12 minutes 3 ans

Vous êtes désormais plus de 7 000 à nous suivre sur Twitter et il fallait bien vous rendre la pareil en vous offrant un petit cadeau, chers fidèles lecteurs grandissants du site Pistons France.

Après être parti à la rencontre de Rod Beard du Detroit News et The Hooper la mascotte officielle des Pistons, on vous propose aujourd’hui une entrevue avec Benoist Burguet, le tout premier coach dans la carrière de Sekou Doumbouya quand il a commencé le basketbalL. 

Pistons France : Avant de rentrer dans les questions plus précises, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ? Que faites-vous dans la vie et depuis combien de temps baignez-vous dans la balle orange ?

Benoist Burguet : j’ai commencé le basket à 14 ans à l’Amicale de Neuville dans le Loiret rapidement j’ai passé mes diplômes d’entraîneur et suivi le cursus fédéral BE1-2 en 1991. Je me suis retrouvé à la tête du centre de formation d’Evreux avec deux titres de Champion de France et deux coupes de France cadets, puis le titre espoirs du trophée du futur ! Nommé deux fois Coach de l’année en 1993 et 94, je suis propulsé coach principal de l’ALM Evreux en ProA pendant trois ans, puis à l’hermine de Nantes (ProB). J’enchaîne au SLUC Nancy de Sylvain Lautié vainqueur de la coupe Korac 2002 et Orléans en ProB. A 53 ans, je suis responsable technique de la Ligue du Centre de Basket-Ball et de la section sportive Condorcet de Fleury les Aubrais où a débuté Sekou.

P.F. : Pouvez-vous nous parler un peu plus de Sekou Doumbouya l’enfant. Quand l’avez-vous connu et surtout quel genre d’enfant était-il ? Avez-vous une anecdote amusante à nous partager sur Sekou enfant ?

B.B. : Sekou était un enfant jovial, toujours avec le sourire, il aimait le jeu et surtout joué avec un ballon en main. Il était toujours à fond dans les entraînements, respectait les consignes, ses coéquipiers et adversaires. En récréation on ne voyait que lui dans la cour de l’école, il courrait, sautait, s’amusait… C’était un enfant plein de vie.

P.F. : Quand avez-vous décelé que Sekou Doumbouya avait un potentiel, un plafond si haut et qu’il allait pouvoir aller si loin dans le basket ? En tant que coach, aviez-vous déjà eu sous votre houlette un jeune joueur aussi talentueux que lui ?

B.B. : Rapidement ! J’ai dit depuis le début de l’histoire que Sekou serait drafté, il avait tout pour réussir. Dans ma jeune carrière j’ai eu des Joseph Gomis, Jean Marc Kraidy, David Frigout et bien d’autres… Sekou était différent .

P.F. : Nous avions pu voir dans le reportage réalisé par Stade 2 que vous étiez très proche de sa famille, notamment de sa maman Marie. Comment décririez-vous votre relation avec la famille Doumbouya ? Et que pouvez-vous nous dire sur ce cadre familial qui semble très soudé et fort ?

B.B Oui très proche ! Sa maman est une grande artisane de sa réussite, elle s’est battue pour l’éducation de ses enfants, la naturalisation et les difficultés. C’est une femme courageuse et exemplaire. Pour le Basket, elle m’a toujours fait confiance « c’est Benoist qui décide ». On se connait depuis sept ans, je fais partie de la famille, tout le monde me connait maintenant à Conakry et me surnomme « le sorcier blanc ».

25318-190628115427260-9-1024x906.jpg

P.F. : Vous qui avez assisté à son évolution depuis le premier jour. Quelle serait votre description du basketteur Sekou ? Que ce soit en termes de jeu mais aussi de mentalité ou d’attitude bien évidemment.

B.B. : Depuis très jeune Sekou était très délié, coordonné, il jouait des deux mains avec aisance, tout était facile pour lui. Il avait du talent et de la classe, il était beau a voire jouer. Il était grand mais je le faisais jouer extérieur et monter les ballons sur pressing. Il avait soif d’apprendre et progressait chaque jour. Il avait la chance d’entrer au Pôle espoirs d’Orléans sous les ordres de Nicolas CORBE et de s’entraîner avec Lamine KEBE actuel coach sur les équipes France. Sekou améliorait son tir à 3pts, il devenait un joueur complet. Les gens venaient le voir jouer, il était devenu un phénomène local, très gentil avec tous et respectueux de son entourage.

P.F. : Il y a quelques jours, Sekou Doumbouya a été sélectionné à la quinzième position par les Detroit Pistons ? Êtes-vous satisfait par cette destination ? Pensez-vous que les Pistons représentent une bonne situation pour Sekou ?

B.B. : Oui nous étions tous satisfait de ce choix, ses agents Bouna N’Diaye et Jérémy Medjana aussi, Sekou est très bien tombé ! Le Coach le voulait et Detroit est le club parfait pour lui offrir du temps de jeu en tant que rookie.

P.F. : Maintenant qu’il est NBA et qu’il va déménager aux Etats-Unis, comment voyez-vous son intégration là-bas ? Vous pensez qu’il va connaître quelques difficultés au départ ou malgré son jeune âge vous le voyez déjà avoir les épaules pour supporter certaines choses ?

B.B. : C’est la question que tout le monde se pose ! Au CSP Limoges il n’avait que 17 ans et il s’est bien intégré dans un monde d’adultes et des matchs à pression. Il s’est toujours adapté au niveau de jeu et au contexte. Il est déconcertant là dessus, même le soir de la Draft Sékou était sans stress.

P.F. : Nous pouvons voir sur les réseaux sociaux ou dans les médias que le planning de Sekou est très chargé depuis le 23 juin dernier. Avez-vous eu l’occasion de lui parler depuis le grand soir ? Comment vit-il ses premiers jours en tant que joueur NBA ?

B.B. : Le soir même de la Draft, le coach des Detroit Pistons l’appelait et Sekou montait dans l’avion dès le lendemain matin, je l’ai eu plusieurs fois et il est très impressionné . il m’a envoyé un message « merci Benoist je ne réalise toujours pas », il vit un conte de fée et a dépassé ses rêves !

P.F. : Dernière petite question pour conclure cette interview : allez-vous avoir l’occasion d’assister à des matchs des Pistons la saison prochaine ou cela s’annonce difficile avec votre métier de coach chez les jeunes ?

B.B. : Oui bien sûr ! J’irai le voir jouer et j’espère assister à son premier match NBA.

Remerciements à Benoist Burguet pour sa disponibilité et Sophie Loiseau de nous avoir mis en contact

source image : Photos privés envoyés par Benoist Burguet

Laisser un commentaire