7 minutes 3 ans

Après une longue semaine dédiée à écrire et revenir sur le choix de Sekou Doumbouya, la rédaction de Pistons France se doit de prendre le temps d’analyser le second tour réalisé par Detroit qui apparaît comme très particulier sur le papier.

Hormis Sekou Doumbouya, le front office de Detroit a également jeté son dévolu sur deux autres jeunes prospects à savoir Deividas Sirvydis et Jordan Bone. Cependant, même si leur profil n’est pas inintéressant, certaines questions peuvent se poser après les quelques décisions prises durant ce second tour.

Des moves étranges mais compréhensibles ?

Avant de débuter toute analyse, il est important de rappeler que les Pistons commençaient cette Draft avec trois choix dont deux au premier tour. Acquis dans le trade de Tony Snell avec les Milwaukee Bucks, le pick 30 a finalement été envoyé aux Cleveland Cavaliers en échange de quatre futurs second tours de Draft et une enveloppe de $5.0 millions de cash consideration. Voici le premier move jugé plutôt étrange des Pistons car Kevin Porter Jr (annoncé dans le Top 14) était encore disponible. Vu à travers un prisme différent, cela pouvait à la limite se comprendre car la franchise du Michigan ne possédait plus de choix de seconds tours dans les années à venir donc accumuler des assets est toujours capitale dans le travail d’un bon general manager.

En revanche, quelques minutes plus tard, les Pistons ont décidé d’envoyer aux Mavericks deux second tours de Draft qu’ils venaient d’acquérir via les Cavaliers accompagnés du choix 45 contre le pick 37 pour sélectionner l’ailier lituanien Deividas Sirvydis. On peut alors judicieusement se demander pourquoi Detroit a sacrifié un pick 30 pour finalement se retrouver qu’avec deux seconds tours sur les quatre qu’ils ont reçu des Cavs. Autre étrangeté dans ces décisions : Ed Stefanski a ensuite envoyé un second tour de Draft 2024 avec une enveloppe de dollars aux Sixers pour récupérer le choix 57 et choisir Jordan Bone. En conclusion, Detroit a envoyé plus de futurs second tours (trois au total) qu’ils en ont reçus (deux restants sur les quatre).

Finalement qu’un seul rookie la saison prochaine ?

Mais ces questions que l’on se pose se renforcent depuis quelques jours lorsque nous avons appris via le Detroit Free Press que les Pistons envisageraient de conserver seulement Sekou Doumbouya comme rookie dans leur roster la saison prochaine. Le but serait d’économiser quelques dollars dans le salary cap mais surtout de libérer des spots à l’approche de la Free agency. Ainsi le plan serait de signer Jordan Bone en two-ways contract pour qu’il puisse assurer des voyages entre la G-League et la NBA sans verrouiller une place fixe dans le roster. Concernant Deividas Sirvydis, le cas est un peu plus complexe car il est officiellement encore sous contrat avec son club de Lietuvos Rytas (à Vilnius en Lituanie) donc s’il ne parvient pas négocier un buyout, la franchise du Michigan pourrait très bien le laisser une saison supplémentaire en Europe, histoire qu’il perfectionne son jeu (rappelons-le il est âgé seulement de 20 ans) comme l’ont pu faire précédemment plusieurs européens draftés au second tour tels que Nikola Jokic, Alex Abrines, Bojan Bogdanovic, Davis Bertans ou encore Cedi Osman.

Les dirigeants de Detroit sont très loin d’avoir réalisé une mauvaise draft mais leur second tour soulève certaines questions frustrantes. Seuls eux savent les tenants et les aboutissements de leur projet mais si on tire une conclusion d’un œil extérieur : on remarque que Detroit a perdu un premier tour afin de recevoir quatre futurs seconds tours pour finalement en envoyer deux, dans le but de drafter deux prospects qui risquent de ne pas intégrer le roster de manière fixe la saison prochaine. Ne fallait-il plutôt pas tenter un Kevin Porter Jr, KZ Okpala ou Bruno Fernando en 30 ? L’avenir nous le dira.

source image : Hoops Habit

Laisser un commentaire