7 minutes 5 ans

Une nouvelle fois, les Detroit Pistons terminent aux portes des Playoffs avec l’esprit rempli de doutes. Avec une énième désillusion, l’heure est aux changements et Tom Gores (owner) l’a parfaitement compris.

Interviewé par les médias locaux présents lors de la rencontre face aux Raptors, le propriétaire des Pistons a affirmé qu’il allait rencontrer Stan Van Gundy la semaine prochaine, à Los Angeles, afin de discuter des changements à opérer :

« Nous devons faire des changements mais je ne sais pas encore lesquels. De toute façon, je ne prendrai pas de décision sans Stan (Van Gundy). C’est notre partenaire depuis quatre ans, il mérite qu’on en parle. Il a été loyal envers nous. C’est un homme extrêmement dévoué, je crois qu’il a fait du bien à notre franchise. Nous fonctionnons comme cela depuis quatre ans, cela ne s’est juste pas converti en victoires. Mais il a travaillé vraiment dur. Nous allons nous rencontrer et voir comment nous le sentons. »

TOM GORES

Par ailleurs, le fondateur de Platinium Equity ne doute pas des futures intentions du coach des Pistons et insiste sur le fait qu’ils prendront ENSEMBLE la meilleure décision pour le futur de la franchise :

« Jusqu’à présent, nous avons seulement discuté des idées pour gagner. Stan (Van Gundy) est un homme d’équipe. Ce que je veux dire, c’est qu’il va faire ce qui est juste pour l’organisation, comme je le ferai. Nous devons quand même faire des changements, car nous ne gagnons pas. C’est aussi simple que ça. Peu importe les erreurs que nous avons faites ou les raisons pour lesquelles nous ne gagnons pas, nous devons évaluer ça. Je vois de l’intérêt à une connexion entre le front office et le coach. »

TOM GORES

Malgré l’arrivée de Blake Griffin, les Pistons ne sont pas parvenus à réaliser ce sprint final nécessaire pour empocher un ticket synonyme de Playoffs. Cependant, Tom Gores ne souhaite pas prendre en compte ces quelques mois qu’il ne juge pas représentatifs :

« Blake (Griffin) a été une superbe recrue pour nous, c’est vraiment un leader. Mais je ne pense pas que je vais prendre en compte ce petit échantillon de 10-12 matches. Je suis déçu d’avoir déçu les fans. Certes il y a eu certaines choses bénéfiques comme le déménagement en centre-ville ou l’installation du nouveau centre d’entraînement. Je suis satisfait à l’idée de voir mon équipe toujours aussi proche de la communauté. »

TOM GORES

Sans vouloir chercher une véritable excuse, Gores rappelle les effets néfastes que la blessure de Reggie Jackson a pu avoir sur la cohésion et le jeu de l’équipe. En effet, avec son meneur titulaire, Detroit a remporté vingt-sept matchs en quarante-cinq rencontres (pour un vilain bilan de 12-25 sans lui) :

« Cela m’a fait mal de voir Reggie (Jackson) se blesser. Mais vous devez être préparé à ce genre de situations. Nous devons être habitués à voir des joueurs se blesser. Ce n’est pas une excuse. Notre bilan est ce qu’il est. Nous en sommes à 38-42 (ndlr. au moment de la conférence de presse). Nous devons l’accepter ainsi que les conséquences qui vont avec. »

TOM GORES

Un groupe qui ne progresse pas, des joueurs qui stagnent dans l’irrégularité, une identité de jeu absente, un jeu offensif brouillon… Bref, les Pistons doivent absolument réaliser des modifications dans leur hiérarchie avant d’entamer une inter-saison fondamentale pour le projet autour du duo Griffin – Drummond.

Source image : ClutchPoints
Source vidéo : FoxSports Detroit

Laisser un commentaire