16 minutes 3 ans

Oui, à un moment ou à un autre, il fallait que ce papier sorte. Aujourd’hui, les Pistons sont devant une réalité dure à accepter : Blake Griffin et Andre Drummond ne sont pas compatibles sur un terrain de basket. Si les deux ont l’air de bien s’entendre en dehors et qu’ils parviennent à produire de belles performances statistiques depuis qu’ils portent ensemble le jersey de Detroit, on ne peut en revanche pas dire qu’il y ait une réelle alchimie entre eux collectivement. Du coup, les résultats ne suivent pas et la franchise va devoir vite songer à prendre une décision. Laquelle ? Se séparer de l’ancien Clipper ou du pivot au numéro 0 ? Analyse.

Le cas Blake Griffin

Arguments pro Griffin : Même si aujourd’hui le timing est mauvais pour parler en bien de l’actuel poste 4 des Pistons étant donnée la difficile période qu’il est en train de vivre, il s’agirait tout de même de ne pas oublier de qui on parle. Nous ne referons pas ici le profil de Blake Griffin et de ce qu’il est capable de faire sur un terrain pour une équipe, mais rappelons simplement que l’année dernière, il a réalisé la meilleure saison de sa carrière NBA en tirant son équipe en Playoffs, le tout sur les rotules. Son match face au Thunder en avril dernier est un témoignage criant du dévouement que l’ancien des Clippers a montré sous le maillot des Pistons. Dans la défaite et sur une jambe avec son genou strappé comme pas possible, il avait envoyé 45 points et avait porté son équipe comme peu l’avaient déjà fait à Detroit. Durant cette période où les hommes de Casey dégringolaient dangereusement au classement, il a tenu tout le monde à flots et les fans de Motown les plus réticents face à l’arrivée de Blake avaient été définitivement conquis. C’est dans ce genre de performances que Griffin a prouvé qu’il était un joueur au-dessus de la mêlée et qu’il pouvait être le mâle alpha dans des moments clés de la saison. Cette année, il est certes en grande difficulté mais après tout, passer à côté d’un voire deux mois de compétition, cela peut arriver, même lorsqu’on s’appelle Blake Griffin. Dans le Michigan, ça faisait bien longtemps qu’un joueur aussi talentueux n’y avait pas évolué, et même si sa saison 2019-2020 n’est pas encore lancée, il ne faudrait surtout pas s’en séparer car il suffirait d’un nouvel élan dans sa saison et dans sa carrière pour que le front-office se rende compte qu’en vérité, il serait plus judicieux d’échanger un Drummond intrinséquement moins doué pour pouvoir entourer Quake comme il se doit et envisager un futur à court terme plus victorieux.

Arguments anti-Griffin : Malheureusement, si Blake Griffin a pu faire vibrer un temps soit peu la Pistons Nation depuis maintenant presque deux ans, un gros point noir subsiste encore et toujours dans son dossier : son corps. Au fur et à mesure des années, Quake voit en effet son propre métabollisme le rattraper. Finis les sauts au plafond et le combo puissance vitesse qui faisait fureur au début des années 2010. Aujourd’hui, même s’il a su brillamment se réinventer dans le jeu, son impact physique se réduisant d’année en année ne lui permet plus de dominer suffisamment pour être considéré comme un réel franchise player capable de porter une équipe durant une saison complète. En 2019, Blake Griffin ne peut plus enchaîner 20 matchs sans se blesser ou sans devoir être mis au repos. Aujourd’hui, il faut certainement moins de temps pour lire toute la bibliographie de Jules Verne en trois langues que son carnet de santé sur les dix dernières années. N’en déplaise à ses plus fervents admirateurs, le Blake Griffin des grandes années, c’est désormais fini. Il n’y a qu’à voir son début de saison dramatique pour se rendre compte à quel point il ne parvient plus à dominer. Aussi triste que cela puisse paraître, le corps de Blake Griffin aura été son atout principal tout comme il est aujourd’hui son pire ennemi. Du coup, maintenant qu’il a passé la trentaine, il ne faut plus passer par quatre chemins et trouver vite une porte de sortie à ce joueur tant qu’il en est encore temps. En effet, si sa saison ne se lance pas et que par malchance il se blesse une énième fois, Griffin risque de vite devenir un joueur fardeau pour les Pistons étant donné son énorme contrat.

Le cas Andre Drummond

Arguments anti-Drummond : Au tour du pivot de passer à la casserole. D’ailleurs, les arguments contre le gros pingouin ne manquent pas. Pour commencer, peut-on déjà parler de sa faible progression en attaque depuis sa Draft ? Le constat est clair, lorsque Dre arrive à Detroit en 2012, il n’est déjà pas une foudre de guerre lorsqu’il s’agit de mettre des paniers, et aujourd’hui, à quelques encamblures de 2020, ses capacités en attaque sont toujours aussi limitées ou presque. Prendre des rebonds et faire des 20-20 à la pelle, c’est beau sur la feuille de match mais ça emmène pas une équipe en Playoffs. Il faut être réaliste, le projet Drummond a échoué à Detroit. Il n’a ni l’étoffe d’un franchise player ni l’âme d’un leader pour faire quoi que ce soit. Et cela commence à peser. En huit saisons chez les Pistons, le numéro 0 n’a vu la postseason que deux fois, et encore la seconde fois, c’était grâce à Griffin. Pire, il n’y a jamais gagné un match, se faisant sweaper à chaque fois. Le constat est alarmant et devrait pousser le front office à réflexion. Les gros pivots incapables de tirer, c’était bien y a vingt ou trente ans, mais aujourd’hui, c’est des meneurs créateurs ou des freaks all-around qu’il faut pour gagner. Avec un poste 5 has been, on est juste bon à regarder les Playoffs depuis le canapé. Arrêtons de forcer avec ce joueur et profitons de ses lignes statistiques pimpantes pour l’échanger contre un joueur plus moderne sur un autre poste. Avec Blake Griffin qui est beaucoup plus talentueux, il faut se servir de la cote de Dre pour entourer l’ailier fort et alors à ce moment-là, on pourra commencer à parler des Playoffs comme quelque chose de banal.

Arguments pro-Drummond : Facile de tirer sur l’ambulance, mais peut-on s’arrêter deux minutes et analyser un peu dans quel bourbier est engouffré le pauvre Dede depuis qu’il a été drafté ? Décisions peu judicieuses, front office qui change tous les deux ou trois ans, coaching calamiteux etc. Drummond a dû composer avec des personnes peu compétentes au-dessus de lui. Et pourtant, il a toujours répondu présent. Tous les ans, le pivot bouge son gros popotin pour cette franchise. Avec son talent certes limité, il a toujours fait ce qu’il pouvait sans se la ramener. Qu’on le veuille ou non, Andre Drummond est déjà un monument à Detroit : des rebonds à ne plus quoi savoir en faire, des lignes statistiques dignes des meilleurs intérieurs de la Ligue et même des records de franchise qui tombent, à 26 ans seulement. Non, il n’est pas question de se priver d’un joueur comme cela. Et au passage, Andre est aux antipodes de Griffin physiquement. Quand l’un se blesse toutes les trois semaines, l’autre enchaîne les matchs à une allure folle. Chaque année, c’est au moins 80 matchs si ce n’est pas 82. Maintenant certes, on sait que ce n’est pas un franchise player et son impact sur les matchs est souvent trop peu important, mais quand est-ce qu’il aura le droit d’évoluer avec un meneur digne de ce nom ? Nous ne parlerons pas de Reggie Jackson ici mais il n’y a qu’à voir ailleurs : les Clint Capela, Rudy Gobert, Steven Adams ou même Hassan Whiteside sont tous intrinsèquement inférieurs ou égaux à Drummond. La différence est que ces derniers cités ont eu la chance d’évoluer avec des meneurs dominants, ce qui leur a permis de devenir des lieutenants fondamentaux dans des équipes qui gagnent. Dre n’a jamais eu cette opportunité. Le laisser partir serait un aveu d’échec de la part des Pistons. Pas de doute, il faut resigner le pivot l’été prochain. Mais pour l’heure, profitons de la cote encore intéressante de Griffin sur le marché pour tenter de récupérer un meneur solide de niveau All-Star en échange et on verra alors à quel point les qualités de Drummond en défense et au rebond pourraient être essentielles à Detroit pour redorer son blason.

Et vous qu’en pensez vous ? Construire autour du talent indéniable de Blake Griffin en se séparant de Drummond ou profiter encore des qualités fondamentales de ce dernier en tant que lieutenant aux côtés d’un gros joueur extérieur. Le débat est ouvert et devrait générer pas mal de réflexions dans les bureaux du front office. Ce qui est certain, c’est que la situation commence à devenir urgente et qu’une décision va devoir être prise et qu’elle aura un impact majeur pour la suite.

L’avis de la rédac’ :

  • Valentin : OUT Drummond / OUT Griffin
  • Enzo : IN Drummond / OUT Griffin
  • Charles : OUT Drummond / OUT Griffin
  • Hugo : OUT Drummond / OUT Griffin
  • Loïc : OUT Drummond / OUT Griffin
  • Louis : OUT Drummond / OUT Griffin

source image : sb nation

Laisser un commentaire