13 minutes 3 ans

Avant le début de la présaison des Pistons, une question restait en suspens au sein du roster : qui allait arracher le quinzième et dernier spot de l’effectif en vue de la prochaine saison, plutôt Christian Wood ou Joe Johnson ? Après quelques matchs, l’un semble clairement se détacher, mais revenons tout de même sur les deux profils engagés.

Joe Johnson : trop vieux ?

Aujourd’hui, Iso Joe n’est même plus à présenter dès lors qu’on parle de NBA. Carrière d’une longévité qui force le respect, talent indéniable et scoreur accompli, il a écumé les parquets de la Grande Ligue pendant près de deux décennies. Avec le poids des années, le vétéran avait dû à contrecoeur renoncer à la NBA pour aller se refaire une santé en Big3 League, ligue mineure qu’il a dominée de la tête et des épaules au point d’y finir champion et MVP en 2019. Du coup, les Pistons ont tenté le coup l’été dernier et ont décidé de lui offrir un an de contrat au minimum vétéran afin de tenir les serviettes au bout du banc de Detroit et aller mettre de temps à autres deux ou trois banderilles de loin si besoin. En effet car même si JJ est vieux, il n’en reste pas moins un énorme shooter au talent unique, un talent qui lui a permis durant sa longue carrière d’être sélectionné à de multiples reprises au match des étoiles. Ceci étant dit, toutes ces belles paroles n’évoquent que le passé et on imagine mal le joueur de 38 ans avoir un réel impact dans une franchise NBA à l’heure où on parle. Peu en vue lors de ces matchs de présaison, l’ancien joueur des Hawks semble un peu dépassé, hors de forme. Bon, ce ne sont que des matchs de préparation mais tout de même. Le nom est là, le talent également, mais pour l’instant, Joe Johnson n’a pas réellement envoyé de signes encourageants à son coach, bien que son temps de jeu reste très limité.

Néanmoins, arrêtons nous sur ce que l’ailier pourrait théoriquement apporter de concret aux Pistons en vue de la saison à venir. Pour commencer, avoir un joueur tel que Johnson dans un vestiaire ne peut être qu’une bonne chose. On imagine combien de conseils il pourrait donner à des jeunes voire même à des joueurs plus expérimentés en terme de technique, de capacité à scorer, d’éthique de travail et surtout d’hygiène de vie. Oui, passer dix-sept saisons au plus haut niveau n’est pas donné à tout le monde. Joe Cool, s’il venait à être conservé en lieu et place de Christian Wood, pourrait en effet avoir un impact fort dans un vestiaire avec pas mal de jeunes comme Luke Kennard ou Sekou Doumbouya pour ne citer qu’eux. De plus, même si son temps de jeu risque d’être limité, cela ne poserait pas un énorme problème puisqu’il ne faut pas beaucoup de minutes à un shooteur comme lui pour contribuer vite et bien sur le terrain. En défense, cela risque d’être un peu plus compliqué, mais il reste une menace offensive à surveiller, même à 38 ans. Malheureusement, son âge avancé pourrait être un frein à la progression des Pistons qui ont clairement besoin de joueurs prêts et motivés pour se battre pour les Playoffs au lieu de joueurs en plan pré-retraite. Du coup, faire le choix Joe Johnson serait intéressant en terme d’expérience, de vie de groupe et de talent, mais ce n’est peut-être pas nécessairement ce qu’il manque réellement à Detroit pour progresser.

Christian Wood : un jeune joueur prêt à en découdre

Celui qui a suivi la présaison des Pistons n’a pas pu passer outre : Christian Wood. Il est clairement avec Derrick Rose le joueur le plus en vue lors de ces matchs de préparation. Concentré, agressif, propre et complet offensivement, l’ailier fort longiligne sait qu’il doit gagner sa place en NBA et a donc décidé de saisir à fond la chance que lui a donnée les Pistons en le signant à la mi-juillet. Arrivé dans le Michigan après une toute fin de saison intéressante du côté des Pelicans l’année dernière, Wood n’était pas sûr de retrouver une franchise durant l’été. Heureusement pour lui, Detroit l’a pris et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’intérieur est surmotivé. Agressif dans la peinture, actif en défense et au rebond, il a décidé de prendre la présaison des Pistons à son compte pour montrer à Dwane Casey qu’il est le client idoine pour compléter le roster. Lors des quatre rencontres, il culmine en moyenne à 13.5 points et plus de 7 rebonds en 22 minutes. Mais en dehors des stats, c’est l’impression visuelle qui est très positive. On sent que le joueur peut et veut se faire une place au sein la rotation intérieure derrière le duo Griffin-Drummond tout en proposant une concurrence au généreux mais toujours limité Thon Maker. Du coup, chaque minute passée sur le terrain est importante. Et ça, le joueur l’a bien compris.

Mais en définitive, quel type de joueur est-il ? Et bien Christian Wood est un attaquant avant tout. Assez technique au poste bas et bon sur pick and roll, il peut également s’écarter pour shooter, ce qui fait de lui un joueur assez imprévisible et capable d’évoluer  assez aisément aux côtés d’un pivot dominant. En effet, sa panoplie offensive et ses fondamentaux solides font de lui un joueur idéal en sortie de banc pour apporter du scoring et de la variété. En défense, on ne peut pas dire que le garçon soit un expert. Assez frêle pour un joueur de sa taille, il paraît trop léger pour défendre sur les pivots et trop lent pour contenir les ailiers modernes de NBA qui se muent de plus en plus en ailiers forts. Néanmoins, Wood va au charbon, donne ce qu’il peut donner et reste un joueur long et grand, ce qui lui permet de gratter du rebond et de contester les tirs plus ou moins efficacement. En tout cas, compte tenu de ce que l’on a pu observer jusqu’à maintenant, l’ancien joueur de NOLA semble être clairement en avance sur Joe Johnson, d’autant plus que son profil servirait davantage aux besoins de l’équipe. En effet le secteur intérieur, bien qu’il soit occupé par deux stars dans le cinq majeur reste assez pauvre sur le banc avec pour seuls remplaçants Markieff Morris et Thon Maker. Les Pistons ne se priveraient donc pas d’un autre grand pour compléter leur rotation dans la peinture. Christian Wood a montré qu’il pouvait apporter quelque chose en plus et de différent en sortie de banc tandis que sa fougue pourrait être bien utile à Detroit pour amener du punch et de la motivation en vue d’une qualification en Playoffs. Ne reste maintenant plus qu’à attendre la décision du coaching staff mais, pour nous, le choix semble évident.

source image : USA today

Laisser un commentaire