7 minutes 5 ans

Après douze défaites sur les dix-neuf matches joués depuis l’arrivée de Blake Griffin, la franchise du Michigan pointe toujours à la neuvième position et s’éloigne de plus en plus des Playoffs. Un homme est donc logiquement au centre de toutes les attentions : Stan Van Gundy qui peine à faire progresser ce groupe qu’il a lui-même construit.

Interviewé par la presse locale, le propriétaire des Pistons Tom Gores tient à préciser qu’il maintenait sa confiance en Van Gundy, du moins pour le moment :

« Stan (Van Gundy) et moi parlons chaque semaine et nous voulons juste gagner, c’est tout. Nous discutons à ce sujet : comment allons-nous emmener cette équipe vers la victoire. C’est réellement important pour nous. Nous savons que les fans sont déçus car nous ne gagnons pas assez. Je peux vous dire que cette équipe travaille dur, à l’image de Stan. Il est ici depuis quatre ans et il y consacre toute sa vie. Je n’abandonnerai pas Stan et cette équipe. »

TOM GORES

Néanmoins, le milliardaire californien a conscience qu’il faudra discuter avec « SVG » après la saison car c’est un fait, les résultats sont absents depuis deux ans désormais :

« Après la saison, nous allons nous réunir pour discuter du futur. C’est un homme honnête et dévoué qui se soucie de cette saison et de la franchise. Il faut que l’on parle de ce qui s’est passé cette année, de ce que nous allons faire. Stan (Van Gundy) est un joueur d’équipe. Nous ne gagnons pas assez, alors nous devons en parler. Il prendre exactement la bonne décision pour cette franchise. Mais en ce moment, il est occupé à entraîner cette équipe. »

TOM GORES

Par ailleurs, Stan Van Gundy avoue être prêt à encaisser les conséquences de ces deux dernières mauvaises saisons. Il sait pertinemment les déceptions qui s’accumulent dans son projet depuis octobre 2016 :

« Lui et moi sommes sur la même longueur d’onde. Notre équipe joue de manière dure, j’aime les gars que nous avons eu mais certaines choses sont devenues hors-contrôles. Je ne cherche pas d’excuses mais le business NBA consiste à gagner des matches et nous ne l’avons pas assez fait. J’ai déjà traversé cela plusieurs fois mais j’y ai jamais été confronté directement et jamais avec ce type de relations avec mon propriétaire. J’ai un respect total pour Tom. J’aime la façon dont j’ai été traité ici, mais je comprends aussi et respecte qu’il veuille faire ce qu’il pense être le mieux pour la franchise. »

STAN VAN GUNDY

Cependant, le coach / président de Detroit aura également une décision à prendre. Si Tom Gores le démet de ses fonctions de président mais qu’il le maintient au poste de coach, voudra-t-il tout de même rester sans les pleins pouvoirs ? :

« Je suppose que j’ai une décision à prendre aussi, vous le faites toujours. C’est une chose à double sens, mais c’est vraiment lui le premier concerné. Je l’ai déjà dit, si je ne suis pas là l’année prochaine, je ne chercherais pas un nouveau poste. Vous allez pouvoir venir me voir sur mon lac l’été ici, ou dans mon porche en Floride pendant l’hiver. Peu importe la décision que Tom prendra à la fin de l’année, cela ne m’inquiète même pas un peu. »

STAN VAN GUNDY

Alors que les défaites s’enchaînent et que les rumeurs grossissent, le divorce semble officieux dorénavant. Le célèbre et influent agent de joueurs Arn Tellem pourrait devenir le futur président des opérations de basket des Pistons. L’actuel bras droit de Gores apparaît comme un choix logique car il travaille déjà dans les bureaux des Pistons, possède un carnet d’adresses bien rempli et comprend parfaitement la manière de penser des managers et des agents.

Source image : NBA.com

Laisser un commentaire