4 minutes 3 ans

Match après match, les Pistons parviennent toujours à nous impressionner… par leur nullité. Face aux Celtics, les Pistons nous ont gratifié d’une nouvelle disasterclass. Résultat : 114-93.

25 turnovers. Rien que ça. À croire que Detroit a tout fait pour perdre ce match. Un body langage honteux et une cohésion d’équipe hasardeuse a largement fait les affaires de Boston qui n’a pas eu à forcer son talent pour repartir tranquillement avec la victoire.

L’un des seuls à avoir montré un peu d’envie est le très limité mais toujours volontaire et énergique Thon Maker. Ce dernier résume en quelques mots la soirée cauchemardesque vécue par les hommes de Dwane Casey.

« Nous nous sommes battus nous mêmes. On s’est réellement mis en difficultés nous-mêmes avec ces balles perdues. Ce ne sont pas eux qui nous ont battu. » Thon Maker

Difficile de dire le contraire. Les Pistons ont peiné toute la rencontre pour faire ne serait-ce qu’une possession propre et construite en attaque. Tout était forcé, sans idée, sans saveur.

Une animation offensive très pauvre qui amène encore à réfléchir sur le coaching de Casey. D’ailleurs, ce dernier a comme à l’accoutumée trouvé une bonne excuse pour expliquer la déconvenue de la nuit dernière.

« Il nous manquait deux ball-handlers importants en Luke (Kennard) et Blake (Griffin). Derrick Rose a trop joué alors qu’à la base, nous avons Luke et Blake. Mais ce n’est pas une excuse. Nous avons essayé de jouer en posant de simples écrans avec des joueurs capables de manipuler le ballon. C’est une ligue axée sur les guards, et quand tu n’en as pas, tu n’en as pas. » Dwane Casey

Même si dans le fond, les absences de Griffin et de Kennard sont forcément préjudiciables lorsqu’on affronte une équipe comme les Celtics, cela n’excuse pas la prestation chaotique des Pistons hier soir.

Ce soir, Detroit accueille Chicago. Si les hommes de Casey venaient à perdre encore, la crise sera définitivement déclarée.

source image : Getty

Laisser un commentaire