10 minutes 4 ans

A l’approche de la Draft, les Pistons vont prochainement organiser des workouts afin de tester certains prospects. Il est donc l’heure de présenter les possibles cibles visées par Detroit avec leur quarante-deuxième choix.

CARTE IDENTITÉ

  • Nom : Trevon Duval
  • Date / Lieu de naissance : 03/08/1998 à Hockessin (Delaware)
  • Taille : 1,90m
  • Poids : 88kg
  • Nationalité : américaine
  • Université : Duke
  • Poste : PG
  • Stats 2017-2018 :
    • Mn : 29.7
    • Pts : 10.3
    • Rebs : 2.0
    • Ass : 5.6
    • Stls : 1.5
    • FG: 42.8%
    • 3pt : 29.0% (31-107)
    • FT : 59.6%
  • Comparaison : Kris Dunn, Rajon Rondo

DESCRIPTION DU JOUEUR

Meilleur prospect lycéen au poste de meneur l’an dernier, Trevon Duval s’inscrit à la Draft en one and done, comme il l’avait déclaré à son arrivée sur le campus de Durham, après une saison bien compliquée où son draft stock a considérablement chuté. Annoncé lottery pick l’an dernier et pourtant bien en jambes lors des premières rencontres « Tricky Tre » est loin d’avoir eu le rendement escompté en plus d’avoir cristallisé les tensions des fans lorsqu’il décide de retweeter son dunk exceptionnel juste après une défaite face au rival UNC et alors même que certains de ses coéquipiers étaient en pleurs dans le vestiaire. Pur meneur de jeu distributeur, Trevon Duval est parfaitement tanké pour le poste du haut de son mètre 90 pour presque 90 kilos. Mais la vraie force du Blue Devil réside dans son envergure : 2m07. Monté sur ressorts, dribbleur fou et abusant des dunks, il a (malheureusement) vite été comparé à un certain MVP 2017 lors de ses années au lycée. Duval c’est donc un vrai physique de meneur athlétique dont la science de la passe, le dribble, l’explosivité et la finition près du cercle sont les points forts. Également capable de très bien défendre grâce à une envergure rare pour son poste et pour sa taille (1.5 interceptions/match), il dispose, à tout juste 20 ans, d’un upside important à condition d’être très patient avec le bestiau. Son année chaotique à Duke a en effet révélé d’énormes faiblesses chez le gamin du Delaware, à commencer par un aspect presque rédhibitoire dans la NBA actuelle, à savoir le tir. Moins de 1 tir à 3 points rentré par match en moyenne et un catch and shoot inexistant, Duval a traversé une vraie crise de confiance en début de saison (6/38 de loin en 14 matchs en 2017). Ne prenant que des tirs (très) ouverts, n’osant même pas prendre sa chance malgré un matchup à 2 mètres, il limite forcément le spacing de son équipe et s’offre surtout une solution en moins face à un défenseur souvent déjà positionné pour empêcher Duval de driver. Et ses difficultés au tir, malgré une mécanique plutôt propre, ne se limitent pas au mid-range ou à longue distance, Duval est également maladroit aux lancers francs (60% de moyenne à 2.4 tentatives/match) ; un vrai problème pour un meneur dont le jeu s’oriente très majoritairement vers le drive au panier. Outre le tir, Trevon Duval pêche sérieusement dans la gestion du rythme de l’équipe, lui qui a tendance à vouloir constamment jouer up tempo, en plus de concéder beaucoup trop de turnovers (2.8 TOs/match) : le meneur est jeune et le prospect encore à l’état brut au point que coach K décide en cours de saison d’évoluer dans un système à deux meneurs avec Grayson Allen et Trevon Duval, malgré l’incapacité de ce dernier à se montrer efficace dans un jeu off the ball. En conclusion, Trevon Duval est un joueur intriguant avec qui tout, ou presque, reste à faire. Il n’a pas profité de son année universitaire pour progresser puisqu’elle a davantage exposé ses failles qu’elle n’a su le mettre en valeur. « Ticky Tre » va devoir passer par la case G-League pendant un certain temps et même s’il pourrait dans l’avenir bien évoluer pour se faire une vraie place en NBA grâce à ses qualités athlétiques et à sa vision du jeu, il va devoir beaucoup travailler son tir et gagner en maturité pour ne pas tomber rapidement dans l’oubli.

Points forts:

  • Meneur athlétique disposant des qualités physiques nécessaires pour la NBA
  • Grosse explosivité
  • Bon dribbleur avec une vision de jeu excellente
  • Gros QI basket
  • Bon bagage défensif

Points faibles:

  • Très mauvais shooteur de manière générale (trois-points, mi-distance, lancers-francs)
  • Potentiel à exploiter
  • Manque de maturité
  • Long processus de développement
  • Trop de turnovers

SON APPORT POSSIBLE CHEZ LES PISTONS

Avec un Reggie Jackson et un Ish Smith verrouillés respectivement au poste de titulaire et de backup, Trevon Duval aura du mal à trouver du temps de jeu lors de sa possible saison rookie à Detroit, mais ce n’est pas plus mal car le meneur de Duke n’est clairement pas prêt à rentrer dans une rotation NBA. Réputé pour développer parfaitement les jeunes joueurs, Dwane Casey pourrait réutiliser le même processus qui avait déjà fonctionné sur Fred VanVleet à Toronto à savoir : une ou deux saisons passées dans le laboratoire G-League pour corriger les gros défauts de son jeu. En effet, tant qu’il ne développera pas son tir, Duval ne pourra jamais intégrer une rotation fixe, et ce serait bien dommage de ne pas travailler lorsque l’on observe le potentiel ainsi que ses capacités athlétiques, défensives et physiques qu’il montre d’ores et déjà.

Avec la précieuse participation de MaxDC, CM du compte @DukeMBBFr

source image : USA Today

Laisser un commentaire