9 minutes 3 ans

Présent au Staples Center pour la rencontre face aux Clippers, le propriétaire des Pistons est revenu sur ce début de saison désastreux.

Aux micros de FOX Sports Detroit, Tom Gores a avoué que la première partie de la saison est loin de remplir les attentes fixées l’été dernier. Avec un bilan de 12 victoires et 23 défaites, les Pistons pointent timidement à la onzième place – très proches des bas-fonds de la ligue.

Depuis son rachat de la franchise en 2008, le milliardaire nous avait habitués à jouer l’éternel optimiste à la langue de bois en conférence de presse. Cette nuit, c’est un Tom Gores énervé et inquiet qui a parlé. Conscient des maux de l’équipe, il va organiser dans les prochaines semaines une réunion de crise avec les dirigeants (Ed Stefanski, Malik Rose, Arn Tellem, Gregg Polinsky…) afin de discuter de la situation et du projet en place à l’approche de la Trade Deadline

« Nous devons tout analyser : nous ne gagnons pas, donc on doit évaluer la situation. Je pense qu’en tant qu’organisation nous devons nous réunir durant le mois de janvier afin de discuter de certaines choses. » Tom Gores

Alors évidemment, Tom Gores n’a pas omis de rappeler que malgré l’irrégularité, le manque de victoires, la faiblesse du jeu produit, il est vrai que Detroit n’a pas été gâté en termes de blessures. En effet, Dwane Casey a aligné dix-huit cinq majeurs différents depuis le début de saison et hormis Langston Galloway, tous les autres joueurs du roster ont connu des pépins physiques plus ou moins graves :

« Nous avons eu beaucoup de blessures et nous pensions être capables de gérer la situation. Finalement, nous avons encore beaucoup de travail à faire. Nous ne gagnons pas et le bilan est tel qu’il est aujourd’hui donc nous devons chercher des solutions. » Tom Gores

Aujourd’hui encore, Motor City doit composer sans ses cadres toujours bloqués à l’infirmerie (Blake Griffin, Reggie Jackson, Luke Kennard, Markieff Morris…) mais Tom Gores reconnaît que la situation est aussi due à une mauvaise construction de l’équipe l’été dernier – déjà jugée trop injury prone :

« Il est difficile de survire à cela. C’est malheureux. Nous avions préparé des plans pour les minutes de nos joueurs mais nous avons eu de la malchance (ndlr. des blessures). Mais d’autres équipes aussi sont malchanceuses. C’est à nous de construire une équipe capable de gérer ces situations. » Tom Gores

L’objectif reste de gagner et d’aller en Playoffs : il ne s’est jamais caché d’avoir des ambitions haut placées pour Detroit. Cependant, les Pistons voient enfin le bout du tunnel de cette situation bloquée depuis 2016. Et peut-être serait-il temps de profiter de cette libération pour reconstruire l’équipe à défaut de poursuivre sur ce chemin bancal qui ne mène nulle part ? 

« Nous devons gagner. L’année dernière, nous avions montré de bons moments et nous espérions progresser cette année. Beaucoup de choses sont prometteuses. Je pense que nous avons une bonne équipe aux shoots mais finalement, nous ne gagnons pas. Il va falloir discuter sérieusement. » Tom Gores

Dans cette situation inconnue, Andre Drummond est une autre énigme particulière. Il a une player option à 28,8 millions de dollars pour la saison prochaine. Néanmoins, même s’il a reconnu vouloir prolonger son aventure dans le Michigan, le pivot doublement all-star a fait allusion au fait qu’il pourrait tester la Free agency, ce qui laisserait les Pistons sans contrepartie s’ils ne l’échangent pas avant le Trade Deadline cette saison.

Egalement interrogé à ce sujet, Gores a botté en touche en affirmant que la décision reviendrait quoiqu’il arrive à Andre Drummond et que pour le moment, il y a trop de brouillard dans le projet des Pistons cette saison pour prédire l’avenir :

« Andre (Drummond) devra faire prendre une décision tout seul. Alors nous allons attendre et voir le choix qu’il fera. C’est un grand joueur. Aujourd’hui, il y a beaucoup de paramètres inconnus dans notre notre situation. Il est difficile de prévoir quoique ce soit avec les blessures, la malchance… » Tom Gores

Reculer d’un pas pour mieux avancer ? Pourquoi pas. Detroit a plusieurs éléments dans leur sac qui pourrait faciliter les fondations d’une reconstruction.

L’été prochain, la franchise du Michigan aura un grand nombre de free agents avec/sans restriction : Reggie Jackson, Langston Galloway, Thon Maker, Tim Frazier, Svi Mykhailiuk et Christian Wood. Auquel il faut ajouter les players options de Andre Drummond, Tony Snell et Markieff Morris. Sans oublier que le contrat de Josh Smith sortira enfin du salary cap. L’enveloppe disponible pourrait être assez conséquente, du moins idéale pour débuter une reconstruction. 

Ensuite, plusieurs jeunes joueurs commencent à se développer sous la houlette de Dwane Casey comme Bruce Brown, Luke Kennard, Sekou Doumbouya ou encore Christian Wood (qui pourrait bien être prolongé). Il y a donc des jeunes sur lesquels bâtir un projet flambant neuf. A noter que Detroit possède également tous leurs picks de Draft sur les prochaines années. Affaire à suivre mais cela pourrait bouger à Detroit.

source image : WXYZ Detroit

Laisser un commentaire