17 minutes 3 ans

Après des mois d’attente, les fans des Pistons de l’Hexagone ont enfin eu ce qu’ils souhaitaient le plus : voir Sekou Doumbouya jouer avec un temps de jeu significatif. Lancé dans le grand bain, l’ancien limougeaud n’a maintenant qu’un seul objectif, s’imposer en NBA. Retour sur sa première semaine en tant que titulaire chez les Pistons.

Entre stages en G-League et séances d’observation depuis le banc, Sekou Doumbouya a enfin eu de quoi s’exprimer, et comment. Très peu utilisé lors des deux premiers mois de compétition par Dwane Casey, le rookie a été finalement propulsé dans le cinq de départ vendredi dernier pour y affronter les Clippers de Kawhi Leonard et Paul George. Un peu curieux comme choix me direz-vous, mais rappelons que cette titularisation soudaine est avant tout un concours de circonstances : Markieff Morris et Blake Griffin tous deux blessés, il fallait un profil capable d’évoluer vraiment sur le poste 4. Coup de bol du coup ? À moitié. Si il est vrai que les indisponibilités répétées des joueurs sur son poste lui ont permis de se faire une place plus facilement et plus tôt que prévu dans le cinq majeur, l’adversaire qui allait lui faire face dans ce baptême du feu n’était pas le plus aisé. En effet, le franco-guinéen a goûté au gratin tout de suite : Kawhi Leonard. Pas mal pour se faire les dents non?

« Devoir se coltiner Kawhi pour votre première titularisation et ce soir enchaîner avec Draymond, difficile de faire pire mais il a été à la hauteur. Il est vraiment alerte sur le terrain. Il a un gabarit impressionnant, il est polyvalent. On a besoin de joueurs comme lui. » Derrick Rose

Heureusement, Sekou Doumbouya est un homme de défi. Lui qui a toujours dû composer avec sa précocité depuis le début de sa carrière, le fait de se retrouver face à une superstar pour débuter n’est finalement qu’une suite presque logique de ce qu’il a connu jusqu’à présent. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce vécu de jeunot évoluant face à des joueurs plus accomplis et expérimentés lui ont donné une force de caractère très intéressante et une propension importante à ne jamais avoir peur. Face à Kawhi Leonard, il s’est certes pris des tirs sur le museau, s’est fait avoir en provoquant des fautes évitables, et a commis bien évidemment d’autres erreurs de jeunesse, mais l’impression visuelle était bonne, très bonne. Beaucoup d’envie, de l’activité en défense, peu d’hésitation en attaque, tout était bon à prendre pour faire bonne impression. Du coup, dans la défaite, Sekou a réussi à faire de sa première soirée quelque chose de positif avec 10 points et 11 rebonds. Un double-double certes acquis dans le garbage time des Clippers, mais un double-double quand même. Bienvenue chez les grands Sekou.

« J’ai été très impressionné par la manière dont il a résisté physiquement à Kawhi. Il a défendu l’un des meilleurs joueurs de la planète, il savait que les refs n’allaient pas lui faire de cadeaux mais il a été agressif. Je suis très content. Il a été l’un de nos leaders aux rebonds. C’est très important. » Dwane Casey

Seulement la NBA, laisse peu de temps pour se lancer des fleurs. Il fallait tout de suite avoir la tête au match suivant. Car oui, Sekou allait de nouveau démarrer titulaire le surlendemain face aux Warriors. Et ce coup-ci, nous-mêmes fans Français des Pistons ne pouvions nous empêcher d’avoir de l’attente. Face aux Clippers, on espérait forcément rien de transcendant. Or face à Golden State, on se disait que l’adversaire était déjà moins rude et que les Pistons allaient pouvoir développer un jeu offensif plus intéressant. Du coup, encore plus que contre Los Angeles, tous les yeux étaient rivés sur lui. Même aux States, George Blaha était enthousiaste à l’idée de le voir démarrer un match contre un adversaire a priori à la portée des Pistons. Une fois de plus, le rookie démarre le match avec le feu en lui. Il veut se montrer, peu importe ce qu’il se passe sur le terrain. Il défend aussi dur qu’il peut, s’applique en attaque, fait tout pour faire le moins d’erreurs possibles en faisant circuler le ballon. Le but n’est pas de forcer son talent mais simplement de montrer qu’il peut entrer dans le système Pistons et y évoluer efficacement. Au-delà de ce qu’il a pu produire dans ce match, l’attitude qu’il a adopté a été irréprochable. On a senti aucune peur dans ses yeux, il a relevé le défi physique et mental et en plus de cela, on a pu l’observer discuter avec Drummond, Rose et même Draymond Green. Comme une preuve qu’il sait qu’il est dans une phase d’apprentissage et qu’au lieu de s’impatienter, il se nourrit de tout ce qui l’entoure pour travailler son jeu et son état d’esprit.

« Il joue dur avec beaucoup d’agressivité. Il joue juste son jeu. C’est ce que je lui dis à chaque match : joue simplement ton jeu. Qu’il fasse ce qu’il a à faire sans y réfléchir. Et c’est exactement ce qu’il fait. » Bruce Brown

Cela dit, il fallait tout de même matérialiser cette attitude sur la feuille de stats. Car en NBA, faire bonne figure c’est bien, mais produire des chiffres, c’est mieux. Et bien vous savez quoi ? Il a rempli la mission. Face aux Warriors, il a réitéré avec un nouveau double-double : 16 points, 10 rebonds et 2 passes accompagnés tout de même de 2 interceptions et 1 contre. Sans oublier cette magnifique séquence où il contre son vis-à-vis sur la planche avant de redonner l’avantage à son équipe sur un gros tir primé en transition. Le genre d’action qui fait gagner des points auprès d’un coach. Encore une fois, il a joué sans peur, avec envie et détermination. Le tout couronné en plus par une victoire solide au Chase Center. Un match plein pour lui et qui intervient après sa deuxième titularisation seulement. Tout a roulé ce soir-là et son apport a été remarqué par le coach qui sait désormais qu’il a un jeune joueur doué et déterminé entre les mains. Du coup, Casey a retrouvé sa réputation de coach de jeunes puisqu’il n’a eu aucune hésitation au moment de rencontrer les Lakers pour le titulariser une troisième fois consécutive face au meilleur joueur de la Ligue. Plus le temps pour le dorlotage, Sekou est dans le bain maintenant et il va devoir assumer face aux Angelinos.

Le rêve continue donc pour le numéro 45. Après Kawhi Leonard et Draymond Green, voici venir LeBron James. Sympathique la première semaine en tant que titulaire non ? C’est le plus gros défi pour lui mais encore une fois, il y va sans broncher. Pas froid aux yeux le gamin. Cette fois, il parvient à se faire remarquer, mais moins que les deux fois précedentes. Pas très adroit en attaque, il est plus concentré sur la défense, que ce soit sur LeBron James ou Anthony Davis. De ce côté du terrain, on sent bien qu’il s’y plaît. Prendre part au défi de limiter son vis-à-vis, de lui faire aucune concession. Dans ce match, il score tout de même 11 points et prend 5 rebonds avec toujours autant d’activité et de sacrifice. Mais ce qui est assez agréable à noter, c’est qu’après les 38 minutes à San Francisco, Sekou en a joué 34 au Staples Center, preuve de la confiance totale que le coach lui confie. En 34 minutes donc, il fait certes une petite production statistique mais sort du match avec un petit contre sur AD. C’est pas grand chose, mais ça fait plaisir. A l’arrivée, c’est forcément une défaite logique mais dans un match où les Pistons ont lutté jusque dans les dernières minutes. L’expérience et le talent des Angelinos aura fait la différence mais Sekou aura fait un match à l’image de son équipe, courageux et altruiste.

« Je ne suis pas surpris, il est professionnel depuis plusieurs années. Il a déjà la dureté qu’il faut pour jouer à ce niveau. Pour lui, il s’agit davantage d’apprendre les nuances du jeu NBA. Connaitre les joueurs de cette ligue, et savoir comment les défendre. » Andre Drummond

Voilà pour la première semaine du jeune joueur de 19 ans. La NBA lui a enfin souhaité la bienvenue et il a plutôt été à la hauteur de l’événement. Face à des adversaires tenaces, il a su donner le maximum de ce qu’on pouvait attendre de lui. Des étoiles dans les yeux ? Sûrement un petit peu, mais c’est surtout de la concentration qu’on a pu lire dans le regard de Doumbouya. Le visage d’un joueur qui veut faire son trou à Detroit. Dire que l’ancien joueur de Poitiers a largement relevé le défi n’a rien de chauvin ou de surcoté. Dans le contexte difficile de la saison des Pistons face à des adversaires parfois plus forts parfois à la portée de Detroit, il a su répondre en conséquence et se tenir prêt. Pour l’instant, après trois petits matchs, tous les voyants sont au vert. Désormais, Motor City retourne à l’Est pour y affronter les Cavaliers deux fois consécutivement. Espérons que sa détermination soit la même et qu’il puisse continuer à nous satisfaire, que ce soit dans les stats ou dans l’attitude.

source image : getty

Laisser un commentaire