7 minutes 3 ans

Si ces trois derniers matchs sont moins bons que les précédents, il faut souligner le début de saison monstrueux de Andre Drummond qui est le principal artisan sauvant Detroit d’une misère profonde.

Avec les absences de Derrick Rose, Blake Griffin et Reggie Jackson, le pivot de Detroit se devait d’élever son niveau de jeu afin de limiter la casse dans les résultats de l’équipe. Et cette situation complexe avec les blessures aura au moins permis à Andre Drummond de mettre en lumières ses progrès dans différents paramètres, à commencer par l’attaque.

Interrogé par le site officiel, Drummond précise avoir beaucoup travaillé cet été sur ses placements offensifs, sa finition et ses décisions générales. En effet, durant les douze premiers matchs, nous avons pu observer des séquences offensives réellement impressionnantes en termes de handle, de drive avec spin move et de footwork au poste sans oublier son adresse aux shoots grandissante sur hook surtout :

« Casey m’a vu le faire de temps en temps tout au long de ma carrière et il a dit qu’il aimerait que je joue plus en face du panier car je suis beaucoup plus rapide que beaucoup de gros joueurs. C’est ce sur quoi j’ai vraiment travaillé cet été: apprendre mes spots, apprendre les écarts, quand attaquer et me mettre dans une bonne position pour marquer ou trouver mon coéquipier ouvert à l’extérieur. » Andre Drummond

Avec quatre 20-20 réalisés et cinq prestations à +20 rebonds, l’intérieur des Pistons continue de marcher un peu plus sur la concurrence aux rebonds en étant d’ores et déjà le leader de la Ligue avec une moyenne de 16.8 rebonds par match. Cette régularité dans l’excellence lui a d’ailleurs valu les éloges de Kevin Durant :

« Je pense que je suis sans aucun doute le meilleur rebondeur de l’histoire. Je ne pense pas qu’il y ait qui que ce soit qui s’approche des choses que j’ai faites au niveau du rebond. C’est vraiment cool d’entendre un gars comme Kevin Durant, qui est aimé et estimé en NBA, qui apprécie le fait que je prends très au sérieux le rebond offensif et défensif. C’est mon don et c’est cool d’entendre qu’il apprécie que je fasse autant d’efforts sur ça et fournisse autant de boulot. » Andre Drummond

Une dernière déclaration quelque peu excessive mais qui peut se comprendre quand on voit la précocité du bonhomme dans ce domaine. Alors certes, il n’est évidemment pas le meilleur rebondeur de l’histoire mais ce n’est pas non plus blasphématoire qu’il le pense, du moins il prend un chemin doré pour discuter avec Rodman, Chamberlain, Russell, Moses Malone et compagnie.

Huitième saison en NBA, Andre Drummond a souvent été critiqué à plusieurs reprises durant sa carrière pour différentes raisons mais depuis deux-trois ans, le Big Penguin a progressé sur de multiples aspects de son jeu (défense, passes, lancers-francs…) afin de réaliser un début de saison historique :

« Il y a un sentiment d’urgence. J’ai beaucoup d’années dans cette ligue, et je sais ce qu’il faut pour gagner et mener une équipe. Je deviens simplement plus mature comme joueur. Tout le monde dit c’est la ‘contract year de Dre’, mais je ne pense pas. J’arrive à maturité, je sais comment je dois me gérer sur et en dehors du parquet  » Andre Drummond

Tournant à 20.1 points 16.8 rebonds 3.1 passes 1.8 steals 2.2 blocks en 35 minutes, Andre Drummond doit désormais prouver que cela n’est pas seulement une forme passagère et apprendre surtout à rester régulier avec le retours des absents. D’ailleurs, ces trois derniers matchs laissent à désirer donc attention au rebondissement imprévu.

source image : AP

Laisser un commentaire