7 minutes 4 ans

Avec sept victoires sur les neuf derniers matchs, la franchise du Michigan se trouve actuellement sur de très bonnes rails avant un calendrier périlleux en décembre. Le banc est l’une des raisons qui explique cette jolie série de wins.

Interviewé à ce sujet par les médias locaux, le coach de Detroit souligne que l’efficacité de la second  unit est avant tout permise grâce à la complémentarité avec le cinq majeur. Les remplaçants savent prendre le relais en produisant un basket différent, ce qui offre plus de possibilités aux Pistons :

« Ce sont deux facettes bien différentes. Notre banc est plus rapide. Blake (Griffin) et Reggie (Jackson) partagent le ballon, c’est un jeu différent. Il y a plus de circulation de balle avec le deuxième groupe, et plus de post-up, de pick-and-roll, avec le premier. »

DWANE CASEY

L’un des artisans majeurs de ce banc performant se nomme Stanley Johnson. Souvent critiqué à juste titre depuis son arrivée dans la ligue en 2015, l’ailier de Detroit semble être bien plus régulier et utile dans ce nouveau rôle en sortie de banc. 

Même s’il progresse en attaque avec de meilleures décisions et pourcentages, c’est bien en défense que l’ancien pensionnaire d’Arizona impressionne toujours autant. Et Dwane Casey a voulu noter son impact capital :

« La chose la plus importante que Stanley (Johnson) fait en ce moment, c’est sa défense. Nous le laissons dans la première unité en fin de match grâce à sa défense. Il met aussi des paniers mais principalement par ses interceptions ou par les transitions, en exploitant ses qualités athlétiques. »

DWANE CASEY

Sur les neuf derniers matchs, Stanley Johnson combine de jolies statistiques sur le banc : 12.5 points avec 48% de réussite aux shoots dont un surprenant 38% à trois-points. Un apport aux stats qui complète parfaitement son comportement irréprochable lorsqu’il rentre. Sa forme actuelle lui permet de faire le plein de confiance :

« C’est la première fois que tout se goupille vraiment bien. Quand tu t’entraînes sur plusieurs facettes de ton jeu, c’est bon de voir que tu es capable de reproduire des choses en match, que ça marche pour toi, que les shoots rentrent. C’est la meilleure partie du truc. »

STANLEY JOHNSON

Ces dernières années, Johnson a souvent eu – à tors ou à raison – des problèmes relationnelles avec Stan Van Gundy, notamment liés à l’attitude du joueur lors des séances d’entraînement. Désormais, le jeune joueur se réjouit de pouvoir côtoyer un nouveau coach, aux méthodes différentes :

« Coach Casey fait du bon boulot pour t’encourager à shooter, même quand ça ne va pas. Il me dit toujours qu’il y a bien plus dans le basket que le fait de shooter et rentrer des 3-points. Je me concentre sur le plaisir de jouer librement. Si j’y arrive, je peux continuer à avoir de la réussite. »

STANLEY JOHNSON

Au-delà du staff, Stanley Johnson peut également compter sur la confiance de ses coéquipiers, d’abord de Reggie Jackson qui lui conseille de « toujours travailler dur malgré les hauts et les bas » mais surtout de son leader franchise player Blake Griffin qui comprend parfaitement l’importance défensive de l’ailier lors des fins de matchs :

« Avoir plus de rythme, plus de liberté, il adore vraiment cela. Il accepte le défi de défendre sur des gars comme Harden ou Kawhi. Le fait de sortir du banc ne veut pas dire que tu seras assis dessus en fin de partie. C’est un élément très important pour nous. »

BLAKE GRIFFIN

Avec un banc polyvalent composé de l’energizer Ish Smith, du shooteur insolent Langston Galloway, du teigneux rookie Bruce Brown, du soldat défensif Stanley Johnson et du vétéran intelligent Zaza Pachulia, les Pistons possèdent de nombreuses armes qui se verront capitales dans la course aux Playoffs pour seconder le trio titulaire. A noter que Luke Kennard devrait signer son retour la semaine prochaine.

source image : USA Today

Laisser un commentaire