6 minutes 5 ans

Sous-utilisé la saison passée, Boban Marjanovic avait connu une saison quasi blanche dans le Michigan. Même si Stan Van Gundy expliquait cela par le fait de vouloir le préserver en l’intégrant petit à petit dans le roster en vue d’un rôle plus important en 2018, le coach / président des Pistons avait tout de même reconnu une mauvaise gestion de sa part, suite au niveau affiché par le géant serbe en fin de saison. 

A quelques jours de l’ouverture officielle du training camp, Van Gundy avoue avoir passé une partie de son été à plancher sur les meilleures façons d’intégrer Marjanovic au sein de sa rotation. Avec le départ d’Aron Baynes pour Boston, le natif de Zaječar sera propulsé backup pivot derrière le titulaire Andre Drummond, ce qui fera donc de lui un acteur important durant l’intégralité de la saison : 

« On passe beaucoup de temps à y penser. Ce sera peut-être différent lorsqu’on sera en fin de match, à plus six et deux minutes à jouer. Peut-être que nous aurons besoin d’une meilleure couverture de la ligne à trois points. Mais dans le courant du match, ce ne sera pas un réflexe, si un joueur rentre un trois points, de se dire ‘On doit sortir notre poste cinq’. En même temps, le basket reste du basket. Il a joué avec beaucoup d’efficacité. La question va maintenant être de savoir combien de minutes il peut prendre chaque soir. »

STAN VAN GUNDY

Signé l’été dernier pour un joli contrat de $21.0 millions sur trois saisons, Boban Marjanovic est venu poser ses bagages dans le Michigan afin d’apporter sa taille, son envergure et son intelligence de jeu. Même si ces dernières qualités sont indéniables, il n’en demeure pas moins vrai que certaines de ses faiblesses restent alarmantes, notamment sur le plan défensif, où le jeu moderne et rapide semble d’ores et déjà être la kryptonyte du pivot de 29 ans.

Néanmoins, Stan Van Gundy souhaite réellement lui donner sa chance et précise que ce sera à l’équipe de s’adapter au « Bobinator » afin d’en tirer un maximum de ce monstre surnaturel :

« Sur un premier trois points, faisons avec. Sur le second, adaptons nous avec des schémas avant de choisir le troisième choix qui sera peut-être de sortir. Mais ce ne sera pas le premier choix. On doit se dire, OK, peut-être que nos adversaires peuvent jouer le pick and pop avec leur pivot, mais au final, ils doivent toujours le défendre aussi. Et il a prouvé aux gens l’an passé que c’était très difficile à faire. »

STAN VAN GUNDY

Sa taille, sa mobilité et ses bonnes mains en font un élément précieux qu’il ne faudra pas sous-estimer, car il s’avère être une arme offensive polyvalente : il provoque beaucoup de fautes, il rentre ses lancers-francs en servant ses coéquipiers démarqués tout en ayant une présence remarquable aux rebonds… Désormais, Marjanovic devra travailler sur sa défense afin de finaliser son intégration dans l’équipe et donc dans la rotation.

Laisser un commentaire