5 minutes 5 ans

A la conquête d’un intérieur pour finaliser les postes d’intérierus après la prolongation de Reggie Bullock, les dirigeants des Pistons voulaient utiliser la bi-annual exception de $3.3 millions pour recruter un vétéran capable d’apporter son énergie et son expérience. C’est ainsi qu’ils ont décidé de faire revenir Anthony Tolliver – seulement un an après son départ.

Interviewé par le site officiel Pistons.com, l’ailier-fort de 32 ans a conscience de son rôle et espère incarner le guide expérimenté qui ressoude l’équipe à travers des discours qui frappent les esprits :

« Je suis quelqu’un qui parle, qui montre l’exemple, je rentre bien dans cette case. J’ai à peu près tout connu. J’ai été dans différentes équipes, des très bonnes comme des très mauvaises. Je sais ce qu’il faut faire pour avoir du succès dans cette ligue et les gars me regardent et me voient comme un guide. À moi de les guider dans la bonne direction. »

ANTHONY TOLLIVER

De plus, l’ancien pensionnaire de Creighton a tenu à préciser que Andre Drummond était déterminé à corriger sa mauvaise saison dernière. Au cours de l’été, Tolliver a d’ailleurs remarqué plusieurs modifications dans le comportement du pivot de 23 ans :

« Après avoir parlé avec lui cet été, je sais qu’il est concentré, il est prêt. Il approche la saison beaucoup plus en vétéran au lieu de simplement suivre le mouvement. Son attitude au quotidien est ce qui va porter l’équipe là où on doit aller. »

ANTHONY TOLLIVER

Arrivé en décembre 2014 (quelques jours après le renvoi de Josh Smith), il avait permis aux Pistons d’enchaîner pas moins de sept victoires consécutives, en brisant ainsi une triste série de dix-sept défaites sur les vingt rencontres avant Noël. Depuis ce temps, de l’eau a coulé sous les ponts et d’après lui, le plus gros changement au sein du groupe concerne Stanley Johnson :

« Honnêtement, le plus grand changement du côté des joueurs avec qui j’ai joué, c’est Stanley. Il est à un niveau différent de concentration. Il sait, tous ces gars le savent, que c’est une année importante pour eux. Individuellement, mais aussi en équipe. On sait que ce qui compte dans cette ligue, c’est la victoire. Même si tu ne fais pas une super saison, si l’équipe gagne, tu seras récompensé. Je pense que les gars commencent à le réaliser, à le prendre à cœur, et à se concentrer sur eux-mêmes pour pouvoir ensuite avancer en équipe. »

ANTHONY TOLLIVER

Cette saison, Tolliver tournait à 7.1 points 3.6 rebonds à 44% aux shoots en 65 matches (22.7 minutes par match) sous le maillot des Sacramento Kings, avant d’être coupé en mai dernier.

Laisser un commentaire