5 minutes 5 ans

Débarqué à Detroit lors de la NBA Trade Deadline, Jameer Nelson est venu renforcer un poste de meneurs bien trop faible en l’absence de Reggie Jackson. Avec dix saisons passées sous le maillot bleu du Magic, le meneur de 36 ans retrouve son ancien coach Stan Van Gundy avec qui, il a connu les finales NBA en 2009.

Interviewé par le Detroit News, Jameer Nelson revient sur son arrivée dans le Michigan et tient à assurer que son futur temps de jeu l’importe peu :

« Nous n’avons même pas parlé de cela, il n’y pas eu de discussions là-dessus. Je ne sais pas quand est-ce que je vais jouer, voire même si je vais jouer. Peu importe, je resterai derrière lui étant donné notre histoire passée commune. Je ne vais pas commencer à me plaindre si je ne joue pas 40 minutes ou si je joue zéro minute. »

JAMEER NELSON

Avec un meneur expérimenté qui connait parfaitement les méthodes de travail du coach, les Pistons gagnent un joueur capable d’endosser un rôle de d’assistant coach qui saura ressouder les cadres dans ce marathon final pour les Playoffs

« Je connais bien les shooteurs. Je connais aussi les joueurs qui peuvent jouer le roll et le pop. Stan (Van Gundy) m’a appris à créer dans les pick-and-roll. Il l’exécute de manière simple, il ne fait rien de bien compliqué – parfois lors des temps-morts, mais c’est tout. Je suis ici pour aider les gars. » 

JAMEER NELSON

Désormais, Nelson souhaite jouer le rôle du vétéran de l’effectif et utiliser son expérience passée pour trouver les mots justes et nécessaires lorsque ses nouveaux coéquipiers seront dans une situation difficile. Il juge qu’une équipe se porte mieux quand plusieurs personnes prennent la parole : 

« Vous ne pouvez pas entendre la même voix tout le temps, cela devient lassant et dépassé. C’est pour cette raison qu’en tant que vétéran ou leader, je peux prendre les gars de côté pour leur parler. Par moment, vous observez que les gars sont frustrés concernant certaines choses, mais cela fait partie du jeu. Personne a dit que cela allait être facile ou que nous devions absolument s’apprécier. »

JAMEER NELSON

Par ailleurs, le « Crib Midget » – comme Dwight Howard le surnommait – en a profité pour rappeler la façon de gérer un groupe du coach / président des Pistons : 

« Il sera sur vous à chaque moment, ce n’est pas comme s’il te ciblait aujourd’hui puis qu’il passera à autre chose le lendemain. Il essaie de tirer le meilleur parti de tout le monde individuellement et collectivement en tant qu’équipe. Il sait exactement comment faire. Vous devez trouver un moyen de gérer cela. »

JAMEER NELSON

En cinq matches avec les Pistons, Jameer Nelson tourne à 4.4 points 3.2 passes à 34.5% aux shoots en 14.6 minutes par match.

Source image : Detroit Bad Boys

Laisser un commentaire