8 minutes 3 ans

La rédaction de Pistons France vous propose de manière occasionnelle cette saison un bilan général sur Sekou Doumbouya, le rookie et premier français des Pistons. Place aujourd’hui au troisième débriefing sur le mois de février.

Sekou Doumbouya est dans une phase compliquée depuis plusieurs semaines, avec des statistiques en baisse et des performances plutôt décevantes. Alors qu’on pouvait s’attendre à un second souffle avec le All Star Break, ce mois de février a plutôt ressemblé à un chemin de croix.

Le rookie des Detroit Pistons ne fait plus autant vibrer ses fans qu’à ses débuts en NBA. Ce dur retour à la réalité se retranscrit très bien dans ses statistiques. Depuis le 2 février et ses 17 points contre Denver, Sekou Doumbouya tourne en moyenne à 5,5 points, avec 30,6% de réussite au tir et 30,86% à trois points, et 3,4 rebonds. Au-delà des chiffres, c’est dans le jeu proposé que se fondent les inquiétudes. Sekou est de moins en moins responsabilisé, et peine à apporter sa pierre à l’édifice, le petit éclat qu’il arrivait à avoir avant la mi-janvier. Aux mauvaises performances s’ajoute également un rôle différent dans l’équipe, puisque Sekou n’a été titulaire qu’à 4 reprises sur les 11 derniers matchs.

Dans le même temps, les Pistons continuent leur folle course vers le 1er choix de la Draft 2020, avec 8 défaites sur les 11 rencontres disputées en février. Sekou peine toujours à trouver sa place offensivement dans une équipe de moins en moins compétitive. S’additionnent à ce problème les différentes modifications de l’effectif, ainsi que les blessures, omniprésentes chez les Pistons cette saison.

Défensivement, Sekou n’est plus le joueur agressif qui attaquait son vis-à-vis dès la réception de la balle. Même s’il commettait souvent trop de fautes, il s’épargnait les problèmes qu’il connait aujourd’hui avec un attaquant souvent plus lourd et plus expérimenté, qui ne peine plus à marquer. Une baisse de régime à l’image de son équipe, qui ne semble plus déterminée à défendre pour remporter des matchs.

Plusieurs raisons peuvent expliquer les difficultés rencontrées par Sekou. Tout d’abord, le rôle de « catch and shooter » qu’il emprunte depuis plusieurs semaines ne semble pas lui convenir. Si Sekou a largement la capacité d’inscrire des trois points en match, il n’a pas encore l’adresse suffisante pour n’exister qu’avec des tirs extérieurs. En 11 rencontres, Dr. Dooms a tenté 41 tirs à trois points pour seulement 13 paniers inscrits. Ce volume de shoots extérieurs est colossal, si on considère que depuis le début de la saison, soit en 22 matchs, il n’avait tenté que 51 tirs à trois points. Ses qualités principales résident dans le drive, le jeu dos au panier et près du cercle, des aspects de son jeu sous utilisés depuis qu’il affiche des difficultés.

Une des conséquences directes de ce point est que Sekou ne va pratiquement plus sur la ligne des lancers francs. Au mois de Février, Sekou n’est allé sur la ligne des lancers que lors de 3 matchs pour seulement 8 tentatives, un total beaucoup trop faible pour un intérieur. Pas beaucoup d’occasion donc pour se rassurer en faisant grimper le nombre de points avec des paniers faciles.

Enfin, il est important de rappeler le nombre de matchs qu’a déjà disputés Sekou Doumbouya depuis le début de la saison. En effet, en cumulant la G-League et la NBA, le total se porte à 48 matchs en l’espace de 5 mois. Il faut beaucoup de temps pour s’adapter à ce rythme, qui pour l’instant impacte directement les performances de Sekou depuis plus d’un mois. Il va être important, voire décisif, de terminer la saison dans un état physique correct pour pouvoir enchainer le très gros programme estival qui l’attend.

Si Sekou est dans le dur depuis plusieurs semaines et semble subir de plein fouet le rookie wall, il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’une étape logique pour une première année en NBA.

source image : getty

Laisser un commentaire