5 minutes 5 ans

Arrivé à Detroit en juillet 2016, Ish Smith avait signé un contrat garanti de trois saisons pour $21.0 millions, afin de renforcer ce qui était le plus gros point faible des Pistons à savoir le poste de meneur backup, où Steve Blake peinait à se rendre utile derrière Reggie Jackson. Alors que ce dernier a manqué une grande partie de la saison dernière pour une blessure au genou, Smith l’a parfaitement secondé que ce soit en tant que titulaire provisoire ou remplaçant efficace.

Interviewé par le site officiel Pistons.com, le meneur de 29 ans est revenu sur le recrutement estival de la franchise du Michigan, notamment sur les postes arrières qui ont connu de nombreux renforts (Langston Galloway, Avery Bradley et le rookie Luke Kennard) :

« Je parle souvent avec Reggie (Jackson), on s’envoie des messages. Il va bien, il est impatient de reprendre. C’est une saison où on doit rebondir, lui comme moi, et toute l’équipe. On a récupéré un sacré joueur avec Langston (Galloway) car c’est un bon défenseur avec un réel gros shoot. Avery (Bradley) peut lui faire partie du meilleur cinq défensif et il est meilleur offensivement qu’on veuille bien le dire. C’est un gros plus pour le back-court. Luke (Kennard), mince… Je ne suis pas fan de Duke… mais j’aime beaucoup son potentiel. Je ne veux pas lui porter la poisse, mais il me rappelle un peu Chris Mullin dans sa façon de jouer, son sens du jeu. »

ISH SMITH

De plus, Smith se réjouit des arrivées de joueurs capables de créer c’est-à-dire d’endosser un rôle de playmakers secondaire. D’après lui, l’évolution actuelle du jeu NBA oblige les équipes à se doter d’un maximum de créateurs – indispensables dans un jeu offensif rapide :

« Le jeu a évolué . C’est toujours une ligue où le poste de meneur est très important, mais on a maintenant tellement de gars qui peuvent créer. C’est comme ça maintenant. C’est de la lecture du jeu et de la réaction instantanée. Regardez Golden State. Ils ont quatre ou cinq gars qui peuvent faire ça. C’est pour ça que Cleveland n’a pas pu les battre, car eux n’en ont que deux en LeBron et Kyrie. »

ISH SMITH

Tournant à 9.4 points 5.2 passes sur 81 matches, en 24 minutes, Ish Smith a su se montrer capital au sein d’un navire faisant naufrage tout au long de l’année. En effet, l’ancien pensionnaire de Wake Forest fut réellement l’un des seuls joueurs à initier un semblant de collectif huilé, de part sa vision et son intelligence de jeu.

Laisser un commentaire