8 minutes 4 ans

Quelques jours après la Trade Deadline, l’heure est désormais de comprendre les moves réalisés par Detroit mais surtout d’analyser les raisons qui ont poussé les dirigeants à monter ces deals.

Interviewé par une radio locale, le senior advisor de Detroit Ed Stefanski est revenu sur les trades qu’il a effectué ces derniers jours à commencer par sa décision d’envoyer Reggie Bullock aux Lakers pour récupérer le rookie Svi Mykhailiuk et un second tour de draft :

« Au lieu d’avoir deux seconds tours, nous avons obtenu Svi (Mykhailiuk) et un second tour. Nous savons qu’il est un prospect intéressant capable de shooter et nous sommes impatient de voir si nous pouvons le développer. L’idée de donner un nom à un joueur et d’obtenir en plus un second tour nous intriguait réellement, bien plus que deux seconds tours. »

ED STEFANSKI

Il est vrai que perdre un titulaire à la mi-saison est toujours délicat surtout sur des postes déjà bien faibles à Detroit. C’est l’une des principales raisons qui ont rendu l’analyse quelque peu compliquée au départ. Finalement, les Pistons ont logiquement misé sur l’ajout de jeunes joueurs à développer, ce qui manquait cruellement à ce roster. 

En effet, Luke Kennard semblait être le seul chantier intéressant donc Stefanski s’est senti forcé de faire le plein de jeunes prospects. Ainsi, il a décidé d’envoyer le futur restricted free agent Stanley Johnson à Milwaukee en échange de Thon Maker qui apportera un profil inédit pour le banc dans la raquette :

« Ils adorent ce gars. Nous avons obtenu un nouveau jeune joueur qui possède une grande taille, capable de contrer et de mettre des shoots au corner à trois-points. Il met beaucoup d’énergie quand il joue, c’est exactement ce que nous aimons. C’est aussi un gros bosseur. J’aurai un sourire aux lèvres avec un gars qui court avec beaucoup d’énergie, qui bloque les tirs, qui essaye de dunker et de jouer au poste. C’est le genre de joueurs que nous voulons. Et je pense qu’il correspond à ce moule. »

ED STEFANSKI

L’autre objectif fondamental sur lequel les dirigeants de Detroit ont construit leur Deadline concerne l’aspect financier. Actuellement, la franchise du Michigan possède un salary cap à la limite de la luxury tax. L’idée était donc d’éviter de rendre la flexibilité financière encore plus faible qu’elle ne l’était déjà. Les contrats rookies permettent à Detroit de remplir leurs deux objectifs – ajout de jeunes à développer et prudence financière sur le long-terme :

« Nous sommes dans une situation où nous avons très, très peu de flexibilité financière. Nous avons besoin de contrats « amicaux ». Nous ne sommes pas vraiment libres en ce moment… Nous avons désormais cinq jeunes prospects avec un contrat favorable qui sont des gars vraiment professionnels, qui travaillent dur et qui sont coachables. Le staff et le coach Casey sont ravis des deux recrues que nous avons amenées cette année. »

ED STEFANSKI

Entourer Blake Griffin (et dans une moindre mesure Andre Drummond) était clairement le rêve utopique de la plupart des personnes pour cette Deadline. Mais Ed Stefanski précise qu’il est difficile à l’heure actuelle d’y parvenir à cause de la marge de manœuvre assez faible du point de vue financier. De plus, il souligne que l’apport des jeunes autour de Blake Griffin est un aspect apprécié par ce dernier qui pourrait bien aider à rendre le projet attractif :

« Blake (Griffin) aime ces gars-là. Il pense que Bruce (Brown) et Khyri (Thomas) peuvent vraiment devenir de bons joueurs. Il a de véritables attentes pour eux. Je pense qu’ils vont l’aider dès l’année prochaine. Nous voulons obtenir cette autre star aux côtés de Blake mais nous n’avons pas cette flexibilité financière. Cela ne se réalise pas si facilement mais nous commençons ce processus pour y parvenir. »

ED STEFANSKI

Ajouter des jeunes joueurs à développer au contrat rookie long et léger semblait être la philosophie adoptée par le nouveau front office de Detroit et c’est en somme assez logique pour eux de vouloir gommer tous les obstacles laissés par Stan Van Gundy, qui entravent leur liberté et leur indépendance décisionnelle.

Quel est donc le résultat de cette Deadline ? Les Pistons ont perdu leur meilleur shooteur qu’ils ont numériquement remplacé par Wayne Ellington. Le salary cap s’est légèrement allégé. Detroit a laissé filé deux futurs free agents pour acquérir deux nouveaux jeunes joueurs et un second tour de Draft. Sans oublier, la très bonne préparation de l’été 2020 où ils auront une enveloppe comprise entre 70 et 80 millions de dollars pour recruter (d’après les estimations actuelles).

source image : USA Today

Laisser un commentaire