7 minutes 3 ans

Le départ de Andre Drummond marque un tournant dans l’histoire des Pistons, un renouveau symbole d’une reconstruction nécessaire pour retrouver les sommets que cette franchise.

Interrogé par la presse locale, le senior advisor (officieusement general manager) Ed Stefanski est revenu sur les décisions récentes prises par le front office et surtout les raisons qui les ont poussés à changer leur fusil d’épaule.

En effet, le recrutement estival était jugé comme bon et le roster apparaissait comme bien supérieur à celui de l’année passée. Malheureusement, l’accumulation des blessures (quatorze joueurs sur quinze ont raté plusieurs matchs) et les mauvais résultats ont poussé les dirigeants à envisager cette reconstruction totale :

« On pensait en début de saison qu’en ayant pris Derrick Rose, Markieff Morris, Christian Wood et avec des joueurs comme Luke Kennard, on avait une belle équipe de basket. Mais à cause des blessures, on a pu aligner notre équipe au complet qu’une seule fois. » Ed Stefanski

Contrairement à ce que l’on peut croire, l’idée du projet de reconstruction a été discutée à plusieurs reprises depuis l’arrivée du nouveau front office en juin 2018. Rester bloqué aux portes des Playoffs depuis dix ans a rendu cette mythique franchise totalement insignifiante :

« On a toujours discuté de la probabilité de reconstruire, parce qu’on est dans le ventre mou et que ni nous ni les fans, ne voulons être dans cette position. Ça a été précipité par les blessures, par notre bilan. On a alors décidé que c’était le moment de bouger, et c’est ce qu’on a fait. » Ed Stefanski

Néanmoins, Stefanski tient à clamer toute sa confiance en cette jeunesse d’ores et déjà présente à Detroit. Cette saison, les jeunes Svi Mykhailiuk, Brice Brown, Christian Wood, Luke Kennard et Sekou Doumbouya ont montré de belles choses pour l’avenir. Et la flexibilité financière doublée d’un pick de Draft normalement haut devrait permettre aux Pistons d’encadrer cette base un peu fragile :

« Ce que l’avenir nous réserve va être intéressant. Depuis deux ans, on n’avait pas cette flexibilité. Maintenant on l’a. Comment l’utiliser à bon escient ? Pour signer des joueurs, pour collecter des assets tout en réalisant des trades ? Il y a différentes possibilités. Bien sûr que c’est bien d’avoir de la flexibilité. Maintenant, à nous de faire les bons choix. La Draft va également être importante avec nos picks » Ed Stefanski

A moins de trente matchs de la fin de saison, l’objectif n’est évidemment plus de jouer les Playoffs mais plutôt de donner des minutes à ces jeunes, de les observer, de les jauger afin de préparer au mieux la stratégie estivale qui s’annonce capitale pour le futur de l’équipe :

« On va donner la chance aux jeunes. Leur développement est important. Tom Gores a donné d’incroyables ressources au domaine du développement et on le voit cette année. Bruce Brown s’est amélioré, Svi Mykhailiuk et Christian Wood aussi, et Sekou, c’est les montagnes russes. Il vient d’avoir 19 ans. Il a joué exactement comme je l’avais imaginé jusqu’à présent. Il y a des fois, tu vas dire « Wow ! » et d’autres où tu vas te demander qui c’est. Mais je suis satisfait de ce qu’il a montré et s’il continue comme ça, qu’il reste concentré à vouloir être le meilleur joueur possible, on tient peut-être quelque chose. » Ed Stefanski

Même si cela s’annonce difficile, il va falloir accepter que le projet actuel ne concerne plus Derrick Rose ou Blake Griffin, encore moins Andre Drummond. La priorité est sur les jeunes mentionnés et on espère que notre patience sera aussi solide que lors de la décennie précédente.

source image : The Athletic

Laisser un commentaire