19 minutes 3 ans

Presque une semaine après la Draft, l’euphorie de la sélection de Sekou Doumbouya en quinzième position est toujours de mise chez Pistons France. Mais mis à part ça, que faut-il espérer du jeune franco-guinéen ?

En premier lieu, la hype

Il faut le dire, les plans des Pistons ont été très certainement chamboulés au lendemain de la Draft. Personne dans les rangs de Detroit n’aurait pu imaginer qu’un joueur aussi prometteur et talentueux que Sekou Doumbouya puisse chuter jusqu’au quinzième choix et tomber dans les bras de la franchise de Motor City. Que dire, une aubaine pour Casey et son staff. Voir l’ancien joueur de Limoges débarquer dans le Michigan était quasiment inespéré car les principaux clients pressentis au quinzième spot étaient plutôt Romeo Langford ou encore Kevin Porter Jr, des profils pas inintéressants mais qui présentent un potentiel plus plafonné. Soyons clairs, les Pistons n’ont pas cherché de midi à 14h durant la Draft, ils ont sélectionné le meilleur joueur disponible, point barre. Maintenant, reste à voir ce que le joueur peut donner en NBA

En tout cas ici, la fanbase des Pistons française est forcément très enthousiaste car il faut rappeler que l’ailier de 18 ans et demi est le tout premier tricolore à vêtir le maillot des Pistons. Dans l’Hexagone, l’attente est donc là et tout le monde rêve de voir le jeune Sekou faire son trou à Detroit et s’installer vite dans la rotation, voire dans le cinq majeur si affinités. De plus, la présence d’un coach comme Dwane Casey sur le banc et la faiblesse du roster sur le poste 3 porte à croire que l’arrivée du franco-guinéen dans l’effectif est une aubaine pour ce dernier. La possible future association Doumbouya-Griffin-Drummond sur le frontcourt est déjà sur toutes les lèvres et force est de constater que si le nouveau venu démontre son potentiel dès sa première saison, le projet Pistons a des chances d’être de plus en plus ambitieux à l’avenir.

Mais la hype ne s’arrête pas aux frontières de l’Hexagone car si on lit les paroles du front-office de Detroit et du coach, on peut facilement voir qu’à Detroit, tout le monde semble ravi de l’arrivée du nouveau numéro 45 des Pistons. Ed Stefanski a exprimé sa satisfaction de compter désormais Sekou dans ses rangs pour la saison prochaine et Dwane Casey a loué les prestations de son protégé lors des workouts. Si on en croit alors tout ce qui ressort de la communication de la franchise sur l’arrivée du jeune franco-guinéen, on est en droit de penser que ce dernier arrive dans un endroit où le staff est prêt à l’accueillir comme il se doit afin de le mettre dans les meilleures dispositions. D’ailleurs, lors de sa première conférence de presse, Andre Drummond a tenu à être présent pour souhaiter la bienvenue à son nouveau coéquipier. La Detroit Family s’est donc montrée enthousiaste quant à l’arrivée de Sekou Doumbouya, c’est donc au tour du principal intéressé de tout donner pour se faire une place de choix dans la rotation dès la saison prochaine.

Le cadre et l’entourage propices

Un aspect passé plus ou moins sous silence ces derniers jours : l’entourage du joueur. Pour ceux qui ne seraient pas encore au courant, il semble important de savoir que Sekou Doumbouya arrive en NBA entre les mains de l’agence ComSports et du duo Bouna Ndiaye-Jérémy Medjana qui s’occupe entre autres des affaires de Rudy Gobert, Evan Fournier et de Nicolas Batum, des joueurs qui ont su se faire une place de choix dans la grande ligue. Bien sûr, cet élément ne suffira pas à lui seul à garantir la réussite du joueur en NBA mais dans un monde comme la NBA, être entouré de bons conseillers peut avoir son importance. De plus, lorsqu’on voit la carrière que sont en train de suivre les joueurs cités plus haut, on ose espérer que ces derniers puissent avoir quelques conseils à donner au nouveau joueur des Pistons, que ce soit en terme de mentalité, de jeu ou de travail.

Pour ce qui est du cadre off-court, le joueur semble donc prêt à entamer son aventure en NBA. Mais pour ce qui concerne le terrain également, Sekou s’apprête à intégrer un effectif composé de joueurs expérimentés aux profils divers qui pousseront le joueur à se donner à fond à l’entraînement et à apprendre quotidiennement. Qui de mieux à l’entraînement que Drummond pour se battre au rebond ? Quel meilleur conseiller en terme de skills offensifs et d’éthique de travail au poste 4 que Blake Griffin ? Progresser au tir avec des joueurs d’expérience à l’aile tels que Wayne Ellington et Tony Snell, intéressant non ? Pour un joueur qui a une énorme marge de progression sur de nombreux secteurs de jeu, c’est pas mal du tout. De plus, l’effectif est suffisamment  compétitif pour faire progresser le joueur mais ne l’est pas trop non plus, ce qui lui permettra d’avoir de quoi s’exprimer en termes de minutes de jeu durant les matchs.

Enfin, pour finir sur l’entourage du joueur, comment ne pas évoquer Dwane Casey et la vision de la franchise dans laquelle il arrive ? Honnêtement, débarquer dans une équipe qui joue match après match pour les gagner, qui vient tout juste de retrouver les Playoffs et coachée par un homme qui aime les jeunes n’est-il pas l’un des environnements les plus intéressants pour un rookie ? Le gamin de 18 ans débarquera certainement dans un environnement plus adapté à ses besoins que celui qu’avait découvert le malheureux Frank Ntilikina il y a deux ans en arrivant à New York, pour donner un contre exemple.  D’ailleurs la saison dernière, l’arrière Bruce Brown pourtant drafté seulement au second tour a su se frayer un chemin dans la rotation et gagner à minima la confiance de Casey donc pourquoi pas imaginer la même chose voire mieux pour Sekou Doumbouya ? Le cadre semble donc parfait pour espérer un développement serein du joueur, ne reste plus qu’au joueur de prouver son talent sur les parquets. Sekou a en plus l’avantage d’arriver dans une équipe et un staff qui veut de lui, donc tout semble aller pour le mieux.

Et sur le terrain ?

Mais qu’en est-il du joueur en lui-même ? La hype, la french touch et la jeunesse, c’est bien beau, mais c’est ce qu’il pourrait apporter sur le terrain day one qui nous intéresse davantage. Pour rappel, Sekou Doumbouya est un beau bébé de 2m06, 105 kg mais aussi et surtout une envergure de 2m13. Le gamin est long, athlétique, agressif, défend avec envie même si sa palette offensive somme toute intéressante reste à développer. En plus de cela, même si c’est loin d’être sa qualité première, le franco-guinéen a montré en France avec Limoges qu’il était capable de mettre dedans à trois points, un aspect qu’il n’a cessé de bosser durant ses trois premières saisons professionnelles. Le joueur a donc toutes ses chances de s’épanouir en NBA, si tant est qu’il soit mis en confiance par son staff et ses coéquipiers, car rappelons-le, Sekou Doumbouya fêtera seulement ses 19 ans le 23 décembre prochain. Certes à l’heure actuelle, compte tenu de son âge, on peut émettre tous les doutes du monde quant à sa réussite mais en tout cas, le profil est là.

Un profil qui rappelle à peu de choses près un certain Pascal Siakam. Le MIP de la saison reste en effet sur une campagne 2018-19 magnifique avec les Raptors mais a dû attendre son tour avant de devenir le joueur qu’il est aujourd’hui. Sommes-nous alors en droit d’imaginer un tel scénario du côté des Pistons ? Pourquoi pas. Pour commencer, il faut toujours garder en tête que l’actuel coach des Pistons est un homme qui aime responsabiliser ses joueurs et faire évoluer les jeunes qu’il a à disposition. Certes, durant son époque Raptors, il n’avait pas su déceler entièrement le talent que Siakam avait entre ses mains, mais raison de plus pour tenter cette fois de responsabiliser Doumbouya et essayer, à défaut d’en faire un Siakam dès la saison prochaine (ce qui paraît compliqué), de lui donner un vrai rôle dans la rotation, autrement dit lui donner de quoi s’exprimer. C’est à dire accepter qu’il puisse se tromper, rater ses tirs, faire des mauvais choix etc. En définitive lui donner le maximum de liberté afin d’évaluer réellement son talent pour pouvoir ensuite tirer des conclusions sur sa saison de rookie. Le chantier est conséquent, mais cela ne fait pas peur à Dwane Casey.

En tout cas, son rôle chez les Pistons version 2019-20 reste un dilemme : titulaire en 3 ou remplaçant de choix en 4 derrière l’intouchable Blake Griffin ? Ce sera à Dwane Casey de trancher par rapport à ce qu’il verra en Summer League puis en pré-saison. Mais il est dans tous les cas difficile d’imaginer une saison blanche du franco-guinéen étant donné les besoins criants de la franchise en terme de talent et de potentiel. Les Pistons tiennent en Sekou Doumbouya un joueur capable d’apporter de la fraîcheur et de l’alternance dans un jeu trop souvent tourné sur le tir longue distance ou la création de Blake Griffin. En effet, il pourrait potentiellement faciliter le jeu en transition par sa vitesse et son explosivité, un aspect que Detroit a trop peu utilisé la saison dernière, si ce n’est par séquence avec Ish Smith. De plus, il pourrait apporter de la défense et de l’envie, un élément essentiel de la culture du jeu à Detroit et pour lequel il pourrait être rapidement très apprécié par le public. En effet, son physique pourrait faire de lui un vrai profil défensif intéressant en NBA, ce qui ferait d’ailleurs le plus grand bien à Detroit qui peine ces dernières années à retrouver une solidité défensive.

Il faut malgré tout garder en tête que le joueur est très jeune et qu’il aura certainement besoin d’un temps d’adaptation plus important que les autres rookies mais après tout, s’il s’est présenté à la Draft aussi jeune, c’est qu’il se sentait prêt pour faire le grand saut. Ce qui est sûr, c’est que la franchise va devoir être patiente avec lui et avoir un rôle dans la manière de cadrer le joueur afin de lui offrir le meilleur environnement possible pour progresser. Le défi est relevé d’un côté comme de l’autre, mais si tout se passe à merveille, pourquoi pas rêver d’une love story entre Sekou Doumbouya et sa nouvelle franchise ? Chez Pistons France en tout cas, on ne demande pas mieux.

Les Detroit Pistons semblent donc ravis d’entamer un nouveau chapitre avec Sekou Doumbouya. Le fit sur le terrain et avec la culture de la franchise semble prometteur, le joueur a du potentiel, une envie de prouver en NBA et la franchise souhaite continuer à progresser. Ne reste maintenant qu’un seul mot à prononcer : patience.

source image : Getty images

 

Laisser un commentaire