9 minutes 4 ans

Alors qu’il était devenu décevant vers Noel, Andre Drummond est depuis presque deux mois sur une forme époustouflante en étant l’un des artisans principaux de ce retour tonitruant des Pistons dans le top 8.

Interrogé par le Detroit Free Press, Andre Drummond revient sur sa forme actuelle qui est tout bonnement extraordinaire depuis plusieurs semaines mais le pivot des Pistons souhaite aussi souligner l’aspect collectif qui n’est pas innocent dans cette série :

« Je pense que c’est probablement la meilleure forme que j’ai eu durant ma carrière. Nous prenons beaucoup de plaisir à jouer ensemble durant les matchs. Nous avons gâché deux mois en décembre et en janvier, où nous aurions pu faire un réel coup. Désormais, nous essayons de nous sortir d’un trou dans lequel nous nous sommes mis en jouant dur chaque soir et en faisant le nécessaire pour gagner. »

ANDRE DRUMMOND

« Je suis très fier de lui. Il a beaucoup grandi. Il joue de manière plus simple et efficace ». C’est ainsi que son coach Dwane Casey décrit l’évolution de son joueur ces dernières semaines. Depuis son retour du protocole commotion le 25 janvier – qui lui avait fait manquer trois matchs, Andre Drummond pose des statistiques invraisemblables : 20.8 points / 16.1 rebonds / 2.0 steals / 2.0 blocks avec des pourcentages de 63.2% aux shoots et presque 67.5% aux lancers-francs (sans compter les deux dernières lourdes défaites). Cette forme lui a valu d’être élu joueur de la semaine.

Mais comment expliquer cette régularité et cette domination si soudaines pour un joueur habitué à être inconstant ? Selon le principal concerné, l’assistant Sean Sweeney en est la raison. Ancien coach personnel de Giannis Antetokounmpo à Milwaukee, ses méthodes semblent porter ses fruits à Detroit :

« Travailler avec le coach Sweeney a vraiment été bénéfique pour ma carrière. Je n’avais jamais vu autant de vidéos dans ma vie et nous communiquons de manière régulière. Il m’envoie des vidéos tous les jours, juste pour observer des choses différentes, me demander ce que j’en pense et nous discutons là-dessus. Je pense que regarder ces vidéos sur le jeu m’a permis de grandir en tant que joueur. »

ANDRE DRUMMOND

Comme à son habitude depuis son arrivée dans la ligue en 2012, le pivot âgé seulement de 25 ans réitère son amour pour Detroit et les Pistons. Il veut emmener cette équipe loin, jusqu’au titre et espère ne jamais être échangé. Dans la ligue actuelle, cela fait plaisir de voir des joueurs encore loyaux à leur première franchise :

« Mon objectif est de gagner ici. Je veux ramener un titre ici et faire tout le nécessaire pour remettre cette ville sur la carte. J’essaye toujours de faire le maximum pour gagner. »

ANDRE DRUMMOND

Encore mentionné dans de possibles trades lors de la dernière NBA Deadline en janvier dernier, le Big Penguin de Detroit jouit d’une protection totale du propriétaire Tom Gores, étant très attaché à son joueur drafté en 2012. De plus, Drummond précise être habitué au business de cette ligue et que ce système était presque devenu une blague dans son cercle familial :

« Ma sœur m’embête souvent. Elle m’a appelé pour me dire que j’avais encore survécu à la deadline. C’est devenu une blague récurrente à la maison désormais. Ma mère et ma sœur se moquent tout le temps de moi en me disant que je suis une nouvelle fois disponible sur le marché et en me demandant quelle sera ma future destination cette année. »

ANDRE DRUMMOND

Paradoxalement, même s’il n’a pas été all star à Charlotte, Andre Drummond réalise sa meilleure saison en carrière qui pourrait s’avérer historiquement impressionnante. Avec onze prestations en +20 points +20 rebonds, le pivot de Detroit a égalisé le plus grand total sur une saison depuis Charles Barkley en 1987 et Kevin Love en 2011. Il pourrait même les dépasser en rejoignant Kevin Willis et ses douze réalisations s’il venait à faire un douzième 20-20 cette saison.

20-20 drummond.PNG
Il est également devenu officiellement le meilleur rebondeur offensif de l’histoire des Pistons en dépassant Bill Laimbeer. Sans oublier qu’il a récemment fait son entrée dans le top 100 des rebondeurs en carrière NBA devant Ray Scott.

offensive rebound   rebound nba

Et comme si ce n’était pas suffisant, il détient le record du plus grand nombre de double-double consécutif de l’histoire de la franchise avec 19 réalisations, ex-æquo avec Bob Lanier.

Et la liste est encore très longue et mériterait un article seul : quatrième saison consécutive avec au moins 100 contres et 100 interceptions (personne dans la ligue est à plus de deux saisons d’affilées actuellement), seul joueur de la ligue avec au moins +1.5 steals et +1.5 blocks de moyenne…

source image : Getty Images

Laisser un commentaire