17 minutes 2 ans

La saison prochaine, les Pistons s’apprêtent à s’aventurer dans un brouillard sportif inconnu. Dans son chemin périlleux, une des rares lueurs d’espoirs qui pourrait apporter un peu de satisfaction s’appelle Luke Kennard. Quel rôle ? Quelle décision prendre avec lui ? Le developper au maximum? En faire une monnaie d’échange intéressante ? La réponse ici.

Un nouveau rôle

À partir de la saison prochaine, l’ancien étudiant de Duke aura la lourde tâche de devenir un bras droit efficace et régulier de Blake Griffin, dont les dernières nouvelles de santé ont été bonnes. De ce fait, Kennard deviendra de fait un joueur plus important dans l’effectif de Detroit dès le commencement de la prochaine saison de NBA. Stoppé en pleine bourre par une vilaine blessure au genou qui l’a écarté des parquets pendant plusieurs semaines, il n’aura même pas eu le temps de retrouver la compétition en raison de l’arrêt de la NBA due au Covid-19. Du coup, le retour au jeu risque de lui faire tout drôle car non seulement il aura le devoir de retrouver le niveau qui était le sien en début de saison 2019-20 mais il devra afficher ce niveau plus régulièrement, plus efficacement et avec le statut d’un joueur aguerri avec des responsabilités accrues dans l’équipe. Pas le plus facile des boulots, mais Kennard a su montrer par séquences de plusieurs matchs à quel point son adresse, sa création pour les autres et son intelligence de jeu pouvait être bénéfique au collectif. De plus, son profil pourrait faire un bien fou à une équipe très jeune en pleine reconstruction. En effet, il serait en mesure de diffuser son calme et sa gestion pour rendre le jeu des Pistons plus académique et moins axé sur la fougue des Brown, Sekou ou encore Wood. Malgré son jeune âge, le contexte actuel de son équipe pourrait le propulser dès la saison prochaine vers un statut de second leader derrière Griffin et Rose. Un leader peut-être pas vocal mais en tout cas sur le terrain où ses qualités ne pourront qu’améliorer le sens du collectif si cher à Dwane Casey. Lui qui a toujours clamé son bonheur de faire partie des Pistons aura donc davantage de responsabilités,ce qui ne devrait pas lui déplaire : plus de pick and roll pour lui balle en main, de création pour les autres et aussi plus de tickets pour tirer, ce qui devrait potentiellement augmenter sa moyenne de points et donc changer la perception que l’on a de lui en NBA. Oui, en NBA il suffit souvent de mettre des points pour être considéré comme un bon joueur malheureusement. Luke Kennard aura bien cette opportunité, à lui de la saisir pour prouver une fois pour toutes sa valeur en NBA mais également pour venir en aide à une franchise jeune qui se reconstruit et qui aura besoin d’un joueur comme lui. C’est sûrement l’année la plus importante pour l’arrière, celle qui déterminera son avenir ou non chez les Pistons mais également son statut de joueur en NBA.

Son développement

Peu importe la décision de Stefanski et de ses conseillers concernant l’avenir de Kennard chez les Pistons, la franchise a tout intérêt à continuer à développer au maximum le potentiel du joueur. Oui, mais comment ? Premièrement, il faudra signifier à Dwane Casey que Kennard est au centre du projet et que par conséquent son temps de jeu devra au moins aussi important que ce qu’il a été jusqu’à présent. Avant sa blessure, l’arrière tournait à quasiment 33 minutes jouées par match. Ceci doit continuer mais en essayant de lui donner davantage de liberté. L’objectif n’est pas de lui donner les clefs non plus, mais un petit double en cas de baisse de régime de Griffin ou de Rose en attaque. Cela paraît honnête pour un joueur comme Luke, pas assez talentueux pour se voir attribuer la majorité des possessions en attaque mais suffisamment intelligent et propre pour que Dwane Casey puisse tout de même lui faire confiance les soirs où il est chaud. C’est dans cette fenêtre de tir que Kennard devra performer de manière régulière et efficace. Quand Griffin est fatigué, Luke va devoir le soulager en prenant le relais. De la distribution, quelques tirs ouverts bien sentis ainsi que de l’intelligence de jeu seront nécessaires pour les Pistons mais également pour lui qui a encore des choses à prouver dans la Grande Ligue. Cette saison, le joueur a tourné à presque 16 points, 3 rebonds et 4 passes en étant la troisième roue du carrosse. Désormais, avec un effectif peu fourni dans lequel il aura de quoi s’exprimer, est-il présomptueux d’attendre de Kennard un plancher statistique proche des 20 points et 5 ou 6 passes? D’autant plus que son coéquipier Bruce Brown pourra couvrir ses faiblesses défensives. Le but n’est pas de dire que Kennard est désormais dans un fauteuil à Detroit car le talent global du roster est relativement faible, mais dans la mesure où Casey sait l’utiliser et que la franchise a besoin de lui, il se doit de répondre présent en élevant son niveau de jeu de manière significative. Étiqueté comme un shooteur quasi-exclusif à son arrivée dans la Ligue en 2017, Luke a montré des bonnes aptitudes balle en main tout en restant un filocheur très fiable en catch and shoot. Aujourd’hui, il a prouvé qu’il avait le talent pour jouer en NBA, mais il lui reste encore à trouver son créneau : devenir une réelle gâchette sur le poste 2 ou continuer à porter le ballon et créer pour les autres ? La deuxième option le rapprocherait d’un profil de meneur mais en tout cas, l’ancien de Duke doit se stabiliser dans un rôle précis où il pourra s’épanouir pour exprimer son potentiel maximum. Bien entendu, il sera aidé et guidé par Casey et son staff, mais c’est également à lui d’apprendre à connaître le joueur accompli qu’il souhaite devenir. Dans une optique de reconstruction comme celle des Pistons, il est important de savoir qui fait quoi et comment ? Surtout lorsque l’effectif sera forcé de jouer collectif si elle veut faire bonne figure étant donné le talent plafonné de ce dernier. Le développement de Luke Kennard doit être un élément central dans les mois à venir, car il jouera dans tous les cas un rôle dans les plans de la franchise au jour le jour.

Un avenir incertain ?

Si la question de son développement n’est pas à discuter, une progression significative du joueur en terme purement sportive ne garantirait pas pour autant la permanence certaine de Kennard chez les Pistons pour les années à venir. Pour l’instant, rien n’est encore planifié quant à son dossier, mais nul doute que l’idée d’un trade en cas de bonnes performances de Luke germe déjà dans la tête de Stefanski et de son staff. En effet, même si Kennard sera potentiellement un joueur important de l’effectif la saison prochaine, la question du réel plafond du joueur est à considérer sérieusement. En fait, Luke Kennard pourrait très bien devenir le genre de joueur trop fort pour n’être considéré que comme un joueur moyen mais pas suffisamment talentueux pour être vu comme une figure principale d’une équipe. Du coup, cet entre-deux, si tant est que Kennard continue à progresser, pourrait intéresser pas mal d’équipes jouant le haut de tableau et ayant besoin d’un joueur de complément efficace sur le poste 2 dans leur roster. Il n’est pas à exclure cette perspective et Stefanski devra être capable de trouver des franchises prêtes à lâcher des assets intéressants pour le récupérer. Dans ce cas, les Pistons se retrouveraient orphelins d’un joueur jeune et plutôt talentueux mais aura en contrepartie des assets qui permettraient à la franchise de voir plus haut dans l’avenir. Bien sûr, se séparer de Kennard retarderait encore un retour au premier plan mais en cas de monnaie d’échange intéressante, les Pistons se verraient tout de même en bonne posture de reconstruction. Pour appuyer la thèse d’un transfert, il faut rappeler que peu importe si l’ancien de Duke reste ou pas dans le Michigan, cela ne changera pas fondamentalement la face de la franchise d’un point de vue sportif. Certes, le roster perdra en qualité à court terme, mais on ne parle que de Luke Kennard, restons tout de même mesurés. Du coup, l’hypothèse d’un trade est tout à fait plausible en cas de bonne affaire. De plus, rappelons que le joueur arrive à la fin de son contrat garanti à l’issue de l’exercice 2020-21 et sera ensuite soumis à une qualifying offer à un peu plus de 7 millions. Une somme qui semble faible pour Kennard actuellement. Or, Detroit compte comme chaque équipe qui se reconstruit économiser de l’argent dans le salary cap. Une donnée qui alimente encore davantage l’idée d’un trade de Kennard pour éviter de le perdre contre rien en cas d’échec de négociations entre le joueur et sa franchise au niveau salarial. Bref, la question Kennard paraît facile et pas tellement importante à gérer à première vue, mais il faut réaliser que l’arrière est aujourd’hui un élément important du faible roster du Michigan, ce qui implique de procéder prudemment et intelligemment ce genre de dossier car il pourrait avoir des conséquences plus ou moins grandes sur l’avenir de la franchise.

source image : Création de JeffreyBelve

Laisser un commentaire