12 minutes 3 ans

Dans une saison plus décevante que ce qui était attendu, l’équipe du Michigan fait néanmoins parler d’elle avec sa jeunesse. Les blessures des cadres ont amené Dwane Casey à responsabiliser les joueurs avec peu d’expérience dans la ligue, et leur développement a l’air d’être concluant. Entre titulaires, joueurs de banc, ou joueurs de G-League, ils sont 8 à tenter de gagner leur place. Analyse de leur rôle, actuels et à venir, dans l’effectif de Detroit.

  • Luke Kennard :

Le 12ème choix de la draft 2017 a, cette saison, eu une place clé dans la rotation. Que ce soit en titulaire à l’arrière, ou en première option offensive en sortie de banc, sa place dans l’équipe est indiscutable. Ses qualités de shooteur, avec une efficacité certaine, 40% du parking, ainsi les possibilités de lui donner la mène parfois, et sa capacité à pouvoir jour les postes 2 et 3, sont un atout non négligeable pour les Pistons. De plus, sa blessure fin décembre a coïncider avec une période compliquée pour l’équipe, ce qui fait sentir que l’ancien Blue Devil a creusé son trou, et ne peut plus être considérée comme une pièce dont on peut se dispenser. Son contrat rookie est fini cet été, avec une team option qui sera sûrement levée par le management, afin de garder ce joueur solide dans la reconstruction.

  • Bruce Brown :

Le plus objectivement possible, ce joueur méritait mieux qu’un 42ème choix. Alors, certes, ce n’est pas un monstre statistique. Certes, son potentiel offensif n’est pas aussi haut que celui de Kennard, par exemple. Mais quand même, quelle polyvalence. Capable de jouer sur les deux postes de la ligne arrière, mais aussi de monter sur l’aile quand il le faut, le sophomore est un véritable couteau-suisse. Il peut mener le jeu, il est très rapide en transition, a une vision de jeu plus que correcte, et surtout, quelle défense. Meneur, arrière, ailier, même ailier fort sur certaines séquences, Bruce Brown est le chien de garde attitré du meilleur attaquant adverse. Que ce soit sur le banc, ou en titulaire, sa place dans l’équipe est très importante. Aucun doute sur sa participation à la reconstruction, lui qui possède un contrat non-garanti dès cet été.

  • Sekou Doumbouya :

Started from the G-League, now we’re here. Et par here, on entend titulaire indiscutable depuis une dizaine de matchs. Être français ne va pas aider l’objectivité de cette partie, mais quel plaisir de voir Sekou s’épanouir sous les couleurs des Pistons. Le plus jeune joueur de la ligue a enfin pris ses marques. Tout n’est pas rose, évidemment, certains matchs sont difficiles pour le franco-guinéen, mais laissons-lui le temps de se développer. Peu de joueurs ont montré ce qu’il montre à 19 ans. Que ce soit offensivement, avec sa capacité à s’enflammer au shoot certains soir, et son explosivité (coucou Tristan Thompson), ou défensivement, comme lors de son match contre LeBron James, il a montré qu’il n’avait pas peur de défendre sur des superstars. Encore sous contrat jusqu’à l’été 2021, avec une team option jusqu’en 2022, on peut garantir des beaux jours à l’orléanais dans le Michigan.

  • Sviatoslav Mykhailiuk :

On savait que les armes de l’Europe de l’Est étaient efficaces : le sniper Ukrainien le montre bien. Le spécialiste. 44% derrière l’arc. Responsabilisé depuis la blessure de Kennard, l’ancien Laker a bien montré qu’il a sa place dans la NBA. Même si on peut lui reprocher son irrégularité, il fait partie des joueurs donnant de l’espace à l’attaque des Pistons. Critiquée depuis quelques saisons pour son manque de spacing, c’est des joueurs comme Svi qui lui ont permis de changer. Bien qu’on puisse douter de ses capacités à être titulaire sur une saison pleine, l’ukrainien est un joueur de banc sérieux, capable d’être décisif quand il le faut, d’avoir un rôle d’energizer dans une second unit. Il continue de convaincre cette saison, et devrait donc donner envie au corps décisionnaire des Pistons de lever la team option de son contrat cet été.

  • Christian Wood :

Sûrement la plus grande surprise de l’effectif. Qui aurait pu attendre un tel niveau de ce joueur, au contrat non-garanti à l’entame de la saison? Sans doute peu de monde. Avec ses trois années d’expérience dans la ligue, à être transféré d’équipe en équipe sans réellement réussir à s’imposer, l’intérieur semble enfin avoir trouvé sa place dans la région des grands lacs. Première option dans la raquette en sortie de banc, avec Markieff Morris, Wood montre ses qualités des deux côtés du terrain. Capable de sortir régulièrement des partitions à 20 points, en plus de savoir défendre sérieusement sur son vis-à-vis, sa complémentarité avec Andre Drummond, et avec Sekou Doumbouya laisse présager de ses capacités d’adaptation, d’autant plus avec coach Casey le faisant jouer à l’aile sur certaines séquences. Agent libre cet été, il peut espérer continuer son aventure dans le Michigan.

  • Les joueurs de G-League : Jordan Bone, Donta Hall et Louis King

Arrivé cette année en fin de second tour, Jordan Bone fait partie des leaders du Grand Rapid Drive, l’équipe de G-League affiliée aux Pistons. Le meneur avance des statistiques plus que correctes : 18 points, 4 rebonds, et 7 passes décisives. A 22 ans, et avec la fin de contrat de Tim Frazier et Reggie Jackson cet été, il pourrait devenir une troisième option à la mène derrière Brown et Derrick Rose.

Son compère du Drive, Louis King, pourrait également rêver d’intégrer l’effectif premier des Pistons. Lui aussi possède des chiffres sérieux : 15 points, 5 rebonds, et 2 passes décisives. Néanmoins, cela semble plus compliqué pour l’ailier de s’implanter dans l’effectif. Les présences de Sekou Doumbouya, et de Kennard et Mykhailiuk l’empêcheront surement de s’imposer.

L’autre membre du Drive qui peut être sujet à une place dans l’effectif est Donta Hall. Le pivot est en double-double de moyenne, 14 points/10 rebonds, en plus d’être un protecteur d’arceau de qualité. Dans l’hypothèse d’un transfert d’Andre Drummond, il pourrait être appelé en équipe première plus vite que prévu, en tant que solution derrière Christian Wood.

On voit donc que les Pistons ont un avenir à construire avec de jeunes joueurs qui trouvent leurs marques dans la grande ligue. Avec du temps, du travail, et la chance d’avoir un coach qui n’a pas peur de responsabiliser les jeunes, la franchise trois fois baguée devrait pouvoir créer une équipe intéressante, et pourquoi pas attirer quelques grosses stars afin de devenir vraiment compétitive sur un moyen-terme.

Source Image : Detroit Pistons

Laisser un commentaire