7 minutes 5 ans

Auteur d’une saison rookie (drafté à la 8ème position en juin 2015) convaincante tournant à 8.1 points 4.2 rebonds, Stanley Johnson a énormément déçu pour sa seconde campagne en NBA. Avec des stats en baisse (4.4 points 2.5 rebonds) et une panoplie offensive toujours aussi fragile, « Stanimal » s’était attiré les foudres de son coach à cause de son manque de travail à l’entraînement.

Interviewé lors du Media Day, l’ailier de 21 ans est revenu sur l’évolution de la relation qu’il entreprend avec son coach et président Stan Van Gundy. Cette dernière s’étant dégradée ces derniers mois :

« Nous avons eu beaucoup d’entretiens… Ce furent des conversations assez violentes et c’était très inconfortable pour nous deux. A la fin d’une journée, vous retrouvez deux hommes – je suis probablement le plus têtu des deux. Je veux gagner et lui aussi souhaite que l’on gagne aussi. Je suis le joueur et lui c’est mon patron. C’est réciproque et il a été très professionnel – et je l’ai été aussi. Je pense que cela a fonctionné parfaitement pour nous deux. »

STANLEY JOHNSON

De plus, Johnson ajoute que ces discussions ont joué un rôle déterminant sur la manière dont il abordé son break estival. En effet, il était capital de trouver un terrain d’entente entre les deux hommes, en mettant sur la table quelques sujets qui fâchent :

« Cette conversation a été le début d’un tournant. Il doit y avoir une confiance quotidienne constante des deux côtés pour que je puisse sentir chaque jour que je peux progresser. Pour qu’il ait ma confiance et pour que j’obtienne la sienne, il doit y avoir un effort régulier – et ça commence par moi évidemment. »

STANLEY JOHNSON

Dorénavant, l’ancien pensionnaire des Wildcats d’Arizona préfère oublier cette mauvaise phase de sa carrière afin de conserver seulement cette nouvelle relation basée sur une confiance réciproque :

« C’est du passé désormais, tout cela est dernière nous et c’est la seule chose qui compte aujourd’hui. Il y a une réelle envie de communiquer entre nous. Tout ce qui importait l’année dernière était entre Stan (Van Gundy) et moi. Et c’est à 100% mieux des deux côtés maintenant. Tout va bien. »

STANLEY JOHNSON

Par ailleurs, Van Gundy a tenu à préciser qu’il était à l’heure actuelle très satisfait de la métamorphose du comportement de Stanley Johnson :

« Il a été très professionnel durant l’été en termes de séances d’entraînement et de communication avec le staff. Il a fait un réel pas en avant pour devenir un homme plus mature qui a une plus grande facilité à communiquer avec les autres. Il a été un peu têtu par le passé et aujourd’hui il commence à marcher droit. Il a été génial. »

STAN VAN GUNDY

Cependant, « SVG » reconnaît qu’il a joué un triste rôle dans la régression de son jeune joueur, à cause de la mauvaise gestion du dossier. Néanmoins, il semble ravi d’observer une réelle progression :

« Je ne lui ai pas laissé assez de temps, parce que parfois vous voulez qu’il fasse tout parfaitement, à partir du moment où il rentre sur le parquet. Cela prend du temps. Je suis juste content de pouvoir observer son développement et sa maturité. Il y a beaucoup de très bons joueurs qui possède ce trait de caractère. Il s’agit de faire ce que vous devez faire au moment précis – et il commence à devenir très bon là-dessus. »

STAN VAN GUNDY

Avec les départs de deux cadres de l’équipe (Marcus Morris et Kentavious Caldwell-Pope), le statut de Stanley Johnson va considérablement augmenter, et il devra se montrer présent, en respectant les consignes données par Stan Van Gundy, car ce dernier nécessitera pas à l’échanger lors de la Trade Deadline si sa dose d’entraînements quotidienne est une nouvelle fois jugée trop faible par le staff. 

Laisser un commentaire