12 minutes 2 ans

La mauvaise saison des Pistons a montré le manque de talent pur de l’effectif, sans manquer de respect aux joueurs. Ainsi, la draft semble être un moyen sérieux d’ajouter une nouvelle pièce intéressante à un effectif jeune et en pleine reconstruction, d’autant plus avec une position qui sera certainement bonne pour la franchise du Michigan.

La Draft en elle-même : comment pouvons-nous espérer qu’elle se déroule ?

Qui dit saison moyenne, dit placement intéressant. Pour Detroit, 5ème pire bilan de la ligue rappelons-le, on peut s’attendre à un pick situé entre les places 4 et 6, sauf coup de chance, ou de malchance. Autre avantage dans le cas des Pistons, tous les postes de l’équipe peuvent être renforcés. On peut plus particulièrement cibler les postes de pivot et de meneur : il n’y a aucun véritable poste 5 sous contrat dans l’équipe, hormis Thon Maker, et la mène n’est portée que par Derrick Rose. Avec les problèmes de santé récurrents de celui-ci, couplé à l’importance des meneurs dans la NBA actuelle, il pourrait paraitre judicieux pour les Pistons d’en choisir un.

Coup de chance, la cuvée de cette année en est pleine. En effet, environ la moitié des prospects annoncés comme de probables lottery picks jouent sur la ligne arrière. Cela semble donc être une bonne cuvée pour des Pistons qui manquent de certitudes sur ces postes, et qui ont de toute manière besoin d’ajouter du talent brut à l’effectif. Néanmoins, le niveau intrinsèque de la cuvée n’est pas aussi bon que celui de la draft 2018 par exemple. En fait, l’écart entre les 4/5 premiers choix et le reste de la cuvée semble énorme, mais on a déjà vu auparavant que l’écart peut se réduire dans la grande ligue.

Quelles possibilités concrètes pour l’équipe de Motown ?

Après avoir vu comment la draft va se dérouler, on peut maintenant se demander quels choix vont retenir l’attention du corps dirigeant. Tout d’abord, évoquons les choix qui semblent raisonnables, c’est-à-dire entre les places 4 et 6. Dans les noms qui ont été associé aux Pistons, deux joueurs ont été régulièrement mentionnés : Killian Hayes et Cole Anthony. Parlons tout d’abord du français. L’ancienne pépite de Cholet a montré de belles dispositions pour la balle orange cette année en Eurocup avec le Ratiopharm Ulm, avec des capacités au scoring ainsi qu’à la gestion du jeu. Hayes semble mature pour son âge, et s’affirme déjà au haut niveau européen, avec une véritable rigueur professionnelle. Physiquement il semble être dans la lignée des meneurs modernes, avec un corps déjà prêt, 1m93 pour 97 kilos. Le fit avec Detroit pourrait donc être idéal : un meneur pouvant à la fois scorer et passer, avec un Derrick Rose pour lui montrer l’exemple, et son compatriote Sekou Doumbouya dans l’effectif. Hayes ajouterait ainsi un talent incontestable à l’effectif, à un poste clé.

Autre meneur donc, Cole Anthony. Même poste certes, mais pas même profil que Hayes. Un diamant brut. Énorme scoreur, 18 points de moyenne à North Carolina, une grosse présence au rebond, 6 par match, et 4 passes décisives, Anthony est un joueur très présent sur le terrain, dans tous les secteurs de jeu. Il a montré qu’il savait être le patron de l’équipe, que ce soit dans le leadership pur, ou dans la présence en fin de match. Mais même si son plafond offensif semble fou, de nombreux problèmes se dessinent. Seulement 39% au tir, une défense discutable, et un physique moins affuté que celui de Hayes, 1m90 pour 85kg. Il pourrait quand même être une bonne option pour les Pistons, car ils n’ont rien à perdre, mais les garanties apportées par le meneur de North Carolina semblent moins importantes que celles du jeune français.

On peut aussi imaginer d’autres options pour l’équipe de Michigan. Avec un peu de chance à la lottery, les Pistons pourraient se retrouver dans le top 4, et ainsi choisir un joueur sur le papier plus talentueux. On pense évidement au choix le plus médiatisé de cette draft : LaMelo Ball, meneur qui pourrait très bien s’adapter à l’équipe. Ensuite, un James Wiseman pourrait aussi renforcer l’équipe au poste de pivot, et il a montré ses qualités indéniables en NCAA. A l’inverse, si le choix venait à être en dessous des attentes, d’autres meneurs très corrects seraient quand même disponibles, comme par exemple un Nico Mannion ou un Tyrese Haliburton. En tous cas, cette draft apportera nécessairement un renfort plus que nécessaire dans la reconstruction actuelle, il reste donc à voir qui sera-t-il réellement.

Quid des trades potentiels ?

Comme chaque année, la cérémonie de sélection des joueurs possède son lot de surprises, et d’échanges inattendus entre équipes. Comme nous l’évoquions, les Pistons sont en pleine reconstruction, et le front office a clairement fait comprendre que personne n’était intouchable dans l’effectif, d’autant plus que certaines pièces de l’équipe attirent beaucoup. Premier exemple, Derrick Rose. On l’a vu lors de la précédente deadline, l’ancien MVP détient toujours une certaine cote sur le marché, surtout en Californie. Mais si d’autres équipes souhaitaient d’attirer la dernière année de contrat de Rose, il faudrait sûrement donner au moins un premier tour. On peut penser à des équipes comme les Blazers ou les Spurs qui pourrait vouloir signer le joueur afin de donner une profondeur au banc, et donc retrouver une place dans la course aux playoffs.

Autre joueur potentiellement concerné : Luke Kennard. Blessé longuement cette saison, l’ancien arrière du Duke a démontré qu’il avait sa place dans la grande ligue, et qu’il pouvait être plus qu’un simple streaky shooter. Encore jeune, et même si son plafond ne semble pas être si haut, Kennard pourrait intéressé de nombreuses équipes par son profil moderne et polyvalent. Ici, des équipes cherchant à renforcer leur effectif avec un contrat léger pourrait toquer à la porte d’Ed Stefanski, comme les Nets par exemple. Tout ça pour dire qu’il ne serait pas étonnant de voir les Pistons échanger une ou plusieurs pièces de l’effectif contre un ou plusieurs choix, qu’on peut estimer entre les places 10 et 20.

Ainsi, la draft sera à coup sur un moment clé pour Detroit. En pleine reconstruction, cela donnera le ton. Repartir sur des nouvelles bases en échangeant les joueurs majeurs, ou alors bâtir autour d’un cadre déjà existant, il faudra voir. Il ne serait pas étonnant donc de retrouver les Pistons avec deux choix au premier tour, eux qui n’ont rien au second. Réponse fin août/début septembre, en espérant un bon tirage.

source image : Création de JeffreyBelve
 

Laisser un commentaire