8 minutes 4 ans

Dans quelques semaines aura lieu la traditionnelle NBA Draft (jeudi 20 juin au Barclays Center de Brooklyn) qui permet aux franchises de sélectionner de jeunes joueurs en provenance des universités américaines ou pays étrangers.

Pour cette cuvée 2019, les Pistons retrouvent le premier tour après avoir perdu celui de 2018 dans le blockbuster trade de Blake Griffin l’an dernier. Ils se positionnent à la quinzième place, soit le premier choix des équipes de Playoffs (en dehors de la zone Lottery 1-14). Avec une flexibilité financière toujours aussi faible, la franchise du Michigan ne doit en aucun cas sous-estimer l’apport que pourraient avoir leurs futurs rookies mais il serait judicieux de se demander quelle est la stratégie la plus judicieuse à l’approche du grand soir. Les voici donc de la plus à la moins probables.

La stratégie de l’impact immédiat

A l’heure actuelle, le projet des Pistons s’apparente plus à du moyen-terme à savoir construire rapidement une équipe cabale de gagner maintenant autour de Blake Griffin (et Andre Drummond). Dans cette optique, la stratégie la plus logique serait de sélectionner un jeune prospect au poste le plus faible (le poste 3) et surtout qu’il soit capable d’avoir un impact immédiat dans le jeu des Pistons au point d’être titulaire ou bakcup dès sa première année dans la Grande Ligue. L’idéal voudrait donc un ailier assez polyvalent et mature qui représenterait un véritable renfort pour combler les faiblesses au shooting et/ou en défense extérieure. Le choix de l’assurance semble intéressant pour une franchise qui ne demande qu’à s’améliorer en role players complets pour un salaire assez bas.

Correspondant à ce profil : P.J. Washington, Grant Williams, Brandon Clarke, Nickeil Alexander-Walker, Keldon Johnson…

La stratégie du diamant à polir

Le projet des Pistons possède de nombreuses failles qu’il sera important de colmater le plus rapidement possible, tels que le manque de véritables potentiels à développer. Certes on peut se demander si la franchise du Michigan a réellement le temps pour polir un jeune diamant prometteur car l’objectif reste de retourner en Playoffs et passer un tour. Néanmoins, il n’en demeure pas moins vrai qu’hormis Luke Kennard et dans une moindre mesure Thon Maker, Bruce Brown, Svi Mykhailiuk ou Khyri Thomas, Detroit n’a pas de gros potentiel à développer. Et si Stan Van Gundy n’était pas du genre à offrir une chance à ses jeunes joueurs, le staff de Dwane Casey possède une philosophie opposée en résignant pas sur les minutes attribuées aux rookies. De plus, cette cuvée regorge d’ailiers annoncés au milieu du premier tour – exactement l’urgence pour Motor City. L’environnement apparaît donc comme idyllique pour un prospect qui pourrait progresser en ayant des minutes dès sa première saison sur un poste totalement vide de joueurs dans une équipe de Playoffs.

Correspondant à ce profil : Nassir Little, Romeo Langford, Kevin Porter Jr., KZ Okpala…

La stratégie de la tentation 

Chaque année à la Draft, certains joueurs intriguent de part leur taille, leur envergure ou leur côté freak qui font d’eux de solides potentiels si le plafond annoncé est bien atteint. Réputé pour posséder des méthodes de développement parfaites pour les jeunes joueurs (à voir l’immense travail effectué à Toronto avec Siakam, VanVleet, Powell…), Dwane Casey pourrait suggérer au front office de sélectionner un jeune joueur particulier (comme Bol Bol par exemple) qui lui apparaît comme potentiellement similaire à sa manière de travailler avec les jeunes joueurs. Malheureusement, la plupart des joueurs correspondants à cette description sont des pivots donc il serait donc dommage de sacrifier l’une des seules armes que possèdent les dirigeants cet été pour renforcer un poste loin d’être faible. 

Correspondant à ce profil : Bol Bol, Goga Bitadze…

La stratégie du trade

Enfin dernier plan possible : un trade le soir de la Draft impliquant soit un maillon attendu comme Reggie Jackson (qui entamera sa dernière année de contrat donc plus facilement échangeable), Jon Leuer ou Langston Galloway, soit un joueur plus surprenant tel que Andre Drummond si les dirigeants souhaitent redistribuer les cartes afin d’avoir un roster plus équilibré, et non exclusivement concentré dans la raquette. Même si cela semble peu probable, il ne faut jamais rejeter cette hypothèse surtout après avoir été proche de monter un trade pour Mike Conley (toujours en partance de Memphis aujourd’hui) lors de la dernière Deadline. 

Correspondant à ce profil : surveiller les dossiers autour de Mike Conley, Jrue Holiday, Reggie Jackson, Jon Leuer… 

source image : WYKC

Laisser un commentaire