, coupé en décembre 2014, ce qui a permis à Detroit d’étaler son contrat jusqu’en 2020 pour un salaire annuel de $5.3 millions. En revanche, ces $97.3 millions ne prennent pas en compte tout les free agents de cet été : Aron Baynes qui a décliné sa Player Option, Kentavious Caldwell-Pope, Reggie Bullock et Beno Udrih. Si l’arrière des Pistons prolonge au max, Tom Gores serait forcé de payer la Luxury Tax car l’équipe dépasserait les $119.0 millions autorisés.

6 commentaires sur « Les objectifs estivaux ont été fixés par Stan Van Gundy »

Laisser un commentaire