10 minutes 4 ans

Signé cinq saisons il y a un an, Dwane Casey a réalisé son objectif principal de ramener la franchise en Playoffs. Mais quid de son entente avec les joueurs ? Les principaux concernés ont rendu un hommage à leur coach.

Interrogés par le site officiel de le franchise, plusieurs joueurs reviennent sur leur première saison effectuée avec le nouveau coaching staff dirigé par Dwane Casey. Auteur d’une saison stratosphérique, Blake Griffin est ravi de voir que les échos estivaux qu’il avait eu concernant Dwane Casey étaient bien réels :

« Quand vous parlez à plusieurs personnes durant l’été et qu’ils vous disent tous la même chose, c’est plutôt positif pour la suite. Juste de la cohérence. Une chose dont tout le monde parle au sujet de Casey, c’est le type de personne qu’il est: un gars formidable, très discipliné et qui se soucie de ses joueurs. Je l’ai remarqué tout au long de la saison. »

BLAKE GRIFFIN

Lors de l’été 2010 alors que Blake Griffin s’apprête à réaliser l’une des meilleures saisons rookie de l’histoire, les Clippers hésitent activement entre Dwane Casey (assistant de Rick Carlisle à Dallas) et Vinny Del Negro pour le poste de coach. L’ailier-fort de 30 ans précise qu’à l’époque, il souhaitait déjà jouer sous la houlette de Casey. Un scénario qui se réalisera finalement que dix ans plus tard pour le plus grand bonheur de Griffin :

« J’avais vraiment fait le forcing auprès des dirigeants pour qu’il obtienne le poste mais vous n’avez pas vraiment l’aura adéquat en tant que rookie pour demander ce genre de choses. Nous avons beaucoup de chance d’avoir un entraîneur comme lui. Un entraîneur qui défend et représente ce qu’il fait. Il était génial cette saison. J’ai vraiment aimé jouer pour lui. »

BLAKE GRIFFIN

Un groupe se forge avec des victoires mais surtout des souvenirs communs partagés. D’après le franchise player des Pistons, la victoire au buzzer face aux Raptors à la Scotiabank Arena en novembre a été un tournant dans la saison de Detroit notamment pour la cohérence et l’entente au sein de l’équipe – les joueurs ayant offert cette revanche si importante à Dwane Casey :

« Il y a toujours un moment où ça peut basculer entre un coach et son équipe. Pour moi, l’un de ces moments, ça a été Toronto. À la mi-temps, il est arrivé et on a parlé des bonnes choses à faire pour s’en sortir. Je me rappelle m’être dit qu’il avait parfaitement géré la situation. C’est dans ces moments-là que tu gagnes le respect. »

BLAKE GRIFFIN

Si son prédécesseur était souvent accusé de rester bloquer sur ses idées, Casey n’a pas hésité à modifier sa rotation à plusieurs reprises voire son cinq majeur. Il a même pris certains risques avec le pari Bruce Brown (rookie de second tour) titulaire cinquante-six fois. Il ne regarde pas le salaire, le statut ou l’expérience mais plutôt le profil et le jeu de ses joueurs, ce que Langston Galloway n’a pas dénié à rappeler :

« Il se bat pour nous et défendra tous ceux qui se battront avec lui. Il met sur le parquet les joueurs qui veulent aider l’équipe à atteindre les playoffs. Ça en dit beaucoup sur lui. Il s’est beaucoup investi avec les joueurs toute l’année, à essayer de nous aider à traverser nos lacunes. »

LANGSTON GALLOWAY

Unrestricted free agent en juillet prochain, Ish Smith a tenu à montrer toute sa gratitude et son respect pour le coach de Detroit, en mettant l’accent avant tout sur sa gestion du groupe et sa proximité avec les joueurs. Au cours de la saison, il est resté ouvert à la discussion en faisant preuve d’une réelle compréhension – peu importe les épisodes :

« Coach Casey sait garder son calme malgré la pression, ce qui est plutôt agréable. Il a eu ses moments, comme tout coach, quand les joueurs ne donnent pas ce qu’il attend d’eux. Mais on a dû faire face à beaucoup d’adversité. Et il n’a jamais baissé les bras, il ne s’est jamais frustré, il n’a pas eu de grosses colères. Le résultat à l’arrivée, c’est notre qualification en playoffs, et sa personnalité y est pour beaucoup »

ISH SMITH

Contrairement à Stan Van Gundy qui était critiqué pour laisser peu de chance aux jeunes joueurs, Dwane Casey est un fervent défenseur d’un coaching plus libre offrant de nombreuses opportunités à ses joueurs, même les plus inexpérimentés. C’est ce que souligne Luke Kennard qui a parfaitement terminé sa saison sophomore :

« Il nous permet de jouer librement. Il aide les gars à être eux-mêmes et à créer des plays. J’ai beaucoup appris. Il reste encore beaucoup de travail à faire et je suis ravi que cela se produise avec lui et de cette manière. »

LUKE KENNARD

Arrivé lors de la Trade Deadline en provenance de Milwaukee, Thon Maker s’est rapidement acclimaté aux méthodes de son nouveau coach qu’il juge très bonnes pour le développement personnel des joueurs :

« J’ai eu beaucoup de plaisir. Il vous offre la liberté, l’encouragement de continuer à travailler. C’est un gars qui laisse tout le monde faire ce qu’ils veulent en matière d’exploration de leur jeu, mais en même temps, il va vous responsabiliser en vous demandant de jouer fort et de défendre. »

THON MAKER

Si son playbook tactique peut parfois paraître insuffisant, il est en revanche difficile de reprocher quelque chose à Dwane Casey au sujet de sa gestion du groupe et de sa relation avec ses joueurs. Il pense à développer les plus jeunes potentiels en les responsabilisant sans pression et en leur donnant de la liberté d’exécution. Un signal vert pour la suite du projet…

source image : USA Today

Laisser un commentaire