8 minutes 5 ans

Au cœur des rumeurs de trades depuis six mois désormais, Andre Drummond porte logiquement le fardeau de la décevante saison dernière des Pistons, ainsi que les multitudes désillusions de ce groupe. Prolongé cinq saisons à $130.0 millions, le pivot de 24 ans a déçu de part son attitude déplorable ou son faible apport réel malgré de solides statistiques.

Interviewé par le Vertical, Drummond comptait sur cette inter-saison pour se renforcer sur le plan physique. Ainsi durant l’été, l’intérieur de 2m13 s’est fait opérer des sinus – une opération nécessaire après de lourdes complications respiratoires lors des deux dernières années :

 « Je peux simplement respirer. Je n’arrive même pas à expliquer comment c’est génial de mieux dormir et de respirer plus facilement quand je joue. Je ne suis pas à la recherche d’oxygène quand je force. Même pendant le match en Afrique du Sud, on était en altitude et je ne me suis pas senti aussi fatigué que je l’aurais été avant dans ces conditions. »

ANDRE DRUMMOND

Par ailleurs, il ajoute avoir perdu huit kilos durant la période estivale, ce qui aura un effet bénéfique évident sur le plan de l’endurance. Néanmoins, le principal changement positif que connaîtra le joueur concernera avant tout sa respiration :

« Pour moi, c’était difficile de respirer à certains moments. Mes sinus étaient pires que d’habitude car je respirais avec une seule narine. Me faire opérer est sans doute la meilleure chose que j’ai faite car je respire mieux, je dors mieux et je suis de loin en meilleure forme. Je suis plus endurant. Je respire mieux. Je suis capable de garder mon poids. Entre la fin de saison et maintenant, j’ai perdu 8 kilos. »

ANDRE DRUMMOND

Cependant, l’ancien pensionnaire de UConn avoue qu’attendre aussi longtemps avant de se faire opérer d’un problème pourtant surveillé était une erreur de jugement. D’après Shameek Mohile de PistonsPowered, « une déviation de la cloison nasale » est une déformation de la paroi intérieure du nez, perturbant la circulation des flux d’air dans le nez. Cela entraîne des apnées du sommeil et des complications respiratoires :

« Je ne me suis pas fait examiné sérieusement avant ma quatrième année en NBA et j’ai appris que j’avais une déviation de la cloison nasale. Les médecins m’ont dit que cela empirerait avec le temps si je ne m’en occupais pas. À la radio, on voyait que le côté gauche était complètement fermé. Je respirais seulement par la narine droite et la bouche durant toute la saison et c’était dur de jouer comme ça. Mes allergies sont terribles pendant la saison donc quand elles sont arrivées je ne respirais plus que par la bouche. Maintenant je me suis fait opéré et je me sens super bien. »

ANDRE DRUMMOND

Sans que cela soit une excuse valable, le « Big Penguin » reconnaît que cette gêne était handicapante lors d’une longue et intense saison, composée de quatre-vingt deux matches. Il espère que sa métamorphose physique jouera un rôle avantageux dans son projet de renaissance :

« Il y a eu beaucoup de hauts et de bas l’an passé. On était très irréguliers. Ce n’était pas l’équipe qu’on était censés être. Il s’est passé beaucoup de choses. Beaucoup de blessures. Des gars n’ont pas joué à leur meilleur niveau, et moi le premier. Je n’ai pas joué comme j’étais censé le faire. C’était compliqué pour moi physiquement et mentalement, mais je suis dans un super environnement aujourd’hui. Me faire opérer fut énorme pour moi. J’ai la tête libérée, et je suis vraiment reboosté pour la saison à venir. »

ANDRE DRUMMOND

Tournant à 13.6 points 13.8 rebonds à 53% en 29.7 minutes, Andre Drummond a conscience que la saison à venir sera probablement déterminante sur son avenir à Motor City. Alors que Stan Van Gundy promet un changement de statut et d’utilisation de son joueur au sein des systèmes, le pivot continue sa classique campagne de communication portant majoritairement sur son jeu et son état physique. En espérant que les paroles soient de futurs actes qui lui permettront de retrouver le All-Star Game ainsi que les Playoffs.

Laisser un commentaire