6 minutes 5 ans

A quelques jours du Media Day (lundi 25 septembre), les joueurs commencent petit à petit à répondre à tour de rôle aux premières questions des médias locaux. Du côté du Michigan, certains acteurs de cette nouvelle saison souhaitent fixer rapidement et précisément les objectifs collectifs, à commencer par Tobias Harris qui sait l’importance que représente l’année à venir pour le projet des Pistons.

Interviewé par le site officiel Pistons.com, Harris tient à souligner une première chose capitale, l’ambiance au sein du groupe est en nette amélioration, grâce notamment aux mentalités des nouvelles recrues :

« L’ambiance est un peu différente. Avec Avery (Bradley), Langston (Galloway) et AT (Anthony Tolliver), on a amené des gars qui sont des vrais pros ! Ils pourraient s’adapter partout : ils viennent bosser, ne parlent pas trop, ils sont super pros. C’est le genre de gars qui finissent récompensés pour leur travail. »

TOBIAS HARRIS

L’ailier-fort de 25 ans a prouvé l’année dernière qu’il pouvait être efficace en ailier-fort titulaire comme en sixième homme de luxe. Cependant, il semble indifférent concernant son futur rôle, il veut juste gagner sous le maillot des Pistons et se donnera au maximum peu importe le statut que Stan Van Gundy lui offrira :

« Désormais, peu importe si je débute ou si je sors du banc. Il faut gagner les matchs. C’est tout, le reste on s’en fiche. C’est mon état d’esprit et ça doit devenir l’état d’esprit de notre équipe. Si le coach décide de me titulariser, je le comprendrais. Mais les gars qui sortent du banc doivent également être productifs. Et c’est ce que je ferai si je dois être remplaçant. Je serai là pour prendre le relais. »

TOBIAS HARRIS

Dans un récent classement publié par ESPN, on y apprend que la franchise du Michigan a connu un déficit de -$45.1 millions à cause de la Luxury Tax – ce qui explique aussi les raisons de ce déménagement précipitée vers le centre-ville. En somme, avec l’argent dépensé dans les constructions de la nouvelle salle et d’un centre d’entraînement neuf, ajoutés aux rénovations que le quartier ‘Downtown’ a connu, Tobias Harris a conscience que les Playoffs seraient l’objectif sportif logique qui découle de ces engagements économiques :

« On sait bien que quand l’équipe ne gagne pas, notre valeur peut en prendre un coup. On a bien vu certaines réactions après la publication des différents rankings. Toute l’équipe sait qu’on doit gagner, surtout avec notre déménagement vers le centre ville. C’est un must win, je ne peux pas dire mieux ! »

TOBIAS HARRIS

Tournant à 16.1 points 5.1 rebonds, Tobias Harris n’a débuté que 48 matches mais s’est toujours montré efficace et régulier dans sa production offensive peu importe le statut fixé par Van Gundy. Soucieux de progresser, l’ancien pensionnaire du Tennessee a passé l’ensemble de ses vacances d’été à New York afin de travailler avec son staff personnel (coachs, nutritionnistes, préparateurs…) ainsi que son frère Tyler Harris (ex-Levallois Metropolitans) et sa sœur Tori Harris, également basketteuse.

Laisser un commentaire