4 minutes 5 ans

Avec le titre de la Big Ten dans la poche – glané face à Purdue fin février, Michigan entamait cette March Madness sans réel espoir de connaître un long parcours. Cependant, les hommes de John Beilein ne cesse d’impressionner le monde du basket depuis quelques semaines. Après une large victoire logique face à Montana, Jordan Poole a marqué les esprits en libérant le peuple jaune et bleu d’un game winner déjà légendaire contre Houston au deuxième tour. Par la suite, les Wolverines ont enchaîné face à Texas A&M sans difficulté dans le Sweet 16, avant d’éliminer Florida State en Elite 8.

La nuit dernière, la bande d’Ann Arbor atterrissait à San Antonio pour y affronter en Final Four, la bonne surprise de cette année, à savoir Loyola-Chicago qui accumule upset sur upset depuis le début du mois de mars. Après une première mi-temps plutôt compliquée où la très bonne défense habituelle des Wolverines était aux abonnés absents, Moritz Wagner (24 points 15 rebonds) a pris littéralement feu en permettant à son équipe de remonter au score et ainsi d’empocher le billet magique pour la grande finale nationale.

Interviewé par ESPN, l’intérieur allemand a précisé que la concentration fut la clef de la seconde mi-temps :

« J’ai continué à jouer possession après possession. Nous avons rencontré des difficultés à scorer en première mi-temps. Seulement 22 points rentrés et la seule façon que nous avions de marquer était sur rebond offensif ou seconde chance. Honnêtement, j’ai juste essayé de faire mon travail. En seconde mi-temps, les shoots sont rentrés et c’est toujours marrant de voir le ballon rentrer dans le filet. »

MORITZ WAGNER

En devenant le premier joueur à cumuler +20 points et +15 rebonds lors d’un Final Four, Moritz Wagner a marqué des points devant toute la planète du basket et cela pourrait faire grimper sa cote lors de la prochaine Draft NBA. Mais le plus important est qu’il ait fait le plein de confiance avant la grande finale lundi soir face à Villanova.

Laisser un commentaire