6 minutes 3 ans

Peu à peu, l’effectif des Pistons prend la couleur du jeu de Dwane Casey. En effet, un nouvel artilleur de loin vient de débarquer dans le Michigan.

C’est Adrian Wojnarowski qui l’a annoncé dans la nuit : les Pistons et les Bucks ont décidé de faire affaire une nouvelle fois après le deal entre Thon Maker et Stanley Johnson il y a quelques mois. Cette fois, c’est Jon Leuer qui prend la direction du Wisconsin tandis que Tony Snell et le 30ème pick de la Draft 2019 font le chemin inverse. Un joli pari réalisé par les Pistons qui continuent de chercher des snipers pour garnir les postes 2 et 3.

Il est vrai que Tony Snell, bien qu’auteur d’un début de carrière prometteur chez les Bulls et lors de ses deux premières saisons chez les Bucks, reste sur une campagne 2018-19 plus discrète. Avec une moyenne d’à peine 18 minutes de jeu par match, l’arrière d’origine californienne n’avait jamais aussi peu joué depuis sa saison de rookie à Chicago.

Néanmoins, son aptitude à sortir du banc pour mettre des tirs de loin est toujours restée intacte. En 2018-19, l’arrière a réussi une saison à 40% de loin, compilant alors 6 points par match. Il est vrai que chez les Bucks, qui est une équipe qui joue les sommets, il paraît difficile pour un joueur de son standing de se frayer un chemin dans la rotation. Or à Detroit, où la franchise est dans une logique de progression, Snelly pourrait tout à fait avoir un bel impact dès la saison prochaine.

Reste à savoir maintenant le rôle que Casey lui attribuera. Titulaire ? Remplaçant ? Poste 2 ou 3 ? Ces questions méritent d’être posées. En tout cas, avec la progression de Luke Kennard, l’arrivée potentielle d’un rookie intéressant dans ce secteur de jeu et donc le recrutement de Tony Snell, la doublette titulaire Bruce Brown-Wayne Ellington risque d’être sérieusement remise en question. Ce sera à Dwane Casey de décider du cinq majeur et d’attribuer à chacun son rôle. Un joli casse-tête. En tout cas, le nouvel arrivant de 28 ans a un très bon coup à jouer si son adresse et ses aptitudes défensives sont au rendez-vous.

La deuxième chose importante à savoir se situe au niveau du salaire. Detroit a en effet réussi à se séparer du contrat encombrant à 10 millions de dollars de Jon Leuer pour la saison prochaine. Néanmoins, avec Tony Snell, ce sera 12 millions de dollars garantis jusqu’en 2020 voire 2021 puisque l’arrière bénéficiera en effet d’une player option à 12 millions de dollars et des poussières pour l’exercice 2020-2021. Les Pistons ne font donc pas d’économies avec ce trade. Espérons alors que Tony Snell aura le rendement escompté, sous peine de devoir se trimballer de nouveau un contrat assez conséquent jusqu’en 2021.

Pour ce qui est de la Draft en tout cas, Detroit aura la chance, même si ce n’est que le pick 30, de bénéficier de deux choix au premier tour. Certes, ce ne sont pas les choix les plus avantageux, mais avec Dwane Casey au coaching, on peut se réserver le droit d’imaginer que les deux futurs prospects auront de quoi s’exprimer à minima.

source image : USA Today

Laisser un commentaire