19 minutes 3 ans

Après notre petit rendez-vous sur Périscope concernant les attentes et l’analyse du roster des Pistons en vue de la saison à venir, voici le temps de coucher tout cela par écrit. Les nouvelles recrues, les rookies et le développement des jeunes ont déjà été largement abordés par Valentin lors du Périscope. De ce fait, cette preview écrite portera essentiellement sur les trois axes principaux de la saison de Detroit, à savoir : Blake Griffin, Andre Drummond et Dwane Casey. Let’s go !

Blake Griffin, un monstre qui en demande qu’à gagner

Ça y est. Désormais, Blake Griffin n’est plus un nouveau à Detroit. Il a montré quel type de joueur il était, ce qu’il avait en magasin pour aider les Pistons à grandir et a prouvé qu’il avait les épaules pour être une première option dans une équipe qui joue pour gagner. L’année dernière fut difficile pour lui : nouveau coach, nouveau staff, effectif peu talentueux autour de lui, tous les voyants n’étaient pas forcément au vert pour revoir Griffin et les Pistons jouer les premiers rôles à l’Est. Et pourtant, l’ailier fort a assuré et assumé son rôle avec beaucoup de motivation et de talent, beaucoup de talent. Mais aujourd’hui, tout cela est derrière et une nouvelle saison l’attend. Et forcément, on en voudrait encore plus de lui, ce qui paraît normal car après tout, il demeure l’un des joueurs les plus forts à l’Est individuellement. Avoir du talent, c’est bien, scorer tous les soirs aisément, c’est encore mieux, or, faire gagner son équipe, c’est une autre paire de manches. Aujourd’hui, Blake Griffin est un monstre, un joueur complet et difficile à arrêter en attaque qui a énormément progressé au tir et dans la création doublé d’un leader de plus en plus suivi et respecté à Detroit. Pourtant, son équipe ne joue pas les premiers rôles à l’Est. Aujourd’hui, il est en effet le poumon, le cœur et les c******* de cette franchise et sans lui, les Pistons seraient certainement l’une des pires équipes de la Ligue. Or, ce qu’il manque encore à l’ailier fort, c’est non plus seulement élever son propre niveau de jeu mais il s’agit également de rendre meilleurs les autres autour de lui, même si cela paraît parfois difficile voire impossible, mais cela fait partie aussi du boulot de franchise player.

Heureusement cet été, le front-office des Pistons s’est bougé pour améliorer l’effectif comme il le pouvait en amenant des joueurs globalement plus expérimentés et plus talentueux. Parfait, mais cela ne change rien si Blake Griffin ne repart pas sur les mêmes bases que la saison dernière. Oui, les Pistons à aujourd’hui ont encore cruellement besoin d’un Griffin ultra-performant pour espérer quelque chose en fin de saison. C’est toujours lui qui a les clefs du camion et c’est à lui que reviendra la lourde tâche de porter les Detroit Pistons la saison prochaine. Et pour cela, la franchise ainsi que le joueur se sont accordés pour limiter les minutes de l’ailier fort afin d’éviter de revivre l’enfer de la fin de saison dernière pendant laquelle les Pistons étaient à deux doigts de voir les Playoffs leur passer sous le nez à cause d’un Blake Griffin une nouvelle fois inquiété par son foutu genou. Cette fois, plus de risque : Quake jouera moins, mais jouera mieux. En 2018-19, rappelons que Griffin a réalisé la plus belle saison de sa carrière en compilant 24.5 points, 7.5 rebonds ainsi que 5.4 passes de moyenne, du jamais vu dans l’histoire des Pistons. L’ailier fort est comme un poisson dans l’eau à Detroit et a retrouvé toutes ses sensations. Aujourd’hui âgé de 30 ans, le joueur est en plein prime et sait qu’il est temps de passer un step supplémentaire en NBA, autrement dit passer de superstar au talent hors normes à un joueur qui fait davantage gagner son équipe. Il doit impliquer encore davantage ses coéquipiers, les guider au maximum, développer une meilleure alchimie avec Andre Drummond d’un côté du terrain comme de l’autre. En définitive, faire comme l’année dernière, mais en beaucoup mieux. Physiquement, le joueur sait où sont ses limites. Techniquement, il n’en a pas. Or, aujourd’hui, le staff et lui sont sur la même longueur d’ondes donc, fais nous rêver Blake !

Andre Drummond : l’année charnière ?

En voilà un qui doit se poser beaucoup de questions à l’orée de cette nouvelle saison. En effet, le pivot symbole des Pistons est en année de contrat puisqu’il a lui-même affirmé vouloir tester le marché l’été prochain. Preuve d’une envie d’ailleurs ? Pas forcément, mais il faudra montrer encore mieux que la saison passée pour espérer que Detroit allonge la thune pour prolonger le numéro 0. L’année dernière, Dre a une nouvelle fois fait étalage de sa domination sans pareille dans les raquettes NBA. La bête sauvage a compilé plus de 17 points accompagnés de 15.6 rebonds en 79 matchs disputés, le témoignage d’un monstre physique et athlétique assez unique en NBA. Or, tous ce sefforts sous les cercles ne permettent pas aux Pistons de progresser significativement dans la Conférence Est et Drummond, tout dominateur qu’il est dans la peinture, ne fait pas gagner Detroit outre mesure. Et cela doit forcément trotter dans la tête du front-office, du joueur lui-même, voire même du coach à la longue. Le constat semble donc simple pour le pivot, progresser pour gagner davantage de matchs et d’argent à partir de la saison prochaine, ou continuer sur ses bases solides mais qui ne suffisent plus pour espérer quoi que ce soit. Voilà où en est l’intérieur de Detroit aujourd’hui.

Que faire donc pour satisfaire tout le monde ? Et bien le pivot le sait et s’est mis à bosser cet été : les choix offensifs, le jeu de passes, le jeu d’attaque notamment au poste bas, la défense extérieure, la rigueur en protection d’arceau ainsi que tous les autres secteurs censés faire passer un cap au joueur en vue d’une prolongation de contrat en 2020 et faire des Pistons une place forte en NBA. Car oui, la franchise du Michigan se doit d’avoir un meilleur Andre Drummond aux côtés de la star Blake Griffin si elle souhaite se frotter plus sérieusement au gratin de sa conférence en Playoffs. Le gros pingouin doit en effet être plus influent dans le jeu de son équipe au lieu d’être un simple gobeur de rebonds et bon défenseur. Il devra être capable dès la reprise de devenir un vrai pilier de défense doublé d’un joueur capable de davantage de choses en attaque. Une tâche qui s’avère difficile mais pas impossible pour un joueur encore jeune avec une marge de progression encore importante. D’autant plus que cette potentielle progression aurait comme finalité de satisfaire tout le monde puisque la franchise serait heureuse de compter dans ses rangs un réel lieutenant solide pour Blake Griffin tandis que le joueur serait alors assuré d’être prolongé par Detroit à un salaire qui lui conviendrait. L’équation est donc quasiment toute faite : soit Drummond passe un cap et resigne à Detroit, soit il continue sur ses standards solides mais insuffisants et alors il faudra trouver un meilleur lieutenant pour accompagner Blake Griffin. La saison 2019-20 semble donc décisive pour le pivot.

Dwane Casey : améliorer le jeu offensif

Si la pression sur le terrain sera sur les épaules de Blake Griffin et Andre Drummond, l’homme qui devra assumer les attentes placées en lui sur le banc n’est autre que Dwane Casey. En effet, le Coach of the Year 2018 est sur e point de démarrer sa deuxième saison sur le banc de Detroit et forcément; après une première année en dents de scie, on est en droit d’espérer mieux d’un coach de sa trempe. Avant de parler des choses qui fâchent, il faut admettre que Casey a remis beaucoup d’ordre dans la maison Pistons depuis le départ de Stan Van Gundy : une attitude et un état d’esprit sur le terrain irréprochables, une rigueur défensive retrouvée et la responsabilisation de certains jeunes joueurs qui ont engendré un progrès certain, notamment Luke Kennard et Bruce Brown Jr. Cela dit, en terme de résultats et de jeu à proprement parler, on ne peut pas vraiment dire que ce soit la panacée. En effet, hormis le système d’isolation pour Blake Griffin et le tir à trois points à outrance, il n’y avait pas grand chose à se mettre sous la dent pour les fans qui n’ont toujours pas l’envie de remplir les gradins de la Little Caesars Arena. Le jeu offensif de Detroit a été très pauvre, sans idée, sans véritable identité propre et très tourné sur le talent de Griffin. Certes, l’effectif n’était pas ultra talentueux, mais un coach digne de ce nom se doit de faire mieux que ce que l’ancien coach des Raptors nous a proposé l’année dernière.

Et pour cela, Casey a désormais de la meilleure came à disposition pour pouvoir instaurer de nouveau systèmes et un jeu offensif plus excitant, tout en gardant une certaine assise défensive. Il est vrai que l’identité historique du jeu de Detroit est plutôt tourné vers la défense, mais la NBA moderne exige aujourd’hui un certain niveau offensif si l’on veut progresser. Avec l’arrivée de Derrick Rose, Markieff Morris et Tony Snell, Casey devra pouvoir attaquer mieux, de manière plus variée et plus intelligemment. À lui d’utiliser les qualités de ces trois nouvelles recrues pour amener de nouvelles options en attaque. La saison dernière, les Pistons était la sixième équipe qui tirait le plus à trois points alors qu’elle n’était que vingt-sixième de toute la Ligue en pourcentage de réussite dans le domaine : une statistique qui témoigne d’un grand manque d’inspiration du coach. Il faut absolument que cette année 2019-20 soit celle du renouveau pour Dwane Casey en terme d’idées offensives. En outre, l’entraîneur des Pistons devra gérer deux dossiers importants : en premier lieu le load management concernant Blake Griffin en terme d’utilisation du joueur et d’adaptation de l’équipe en l’absence de leur leader offensif ainsi que le cas Sekou Doumbouya. Le rookie, sur lequel la franchise compte beaucoup à l’avenir, sera sous la tutelle de Casey qui a précisé que son poulain devra certainement faire quelques passages en G-League, naturellement. Or, en dehors de cela, il faudra s’assurer qu’il progresse à l’entraînement et faire en sorte de lui offrir une place dans la rotation lorsqu’il sera dans le groupe des Pistons en régulière. La saison 2019-20 est une année chargée pour Dwane Casey, que ce soit au niveau de ses tâches et des attentes qui seront placées en lui.

Pour ceux qui auraient manqué la preview Periscope de Valentin, ça se passe ci-dessous :

source image : AP

Laisser un commentaire