7 minutes 4 ans

Nommé general manager de l’année en G-League avec les BayHawks, Malik Rose a quitté l’organisation d’Atlanta pour rejoindre les Pistons : une chance inouïe d’après lui.

Interviewé par le site officiel Pistons.com, Malik Rose revient sur ses premières années de sa seconde carrière. Ancien joueur professionnel avec plus de 800 matches joués, il ne voulait pas quitter le monde NBA et s’est donc reconverti à la télé puis dans le front office des Hawks :

« J’ai toujours eu à l’esprit cette envie de travailler dans une équipe. Je veux être dans le monde du basket toute ma vie, et je ne pouvais pas jouer éternellement, alors je pense que ce fut l’étape suivante parfaite pour y rester. »

MALIK ROSE

Lorsqu’il a pris sa retraite en 2009, Malik Rose avait déjà contacté Ed Stefanski pour qu’il puisse rejoindre les bureaux des Sixers mais il n’y avait néanmoins plus de réelles places disponibles. Il s’était donc rabattu sur un poste de consultant télé sur MSG Network :

« Je connaissais Ed (Stefanski) professionnellement par le biais du cercle des dirigeants NBA. J’ai toujours eu beaucoup de respect pour Ed et Arn (Tellem). Quand Ed travaillait encore à Philly, j’ai essayé de rentrer en contact avec lui quand j’ai pris ma retraite. Je voulais rentrer à la maison et travailler avec lui mais il était débordé et il n’y avait plus de place, donc ça ne s’est pas fait. Ce sera une belle opportunité à Detroit. J’ai accepté ce poste car je crois en ce qu’Ed et Arn font. »

MALIK ROSE

Considéré comme une priorité par Ed Stefanski lors de son arrivée à Detroit, Rose est rapidement tombé sous le charme du projet vendu par la paire Stefanski / Tellem. En effet, l’ancien joueur de San Antonio est ravi de pouvoir rejoindre un front office en développement, où plusieurs tâches lui seront déléguées :

« Il y avait un peu d’appréhension, mais Arn et Ed ont su mettre cela de côté. Ils m’ont dit comment ils envisageaient les choses et comment ils voulaient que les choses aillent à Detroit et c’était comme de la musique à mes oreilles. J’ai adoré et j’ai signé. Je vais faire partie de l’équipe décisionnelle centrée autour d’Ed. Beaucoup de scouting, beaucoup de personnel – à peu près tout. Mais ce sur quoi je me concentre vraiment, ce qui m’enthousiasme vraiment, c’est que j’ai l’occasion d’être au cœur du staff et à différents niveaux. »

MALIK ROSE

Avec le départ de tous les dirigeants ainsi que les coachs, les Pistons se reconstruisent en interne, mais l’équipe reste sur le papier assez compétitive pour prétendre à une place en Playoffs. C’est d’ailleurs ce qui rend le projet attirant d’après le double-champion :

« Je suis surexcité. Comme je l’ai dit, il n’y pas de mauvais jobs en NBA, mais la plupart du temps quand un nouveau GM ou un front office est embauché c’est parce que l’équipe était mauvaise ou qu’ils veulent reconstruire. Donc vous devez passer par de nombreuses saisons compliquées. Nous n’avons pas ce problème. Nous avons une équipe qui est prête à gagner. Nous avons deux très bons intérieurs et un très bon meneur qui revient de blessure. J’ai confiance en coach Casey. Je pense que nous avons frappé un coup avec lui. C’est ton premier boulot, tu viens et il y a Dwane Casey en coach et trois très bons joueurs ? Que demander de plus ? »

MALIK ROSE

Arrivé dans les bureaux des Atlanta Hawks en 2015, Malik Rose avait été promu président des opérations de basket et general manager des BayHawks (franchise G-League affiliée à Atlanta). Durant la saison passée, il a été nommé dirigeant G-League de l’année, récompensant ainsi sa gestion et ses décisions.

source image : AmicoHoops

Laisser un commentaire