7 minutes 4 ans

Dwane Casey n’a pas encore coaché un match avec sa nouvelle équipe, mais il semble déjà avoir un impact considérable sur ses joueurs, qui l’ont déjà adopté dans le groupe.

Durant le Media Day, le nouveau coach des Pistons a tenu à rappeler que le plus important pour lui lors de son arrivée était de rencontrer ses joueurs et bâtir une relation réciproque basée sur la confiance, afin de les comprendre et les connaître :

« C’était mon objectif estival principal : apprendre à connaître les gars et les personnalités du mieux que possible. La NBA actuelle est un partenariat, pas une dictature. Quand je suis devenu coach à Toronto j’étais probablement plus un dictateur, voulant tout faire en matière de développement, de défense et d’attaque. »

DWANE CASEY

En effet, le coach de l’année préfère jouer la carte de la transparence avec ses joueurs et n’a pas oublié d’insister sur l’importance que représente la G-League pour leur développement. Dans la NBA moderne, les relations coach-joueurs doivent être saines et communes :

« La ligue a changé, le jeu également. C’est un partenariat : aidez-moi à vous aider et je vous aiderai. C’est la devise que j’ai. C’est comme ça que cela fonctionne aujourd’hui et c’est ce qui motive les joueurs. »

DWANE CASEY

Pour le senior advisor de Detroit Ed Stefanski, l’homme de la situation est bien l’ancien tacticien des Raptors qui saura guider la franchise du Michigan jusqu’au sommet en guérissant les maux d’un groupe marqué par l’échec de l’ère « SVG » :

« Il y a beaucoup de choses positives avec Casey. C’est un très bon coach. Il saura leur botter les fesses quand il le faudra, et les encourager quand ils en auront besoin. Casey est vraiment une bonne personne pour nous guider. Nous sommes très chanceux de pouvoir compter sur lui après toutes les circonstances que l’on a connues. »

ED STEFANSKI

Bien qu’aucun des joueurs ne veuille s’opposer au précédent régime dirigé par Stan Van Gundy en tant que président et coach de l’équipe, il semble y avoir une différence marquée par la façon dont les joueurs se comportent avec Casey. Travailler pour le bien des deux camps devient mutuellement bénéfique pour le groupe, c’est du moins ce que rapporte l’arrière Reggie Bullock :

« Nous allons devoir jouer pour notre coach et nous-même. La relation qu’il construit avec nous est incroyable. Beaucoup de choses positives se dégagent d’ici. Lorsque vous entretenez cette relation avec un coach et que vous savez qu’il vous soutient chaque soir, vous allez donner tout ce que vous pouvez pour l’équipe, le coach et vous-même. Il est comme un père pour nous, il veut que ses joueurs sont épanouis. »

REGGIE BULLOCK

Cette proximité s’est étendue aux joueurs entre eux. Leurs liens se sont renforcés au fur et à mesure de l’été en partageant des moments et en travaillant ensemble. Dimanche soir, Casey et le nouveau staff leur ont attribué des rôles qui fixaient les attentes pour chaque joueur cette saison, en tirant parti de leurs forces et en leur donnant des points de repère pour progresser. Une nouvelle philosophie qui semble soulagé Andre Drummond :

« Avoir un nouveau coach qui croit en moi et en cette équipe va permettre de faire avancer les choses. Il nous laisse jouer librement mais de manière structurée. Je suis vraiment impatient pour cette saison. Il va permettre à beaucoup de gars de sortir de leur boîte en leur donnant ce qu’ils ont besoin pour être performant. Dwane Casey a fait un excellent travail en donnant des rôles aux gars. »

ANDRE DRUMMOND

S’entendre avec ses joueurs en étant sur la même longueur n’est pas un désir qui fait gagner des matchs. Mais construire un projet là-dessus est un bon début.

source image : YouTube

Laisser un commentaire