8 minutes 4 ans

Proprio des Pistons n’est pas une fonction de tout repos et ce n’est certainement pas le principal intéressé Tom Gores qui nous dira le contraire. Une fois de plus, les Pistons réalisent une saison en montagnes russes en compilant aussi bien les performances satisfaisantes que les passages à vide incompréhensibles. Néanmoins, cette saison en demi-teinte n’a pu entamer l’enthousiasme de l’homme d’affaires américain qui continue à croire en son équipe. Ces dernières années à Detroit, il faut savoir être patient et persévérant, hein Tom ?

Motor City est bien entendu dans la dernière ligne droite de sa saison, celle qui va décider si oui ou non nos Pistons vont pouvoir retrouver ces séries éliminatoires qui fuient la franchise depuis maintenant deux saisons. Une attente interminable pour une organisation qui a l’habitude de jouer les premiers rôles à l’Est. Cette année, Detroit est en passe de retrouver le goût des Playoffs et Tom Gores en a profité pour revenir sur la saison en général et plus particulièrement sur la trade deadline au micro de Keith Langlois.

« Je voudrais dire cela : je n’ai pas renforcé l’équipe car j’avais déjà complètement confiance en Dwane (Casey). Il n’y avait donc rien à renforcer. Vraiment pas. Il a le comportement adéquat pour faire face aux moments difficiles. Nous en avons discuté avant même de passer notre accord ensemble. Nous avons de la chance de l’avoir. »

« Je pense qu’ils ont fait un excellent travail. Nous n’avons pas cédé à l’idée selon laquelle nous allions perdre et ne pas aller en Playoffs car nous avons été clairs. Nous voulons avoir cette culture de la gagne et ils ont fait du bon travail. Même à la fin nous avons eu Wayne Ellington. Arn Tellem (vice-président des Pistons et ancien agent du joueur) a fait un excellent travail en le recrutant. J’ai parlé à Wayne. Nous n’avons pas abandonné l’idée de gagner et nous l’avons eu. Je pense qu’ils ont fait un excellent travail ».

TOM GORES

Ces moments difficiles dont Gores parle, les Pistons les ont traversés, difficilement certes, mais ils ont su s’en relever pour aujourd’hui pointer provisoirement à la sixième place de l’Est. En effet, fin 2018 début 2019, personne ne donnait cher de la peau de Detroit tellement l’équipe a été malmenée pendant deux mois. Par la suite, la trade deadline semblait ratée puisque l’équipe s’était séparée de Reggie Bullock qui était pourtant l’un des meilleurs éléments jusqu’alors. Mais contre toute attente, la mayonnaise a pris et les Pistons font preuve d’une belle entente collective depuis. Thon Maker semble bien intégré à la rotation et Wayne Ellington fait un bien fou depuis son arrivée. Il y a quelques semaines, les Playoffs paraissaient encore lointains mais Tom Gores lui, aujourd’hui satisfait de la situation de son équipe n’a jamais cessé d’y croire et avait tenté malgré tout à l’époque de remotiver les troupes :

« Pour être honnête, je ne me donnerai pas beaucoup de crédit. Tout ce que je leur ai dit c’est : Vous devez travailler tout au long du processus. Vous avez une bonne personne en Dwane Casey. Vous êtes des compétiteurs alors tenez-vous en à cela et croyez en vous. Je leur ai donné ce que j’ai connu dans ma vie, ce qui inclut les moments difficiles »

TOM GORES

Tom Gores est déterminé et veut à tout prix voir son équipe retrouver les joies de’une participation en Playoffs. Ce serait en tout cas une belle récompense vu l’application et la concentration dont l’équipe fait preuve en cette période de Playoffs Push. Tout n’est pas parfait bien entendu, mais l’état d’esprit est là et rien ne semble perturber l’objectif que Detroit s’est fixé. Le propriétaire de la franchise veut désormais revoir l’organisation Detroit Pistons comme une référence en NBA et l’a fait savoir :

« Nous voulons les Playoffs. Il faut avoir avoir une certaine attitude vis-à-vis de la victoire. On construit une famille, on construit un business, on construit une équipe. Nous faisons de grandes choses pour la ville »

TOM GORES

Quatorze matchs, le soutien de toute une organisation et de ses fans pour un seul objectif, vous savez désormais ce qu’il vous reste à faire messieurs.

source image : USA Today

Laisser un commentaire