17 minutes 4 ans

A 24 heures de la Deadline, la rédaction de Pistons France vous propose une petite analyse retraçant tous les dossiers à surveiller dans les prochaines heures : rumeurs, objectifs fixés, salary cap… 

Avec un bilan négatif et une très décevante neuvième place de la Conférence Est, les Detroit Pistons ont plus que jamais besoin de changements afin de guérir un grand nombre de maux au sein de leur groupe actuel : maladresse extérieure, QI basket pas assez développé, manque de talent, lignes extérieures trop faibles, banc souvent inefficace, absence de sixième homme scoreur… Bref la liste des symptômes est longue et Detroit ne pourra pas tout régler en une Deadline mais plusieurs dossiers montrent que les dirigeants sont actifs depuis plusieurs semaines. Zoom sur ces possibles mouvements. 

Reggie Jackson : un départ inévitable ? 

C’est évidemment le dossier le plus chaud dans le Michigan. Incapable de s’adapter à son nouveau rôle aux côtés de Blake Griffin, Reggie Jackson pourrait bien plier ses bagages pour faire le bonheur (ou pas) d’une autre franchise. Le problème reste sa valeur marchande jugée trop basse pour différentes raisons : sa réputation de tête brûlée qu’il traîne dans la ligue depuis l’épisode à Oklahoma City, son contrat bien lourd ($17.0 millions cette saison puis $18.0 millions l’année prochaine), sa fragilité physique (deux grosses blessures lors des deux dernières saisons) et enfin son style de jeu parfois critiquée pour être trop individualiste.

Cependant, deux sources confirment que le départ de Jackson pourrait bien être inévitable. Tout d’abord, Adrian Wojnaroswki d’ESPN a précisé la semaine dernière que les dirigeants des Pistons souhaiteraient se débarrasser du contrat du meneur de 27 ans. Et ensuite, plusieurs médias soulignent que Detroit chercherait activement un nouveau meneur titulaire (Mike Conley et Jrue Holiday en tête de liste). Affaire à suivre de très près.

Les contrats expirants : une bonne monnaie d’échange ?

Avant de débuter les explications de ce dossier, commençons par le commencement : qu’est-ce qu’un contrat expirant ? C’est tout simplement les futurs free agents d’une équipe lors de l’été à venir. Cette année, les Pistons en possèdent cinq : Ish Smith, Stanley Johnson (avec restriction), José Calderon, Henry Ellenson et Zaza Pachulia. Ces contrats expirants sont souvent perçus comme de bonnes monnaies dans un échange car ils assurent à l’équipe qui les reçoit une plus grande flexibilité financière lors de l’été suivant – de quoi satisfaire certains dirigeants qui prévoient de faire des folies en juillet prochain.

Et d’après de nombreuses sources, les Pistons recevraient également des coups de fil au sujet de Ish Smith qui représente le meneur parfait pour apporter rythme et énergie offensifs en sortie de banc. Quant au jeune Stanley Johnson, les Spurs seraient encore une fois sur le coup, nous précise The Athletic.

Tours de Draft : l’asset à perdre pour faire bouger les choses ?

Dans la NBA actuelle, il n’existe probablement pas une asset ayant plus de valeur qu’un premier tour de Draft car nombreuses sont les franchises qui souhaitent miser là-dessus pour un avenir meilleur. Le senior advisor de Detroit Ed Stefanski a affirmé qu’il était possible que les Pistons lâchent un pick dans une transaction s’ils sont assurés que ce deal fasse bouger les choses.

Dans ce cas présent, il est difficile d’imaginer un possible gros trade impliquant les Pistons sans l’obligation absolue de perdre un choix de Draft. Le problème étant que la franchise du Michigan reste forcément réticente à l’idée de donner leur prochain tour de Draft car cet élément serait probablement le seul point positif de cette saison désastreuse. En effet, à l’heure actuelle, avec ce bilan loin des attentes fixées, les Pistons pourraient se retrouver dans le TOP 10 de la prochaine cuvée et quand on sait le manque de potentiel à développer dans ce roster et la capacité que le staff de Dwane Casey a pour aider les jeunes à progresser, on comprend pourquoi Detroit hésite à donner leurs picks.

Salary cap bloqué : le faux problème de Detroit ?

Faire bouger les choses en réalisant d’importants trades est toujours un objectif délicat surtout quand la franchise en question possède une très faible flexibilité financière à cause d’un salary cap rempli de « mauvais » contrats. Malheureusement, c’est le cas actuel des Pistons où chaque possible move semble être difficile à réaliser tant le plafond salarial de l’équipe est d’ores et déjà élevé (total de $123,251,375). En revanche, cette complication financière peut être perçue d’une différente manière selon Ed Stefanski qui juge cela comme une liberté décisionnelle où peu de risques subsistent.

Quoique les Pistons fassent, leur situation financière devrait être bloquée au moins jusqu’en 2020 où les contrats de Reggie Jackson, Jon Leuer, Langston Galloway (et Josh Smith) prendront fin. Dans ce cas précis, absorber le contrat de Mike Conley par exemple qui est relativement lourd n’est pas un problème puisque cela ne modifierait pas la trajectoire future des Pistons : avec ou sans le contrat de Conley, la franchise sera quoiqu’il arrive dans une situation bloquée d’un point de vue financier. Le tanking ou autre reconstruction n’étant pas le projet adopté, il faut donc parvenir à échanger les gros contrats actuels (Reggie Jackson en tête de liste) pour obtenir d’autres gros contrats (Mike Conley) mais qui auraient un véritable impact dans le jeu et le projet autour de Blake Griffin. A noter que le propriétaire Tom Gores est d’accord pour payer la luxury tax si un deal permettrait d’améliorer considérablement l’équipe.

Holiday, Conley… : Les Pistons à la recherche d’un nouveau meneur titulaire ?

Probablement le dossier le plus capital en terme de probables arrivées pour Detroit puisqu’il fait écho au possible départ de Reggie Jackson. La franchise du Michigan souhaite un renfort de poids sur les lignes extérieures, à commencer par le poste 1 jugé bien trop faible pour un concurrent aux Playoffs. Soulager Blake Griffin à la mène est l’un des objectifs principaux des dirigeants du Michigan.

Cela fait désormais quelques jours que la bataille entre le Jazz et les Pistons fait rage pour le deal autour de Mike Conley, qui est en partance de Memphis. Selon Vincent Ellis du Detroit Free Press, la franchise du Michigan ferait du meneur de 31 ans sa priorité absolue avant jeudi soir. Les Pistons auraient même proposé un package centré autour de Reggie Jackson avec un futur premier tour de Draft mais les Grizzlies exigeraient plus pour leur meneur. Toujours d’après le même média local, le dossier de Jrue Holiday reste à surveiller en cas d’échec des négociations avec Memphis pour Conley. L’objectif est clair : Detroit est actif et veut un nouveau meneur.

Andre Drummond : la dernière carte des dirigeants ?

Dans cette ligue où le business prime bien avant l’affect, il y a très peu de place pour les sentiments, nous avons pu le voir récemment avec les départs de Isaiah Thomas de Boston ou DeMar DeRozan de Toronto. Plus les jours passent, plus cette observation s’applique du côté du Michigan concernant Andre Drummond. Même s’il posséderait une protection totale de son propriétaire qui bloquerait toutes les transactions impliquant le pivot, force est de constater qu’un départ de Drummond est toujours envisageable à cette période de l’année, surtout depuis l’arrivée de Blake Griffin qui a fait de lui le deuxième joueur le plus important du roster.

Comme toutes les rumeurs locales ou nationales semblent l’indiquer, les Pistons sont actifs et veulent du changement dans cette Deadline. Si tous leurs projets tombent à l’eau et que leur désir de bouger les meubles persiste, il est fort possible que les dirigeants de Detroit essayent d’échanger Andre Drummond qui apparaît comme la seule valeur marchande capable d’attirer du monde au téléphone. Dans un roster qui manque cruellement de talent, échanger Drummond est loin d’être un objectif mais parfois il faut faire tomber un domino (n’importe lequel) pour pouvoir entraîner une réaction en chaîne.

Blake Griffin : le seul intouchable du roster à la mi-saison ?

A l’approche d’une Deadline, il est évident qu’un franchise player d’une équipe inspirant à jouer les Playoffs soit intransférable mais il subsiste certains éléments qui renforcent l’idée que Blake Griffin ne devrait pas bouger dans les heures à venir. Beaucoup de personnes au sein de la fanbase de Detroit souhaitent une reconstruction massive mais les dirigeants ont été clairs : pas de tanking au programme pour plusieurs raisons. Premièrement, selon Rod Beard du Detroit News, engager Dwane Casey (âgé de 62 ans bientôt) pour les cinq prochaines saisons avec un salaire annuel de $7.0 millions, à défaut d’un coach jeune est un symbole fort qui témoigne d’une envie réelle de win now. Ensuite, posséder Blake Griffin qui arrive à son prime évoluant à un niveau monstrueux ne signifie pas entamer une reconstruction totale. Et enfin, pour construire un tank cohérent, il faut un minimum de jeunes à développer avec un potentiel intéressant, or mise à part Luke Kennard, les Pistons n’en possèdent pas. Le projet de tanking rêvé par certains fans est donc illogique quand on analyse la situation financière et le roster actuel.

Cependant, d’après Vincent Ellis du Detroit Free Press, les Pistons seraient tout à fait enclins à écouter les offres qui se présentent au sujet de leur franchise player mais plutôt lors du break estival. Comprenez donc que Detroit n’est pas vendeur, surtout à la mi-saison mais que l’été prochain, ils pourraient écouter d’une oreille lointaine les possibles offres, bien que Blake Griffin reste le leader au centre du nouveau projet en cours.

source image : Getty images

 

Laisser un commentaire