5 minutes 5 ans

Drafté en 2016, Henry Ellenson n’a jamais réellement eu l’occasion de rentrer pleinement dans la rotation de Stan Van Gundy. Après deux matches intéressants au début de la saison, il était sorti des plans du coach de Detroit et l’excellent niveau affiché par Anthony Tolliver n’a pas arrangé les choses. Maintenant que les Pistons sont officiellement éliminés de la course pour les Playoffs, l’ailier-fort gagne des minutes sur les matches restants.

Interviewé par le Detroit News, Ellenson explique que sa motivation reste indemne, peu importe le temps de jeu qui lui est alloué. En effet, l’intérieur en provenance de Marquette préfère relativiser en soulignant le très bon cadre qui l’entoure :

« Je n’ai pas été dans la rotation depuis un moment. J’ai eu quelque fois la chance de jouer à la fin des quatrièmes quarts-temps mais pour moi, le but était de rester concentré et déterminé sur le long-terme, afin de m’améliorer. Désormais j’ai l’opportunité de jouer et je me sens vraiment bien. J’ai beaucoup de coachs autour de moi pour m’encadrer. »

HENRY ELLENSON

L’année dernière, l’ailier-fort de 21 ans avait passé la plupart de sa saison rookie en G-League avec les Grand Rapids Drive, pour des moyennes de 17.8 points et 8.9 rebonds en vingt et une rencontres.
Même s’il n’a joué que deux petits matches (29.5 points 9.5 rebonds) en ligue mineure cette saison, Ellenson précise que cela reste toujours une expérience enrichissante pour lui :

« Cela me permet de me tenir prêt, de rester sain d’esprit, d’avoir la balle dans la main et de continuer à travailler. Grâce à cela, je peux rester concentré sur ce que je peux contrôler. C’est similaire à un travail dans un laboratoire, ce qui est énorme pour moi. Ça a été ma partie préférée de la saison, je suis allé là-bas avec Otis Smith (coach de G-League) et je continue de m’améliorer. »

HENRY ELLENSON

Alors que le coach / président des Pistons Stan Van Gundy reste impressionné par la capacité d’adaptation et le comportement du dix-huitième choix de la Draft 2016 dans une situation loin d’être facile à gérer :

« Henry (Ellenson) a encore une fois très bien joué. Il a fait de bonnes passes et a été très bon sur les rebonds. J’étais vraiment content pour lui. Ce qu’il fait n’est pas facile, de rester assis toute l’année. Nous complimentons toujours les joueurs qui restent professionnels et prêts à jouer mais habituellement, ce sont des vétérans. Pour un gamin de 21 ans faire cela sans se décourager en continuant de travailler et de rester en forme et prêt à jouer, c’est juste incroyable. »

STAN VAN GUNDY

Avec trois prestations à plus de 10 points sur les sept derniers matches (et deux à 9 points), Henry Ellenson profite de cette fin de saison funeste, pour montrer l’étendu de ses qualités offensives.

Source image : Detroit Jock City

Laisser un commentaire