6 minutes 4 ans

Avec seulement 57 apparitions pour ses deux premières saisons, Henry Ellenson reste pour le moment bloqué dans l’anonymat de la grande ligue. Un terrible fléau pour l’ancien pensionnaire de Marquette annoncé dans le TOP 10 de la Draft 2016.

Interviewé par The Athletic, Henry Ellenson est revenu sur sa période estivale qui fut chargée avec la Summer League et sa sélection en Team USA pour jouer les qualifications de la Coupe du Monde :

« Jusqu’ici, ça s’est très bien passé avec le nouveau staff. C’est évidemment une approche différente. Il y a beaucoup de choses que nous travaillons car nous intégrons le système offensif. Cette année, nous allons jouer plus rapidement, un jeu ouvert, beaucoup de percussions et de fixations. Comme je suis capable de manier le ballon et de créer avec ma taille, j’espère occuper le rôle de Blake en sortie de banc et faire certaines choses qu’il réalise. »

HENRY ELLENSON

Soucieux de faire progresser ses intérieurs, Dwane Casey a organisé en juillet dernier une séance d’entraînement privée avec Kevin Garnett pour que le jeune intérieur (ainsi que Andre Drummond) puisse acquérir de précieux conseils :

« C’était très précis. Tout était fait d’une certaine façon. Il décomposait différents mouvements, il discutait de nos jeux, comment nous pouvions contribuer de différentes manières en faisant 2m11, particulièrement face aux joueurs plus petits. Nous avons travailler les feintes face au panier, les ‘turnarounds’. J’étais tout ouïe (…) Il m’a parlé de ses premières années de carrière, de ce qu’il avait dû apprendre. Il a juste essayé de m’apprendre également ces choses. »

HENRY ELLENSON

L’un des objectifs fondamentaux de ses vacances était d’améliorer son geste afin d’avoir des pourcentages aux tirs supérieurs à sa moyenne en carrière (36.2%). En effet, au-delà de ses limites physiques et de ses faiblesses défensives, Ellenson ne parvenait pas à être régulier au shooting, ce qui est inévitablement handicapant pour un supposé strech-four :

« Ce n’est pas confortable mais c’est quelque chose que je devais faire pour avoir un tir plus soigné. Cela va m’aider dans la constance et c’est la plus grande qualité quand il s’agit de shooter. Je me suis vraiment concentré dessus tôt dans l’été et je suis désormais plus à l’aise avec ma main gauche sur le côté et non au-dessus. Il s’agit juste de répétition, j’ai toujours eu le toucher pour shooter mais il s’agit d’avoir la bonne forme et un geste propre et constant. »

HENRY ELLENSON

Avec un nouveau staff dirigé par Dwane Casey, un coach réputé pour développer et donner une chance aux jeunes, le numéro 18 de la cuvée 2016 a parfaitement compris qu’il se devait d’améliorer de nombreuses choses dans son jeu s’il souhaite éviter une nouvelle saison (quasi) blanche.

source image : SB Nation

Laisser un commentaire