10 minutes 5 ans

Arrivé à Detroit en échange de l’ailier Marcus Morris, Avery Bradley a été présenté à la presse hier soir en compagnie de Stan Van Gundy et Reggie Jackson (présent dans l’assemblée pour accueillir son nouveau coéquipier). En effet, les médias locaux ont pu poser quelques questions à l’arrière de 26 ans ainsi qu’au coach / président des Pistons concernant les raisons de cette transaction alors que le front office pouvait s’assurer la présence de Kentavious Caldwell-Pope pour cinq années.

Interviewé par les journalistes présents à Auburn Hills, Van Gundy se félicite d’avoir conclu cet échange, car l’ancien joueur de Boston correspond parfaitement à ce que les dirigeants recherchaient dans cette période estivale à savoir de la défense, du shooting du caractère et du playmaking

« Il n’y a pas vraiment de point négatifs avec lui . C’est un joueur qu’on est vraiment très content d’accueillir dans un rôle de leader. Avec lui et Reggie (Jackson), on pense avoir une des meilleures lignes arrières de la ligue et on a de grosses attentes pour Avery (Bradley) en attaque. Il peut défendre sur les deux postes arrières et on a hâte de l’accueillir chez nous. C’est difficile de cocher toutes les cases avec un seul joueur, mais on l’a fait avec Avery. Il est un des meilleurs two-way guards de la ligue. Il a progressé chaque année. Donc il n’y a vraiment rien de négatif. Il est le défenseur de notre équipe qui a le plus fait ses preuves, et je pense que son leadership dans ce domaine est la clé. Mais vous ne pouvez pas défendre avec un ou deux gars, tout le monde doit défendre »

STAN VAN GUNDY

Alors que Bradley préfère quant à lui, souligner ses ambitions collectifs en signant ici, à Motor City. Il souhaite ramener la culture Bad Boys, le basket « nasty » qui a forgé l’histoire de la franchise du Michigan :

« Il y a beaucoup de personnes qui ont été tristes mais c’est un sentiment incroyable pour moi. C’est un nouveau chapitre et une grande opportunité de jouer avec de grands joueurs comme Reggie Jackson ou Andre Drummond. Je suis heureux d’être ici et j’espère que les fans sont excités de ce que je vais apporter à cette ville, car je vais tout laisser sur le terrain. J’espère pouvoir apporter un style de jeu différent, nasty. Je vois quelques personnes avec des casquettes Bad Boys là-bas. J’aime ça. C’est ce que nous voulons apporter. Nous voulons à nouveau ramener un titre à Detroit. J’ai toujours eu cette mentalité et une fois que j’ai atteint ce niveau j’ai compris que la défense faisait gagner les matchs. Quand vous arrivez à tout donner en défense, cela inspire les autres et c’est toujours ce que je recherche. Je veux que l’on soit une des meilleures équipes NBA car nous avons les joueurs pour, c’est juste un état d’esprit et une envie de suivre le coach, pour que tout le monde soit impliqué »

AVERY BRADLEY

Par ailleurs, l’ancien pensionnaire des Longhorns du Texas est satisfait de pouvoir côtoyer un coach du calibre de Stan Van Gundy. Sous-estimé par les fans NBA mais respecté dans le milieu étroit de la ligue, le coach à la moustache bien brossée pourrait bien faire progresser l’arrière de 26 ans, du moins d’après le principal intéressé :

« C’est un coach incroyable. J’ai toujours voulu avoir l’opportunité de jouer pour quelqu’un comme lui, quelqu’un qui vous responsabilise, qui vous pousse. Sans rien enlever à Brad Stevens ou Doc Rivers, ce sont deux grands coachs, mais j’ai le sentiment que c’est un coach qui peut me pousser tous les jours et m’aider à atteindre mon potentiel maximum. En tant que joueur NBA, on veut toujours avoir l’opportunité de montrer notre jeu au maximum. Et je pense que coach Van Gundy va me permettre de le faire. »

AVERY BRADLEY

De plus, l’ex-pitbull celte compte bien utiliser à Detroit  ses sept saisons passées dans le Massachusetts, afin d’exploiter au mieux toutes les connaissances acquises aux côtés de leaders comme Paul Pierce ou Kevin Garnett : 

« Je vais être un leader à ma manière, je vais donner l’exemple, parler quand il faudra parler mais je vais travailler tous les jours, en espérant pouvoir partager certaines de mes habitudes avec les gars plus jeunes, et qu’ils puissent partager avec moi aussi. J’ai eu la chance d’apprendre avec des KG et des Paul Pierce, entre autres. Ces gars m’ont aidé à être un professionnel sur et en dehors du terrain. Je veux faire la même chose ici dès le premier jour. Vous ne pouvez pas devenir un bon joueur simplement en sautant haut ou en courant vite, il faut beaucoup travailler, être très concentré. Il y a la vidéo à étudier, entre autres. Il faut s’y mettre dès le début, et je vais apporter tout ça à cette équipe et essayer de nous aider à progresser et à construire de meilleures habitudes. »

AVERY BRADLEY

Tournant à 16.3 points 6.1 rebonds 2.2 passes 1.3 interceptions à 46.3% aux shoots dont 38.8 à 3-pts, Avery Bradley était le chouchou du TD Garden de part sa combativité, son intensité, son attitude, son énergie et sa défense. Une page s’est clairement tournée dans l’histoire verte de Boston puisque l’arrière de 26 ans était le dernier rescapé du Big Three champion en 2008. 

Laisser un commentaire