25 minutes 5 ans

COLLABORATION DE LA COMMUNAUTÉ

Afin d’illustrer au mieux la place des Pistons au sein de cette conférence, il fallait connaître les avis des autres fans sur leur propre équipe. Et c’est pour cette raison, que je remercie les comptes NBA francophones et certains membres du forum 24 Seconds pour avoir gentiment collaboré dans cette longue analyse. Je vous invite d’ailleurs à les suivre sur leurs comptes Twitter respectifs ou à vous inscrire sur 24″. Merci les gars !

@SixersFrance : Philaldephia 76ers

Les Sixers bénéficient d’une grande hype cette année. Avec la révélation Embiid, l’enthousiasme autour du retour de Ben Simmons et la sélection en 1ère position de la draft 2017 de Markelle Fultz, il faut dire que cette équipe est très excitante. A cela s’ajoute l’affirmation de joueurs comme Covington et Saric, qui viennent compléter cette effectif. Il est clair que nous ne manquons pas de talents, le potentiel de cette équipe est énorme. Aussi bien offensif que défensif. Si nous manquions de shoot par le passé, l’arrivée de Fultz et Redick est un vrai plus pour nous, car il apporte ce spacing dont nous avions besoin, et l’on sait l’importance que cela a aujourd’hui. Cepnedant, il est tout de même important de ne pas s’enflammer. Tout d’abord, c’est une équipe qui manque cruellement d’expérience. Notre trio Fultz-Simmons-Embiid n’a que 31 matchs à son actif, et ce sont les 31 matchs d’Embiid. On a donc deux jeunes qui n’ont jamais posé un pied sur un parquet NBA. De plus, les automatismes ne vont pas se faire du jour au lendemain. Ce manque d’expérience est problématique si on veut aller loin, notamment en playoffs. On le sait, les jeunes équipes mettent du temps à gagner. Ensuite il y a toujours cette incertitude autour de la santé des joueurs. Joël Embiid, aussi talentueux qu’il soit, n’est pas encore un pilier sur lequel l’équipe peut compter, à cause des ses soucis physiques. Ben Simmons revient d’une blessure qui l’a privé des parquets un an. En conclusion, je dirais que cette année est très importante pour les Sixers. Nous auront une idée de ce que l’équipe est capable de faire, et plus de certitudes sur l’état physique de certains joueurs. L’occasion aussi de prendre de l’expérience, pour grandir et atteindre notre objectif : être champion. Mon pronostic : la 9ème place !

@Dude24Seconds : New York Knicks

Cette nouvelle saison a démarré lorsque le dossier Melo s’est enfin clôturé car il était difficile de prévoir l’avenir des Knicks avec lui. La réalité, c’est que ni le joueur, ni le FO souhaitaient continuer l’aventure en orange et bleu. Melo n’avait tout simplement plus sa place dans le projet Knicks, tourné vers la jeunesse. Niveau recrutement, NY a choisi le court-terme, en offrant à Sessions la responsabilité de faire bosser Ntilikina et de jouer les minutes lorsque le kid sera en difficulté. La signature de Beasley reste anecdotique et ne correspond en rien à un plan pour le futur. La réelle acquisition concerne un ancien Knick. Le FO a en effet offert cette année un très (trop ?) gros chèque à Tim Hardaway Jr qui pourrait vite trouver son bonheur dans les systèmes offensifs d’Hornacek. Porzingis sort d’un été monstrueux avec la sélection lettone. Son jeu s’est encore étoffé tout comme son corps, le joueur ayant gagné en musculature. Il sera certainement le FP de cette équipe et Hornacek, qui sait faire jouer des postes 4 tireurs, devrait en faire un possible all-star. Hernangomez a lui aussi beaucoup progressé avec la Roja derrière les immenses frères Gasol et offre au poste 5 une alternative crédible. Frank Ntilikina pourrait se retrouver très vite chouchou du Garden : il défend, son jeu est élégant et son association avec les deux ex-sévillans pourrait s’avérer clinquantes. L’objectif du FO n’est-il pas de mettre la main sur un nouveau rookie prometteur et de donner du temps à Hornacek pour travailler son jeune noyau ? C’est ce point qui est souhaité par tous. La patience doit désormais être le maître-mot du côté de NY, n’en déplaise à Spike Lee.

@FrenchBullsFan : Chicago Bulls

L’objectif des Bulls est clair : la 1ère place. Pas celle de la Conférence ou même de la Division, mais bien de la prochaine Draft. Et ils ont de quoi faire, entre un coach qui n’a rien prouvé en deux ans à part qu’il ne contrôle rien entouré d’une pléiade de jeunes qui ont encore tout à prouver et semblent peu complémentaires, les arguments sont là pour atteindre l’objectif fixé. L’évolution et le développement des Markkanen, Portis, Valentine ou autres Dunn et LaVine seront les seules centres d’intérêt de cette saison.

@HornetsFr : Charlotte Hornets

Après cette intersaison, l’objectif est clairement les PO. Intégrer les nouvelles recrues, s’installer enfin comme une équipe stable au sein d’une conférence faible, que certains cadres confirment et que tout le monde y trouve son compte. Aller en PO, passer un premier tour, Kemba AS à nouveau et la saison sera réussie.

@ClementH9 : Orlando Magic

L’arrivée de John Hammond aux commandes est positive mais il manque toujours ce go-to-guy capable de faire franchir un réel palier à la franchise. L’arrivée de Simmons a un tel prix et la draft de Jonathan Isaac sont de jolis coups, mais cela manque encore de consistance malgré les deux potes Vucevic et Fournier. Payton est un candidat sérieux au trade et Aaron Gordon va devoir gagner en constance. Frank Vogel peut tirer quelque chose d’intéressant de ce groupe jeune et défensif, mais aussi naïf et limité en attaque. Plus rien n’est attendu de Hezonja ni de Biyombo par contre.

@Baz_Celtics : Boston Celtics

Longtemps décrié pour son manque d’engagement à lâcher les nombreux atouts dont il dispose dans son coffre-fort, Danny Ainge aura opéré cet été deux mouvements d’envergure ainsi qu’une signature majeure. En se séparant d’Avery Bradley, les Celtics se sont offerts la possibilité d’offrir un contrat de 30m$ à Gordon Hayward fraîchement débarqué de Salt Lake City, autrement dit un all-star doté d’une faculté à mener le jeu et ancien homme de main de Brad Stevens en NCAA. En deux temps trois mouvement, là où personne ne l’attendait, il s’est emparé du dossier Kyrie Irving en balance à Cleveland, résolvant au passage le cas très sensible d’Isaiah Thomas. Certes le prix à payer parait très élevé sur le papier mais il faut en vérité analyser le processus entamé depuis la liquidation du Big Three pour comprendre que dans le temps un trade insignifiant comme celui de Marcus Thornton en 2015 par exemple aura conduit à obtenir Kyrie Irving. Ces petits mouvements mis bout à bout nourrissent une logique implacable menée par le Front Office de Boston consistant à transformer la poussière en béton. Ainsi, en conservant un niveau de compétitivité optimum tout en favorisant le développement du roster comme le prouve le trio Smart-Brown-Tatum, Boston s’octroie le luxe de pouvoir jouer sur tous les tableaux. Kyrie Irving, Gordon Hayward et Al Horford forment le nouveau noyau autour duquel Brad Stevens va devoir s’employer pour organiser sa motion offense. Un tas de questions à régler. Et du travail sur la planche. Mais le Mozart de Boston dispose à présent d’une gamme augmentée pour composer sa nouvelle grande symphonie.

@BucksFR : Milwaukee Bucks

Après une saison achevée sur une défaite en 6 matches au premier tour des playoffs, les Bucks repartiront avec le même effectif ou presque et l’ambition de franchir un tour pour la première fois depuis 2001. On espère que Giannis continuera sa progression pour s’installer dans la 1st team et dans la 1st team defense. On part dans un meilleur état que l’an passé tant je pense que Khris Middleton est plus important que Jabari Parker. Enfin, Brogdon et Maker devront confirmer après leur belle saison rookie ! La principale force de cette équipe reste sa jeunesse et son côté athlétique qui résulte dans une défense agressive capable de switcher à volonté. Par contre, le manque d’expérience et de spacing pourrait s’avérer rédhibitoire à un moment donné.

@CavsFRA : Cleveland Cavaliers

On a fait une excellente inter-saison. On a réussi à renforcer notre équipe malgré le départ de notre 2eme meilleur joueur. Altman a fait du bon boulot pour un GM rookie. On a enfin un back up à Lebron. Rajouter de La Défense et surtout énormément de profondeur ! Pour résumer c’est presque un shot mais on est armé pour le présent et le futur !

@HawksBelgium : Atlanta Hawks

L’espoir fait vivre. Dennis Schröder, faites-lui confiance c’est de l’allemand. 18 points, 3 rebonds, 6 assists la saison passée. Avec un Euro Basket plus qu’acceptable, l’allemand fait partie des seuls outils à sourire des Hawks cette saison. Derrière lui quoi de mieux que Delaney et le jeune rookie Cook. Taurean « better than LeBron » Prince, deuxième satisfaction du roster, le désormais sophomore a gros à jouer cette saison pour continuer la légende des ailiers développés par Buddy. Des vétérans pas si vieux que ça, Bazemore, Ilyasova et Belinelli sont les seuls joueurs avec une grosse expérience NBA, pas de quoi cassé 3 pattes à un aiglon mais tout le monde compte sur Bazemore pour prendre le rôle de lieutenant derrière Dennis. Les ajouts chouchous : Tyler Dorsey, Dedmon mais surtout John Collins, impressionnant en Summer League le rookie promet de belles choses et de beaux posters !

@WizardsFrance : Washington Wizards

Deux objectifs bien sûr. Le premier étant de faire une meilleure SR, d’aller titiller les Cavs et les C’s. Pour cela, évidemment, il va falloir un excellent 5 majeur, avec l’aide d’un banc qui doit faire mieux que l’an passé. L’apport de Meeks, Scott & surtout Frazier devrait rendre le banc plus régulier. Enfin, en play-offs il va falloir se battre, jouer notre basket, et essayer, en finale de conférence… Pas gagné ! En perspective, notre équipe est ambitieuse et l’on espère être une belle surprise cette saison ! ( Gardez à l’œil Porter…)

@HEAT_NationFR : Miami Heat

Concernant les mouvements de cet été, le Heat n’a pas fait de gros changements par rapport à la saison dernière. Seul Kelly Olynyk et Bam Adebayo (principalement) sont venus renforcer l’équipe. Après, James Johnson et Dion Waiters ont été prolongé, tout comme Wayne Ellington et Josh Richardson. Je trouve que ces prolongations sont de bonnes choses, à voir si les deux premiers cités confirment et justifient leurs prolongations. Avec ceci, je pense que Coach Spo et le staff du Heat visent les Playoffs et je pense qu’ils vont y aller, en sécurisant le 6ème spot à la fin de la saison.

@BrooklynNets_Fr : Brooklyn Nets

La force des Nets sera de n’avoir aucune réelle star dans l’effectif. C’est l’une des volontés du duo Marks – Atkinson : mettre le collectif au cœur du projet. L’objectif sera donc de poursuivre le bon travail commencé l’an dernier sur la création d’une identité de jeu. L’intersaison a été plutôt bien gérée, les arrivées de D’Lo, Carroll et Crabbe vont permettre de renforcer l’effectif dans plusieurs secteurs du jeu en alliant, talents, expériences et jeunesse. Certes Carroll, Crabbe et Mozgov ont de gros contrats mais ils ne sont pas un problème pour les Nets qui n’ont pas comme objectif d’être compétitif avant quelques saisons. D’ailleurs l’objectif « sportif » de cette saison sera sensiblement le même que celui de la saison 2016-2017, à savoir se donner tous les soirs pour gagner un maximum de matchs et éviter de donner un pick Top 5 aux Cavs. Même si les Nets n’ambitionnent pas d’aller en Playoffs, on attend beaucoup de certains joueurs et notamment du duo Lin-Russell dont l’état de forme sera un élément central de la réussite des Nets, surtout après la perte de Brook Lopez devenu le meilleur marqueur de l’histoire de la franchise.

@Raptors_FR : Toronto Raptors

Pour pourvoir appréhender les Raptors, il faut comprendre que l’on est proche de la fin de l’ère Lowry/DeRozan, on le sent. Le roster n’a pas forcement beaucoup bougé cet été mais le jeu va surement changé. Malgré la présence de Casey au coaching, DeRozan a les rênes de la franchise, Lowry et Ibaka seront de fabuleux lieutenants de luxe. Enfin la jeunesse sera à la fois une faiblesse mais aussi une force, l’inexpérience pèsera forcément dans les gros matchs mais aussi en play-offs (on peut espérer légitimement y aller). Toutefois cette jeunesse peut aussi apporter de la fougue sur le terrain, ça peut apporter de beaux coups d’éclats avec des révélations en cours de match.

@PacersFRA : Indiana Pacers

En ce qui concerne les Pacers, il ne faudra clairement pas compter sur nous pour faire les playoffs, en tout cas il n’y a aucun intérêt de faire ça, et l’effectif ne vaut probablement pas mieux que le ventre mou de la conférence Est. Forcément on attend beaucoup de Myles Turner, il doit passer un cap, mais autrement ce sera plus une saison de transition, avec, je l’espère, un bon pick de draft.

BONUS : @PistonsFr : Detroit Pistons

Quand j’ai dû commencer à écrire mon avis sur la saison à venir pour mon ami de @DetPistonsFR, l’exercice s’est révélé plus complexe que prévu. Habituellement en désaccord sur tout, les Pistons nous aident involontairement à rapprocher nos opinions, tellement ils sont catastrophiques. Après 82 matchs dignes des plus grands nanards de série Z, l’évidence s’est imposée : cette franchise navigue à vue, sans aucune perspective réjouissante, accumulant les gros contrats pour des résultats proches du néant. Bien sûr, il y a toujours des contre-arguments, formulés par ceux qui chaque soir font des incantations pour invoquer le retour du vrai Drummond, mais à part l’aménagement dans une nouvelle salle (de hockey en plus), il n’y aura pas beaucoup de points positifs sur lesquels broder cette année. Vous l’aurez compris, le pessimisme est de mise pour la saison à venir, qui se finir fin mars de toute façon. Heureusement le Media Day nous a apporté un vrai rayon de soleil : Beno Udrih est de retour dans le roster !

DESIGN BY @DunkakisDesign

Laisser un commentaire