5 minutes 4 ans

Un training camp permet d’essayer et de mettre en oeuvre certaines idées du coach, encore plus quand celui-ci vient de débarquer. Dwane Casey a affirmé qu’il était possible de voir des lineups peu communes l’année prochaine.

Interviewé lors de la séance d’entraînement aujourd’hui, Dwane Casey précise vouloir expérimenter toutes les idées qui lui passent par la tête durant le training camp afin d’anticiper toutes les éventualités possibles lors de la saison. Faire jouer Stanley Johnson  pivot sur de courtes séquences, dans une lineup small-ball, fait partie des projets à tester :

« Il n’y a pas de raison pour ne pas expérimenter plusieurs lineups, mêmes certaines particulières. L’année dernière, je faisais jouer Pascal Siakam au poste de pivot, nous avons donc l’exemple ici qu’une unit avec Stanley en 5 peut fonctionner. Il y a de plus en plus de units particulières dans la ligue avec des ailiers de 2m01, 2m02 qui jouent en 5. Nous avons les outils pour les contrer. »

DWANE CASEY

En revanche, le coach des Pistons tient à relativiser : le plus important reste de trouver son starting five car les postes d’arrière et d’ailier ne sont pas vraiment verrouillés. Une fois qu’il aura trouvé les réponses aux grandes questions, il pourra se concentrer sur d’autres choses plus originales :

« D’une manière ou d’une autre, nous allons devoir tester des lineups au training camp. Mais nous devons être en mesure d’en examiner différentes en small ball. Nous pouvons jouer avec deux ou trois arrières à la fois. Nous avons des joueurs très polyvalents, mais je veux m’assurer que nous ayons d’abord le cinq majeur standard, puis nous commencerons à expérimenter des choses. Nous avons un gros meneur (Reggie Jackson) qui permet d’avoir un ballhandler supplémentaire capable de défendre sur plusieurs positions. »

DWANE CASEY

Interrogé à ce sujet, Stanley Johnson ne serait pas forcément contre cette idée. La défense et le physique font partie de ses principaux points forts mais peut-il réellement survivre au poste 5 ? Difficile d’y croire :

« J’ai été drafté en partie parce que je suis un joueur polyvalent. Donc je dois faire preuve de polyvalence en jouant sur plusieurs positions, je pense être assez puissant physiquement pour remplir certains objectifs au poste de pivot, surtout de nos jours face à certains intérieurs que les coachs alignent au poste 5. Je crois en moi. J’ai appris à défendre les pick and rolls comme Andre (Drummond) le fait. »

STANLEY JOHNSON

La franchise du Michigan continue de s’entraîner à Ann Arbor avant d’aller dans l’Oklahoma pour y jouer le Thunder mercredi soir, qui marquera le début de la pré-saison. L’occasion de tester plusieurs lineups

source image : Detroit Free Press

Laisser un commentaire