8 minutes 2 ans

Le grand dossier sur la reconstruction des Pistons se poursuit aujourd’hui avec la onzième et avant-dernière partie au sujet du front office. Il est vrai que l’on en parle assez peu finalement mais il n’y a pas de bon projet si les dirigeants qui tire les ficelles ne sont pas compétents. Zoom sur l’organisation plutôt particulière des Pistons. 

Ed Stefanski, véritable general manager ?

Arrivé il y a deux ans en lieu et place de Stan Van Gundy et Jeff Bower, Ed Stefanski n’est en réalité pas véritablement le general manager officiel de la franchise du Michigan puisque son statut est celui de senior advisor, c’est-à-dire celui d’un conseiller chargé de superviser les opérations de basket. Alors certes, d’une certaine manière, c’est plus ou moins le travail du GM qu’il effectue quotidiennement mais l’organisation véritable du front office de Detroit n’est en aucun cas commune au vingt-neuf autres équipes puisque l’on retrouve en haut de la pyramide : le propriétaire Tom Gores (qui ne s’implique que très peu dans les décisions sportives). Juste en-dessous on retrouve le vice-président Arn Tellem (ancien agent très célèbre en NBA qui prend part à beaucoup de décisions liées au sport) et vient seulement ensuite Ed Stefanski entouré de ses dizaines de conseillers.

En somme, Stefanski n’est pas le general manager attitré des Pistons bien qu’il fasse le même travail. Le propriétaire de Detroit a d’ailleurs affirmé à plusieurs reprises que ce n’était qu’une question de statut officiel dans l’organisation et qu’il pourrait promouvoir en un claquement de doigts Stefanski en tant que GM – même si cela ne changerait pas grand chose au quotidien en soit.

Des assistants très responsabilisés

L’avantage de ne pas avoir un general manager puissant qui pèse lourd dans l’organisation est que les assistants qui secondent Stefanski sont responsabilisés et très souvent convoités dans les décisions. Difficile de trouver une franchise où les assistants prennent autant part aux choix sportifs. Dans ce cercle d’assistants impliqués régulièrement, nous pouvons mentionner : 

  • Malik Rose : Il est probablement celui qui est le plus souvent impliqué dans les décisions. Il assiste Stefanski surtout sur la free agency. Des rumeurs ont circulé comme quoi il pourrait un jour être promu GM des Pistons. Il s’est révélé en G-League comme un très bon dirigeant avec l’équipe secondaire des Hawks.
  • Pat Garrity : Il est le seul ayant connu l’ère SVG à Detroit. Apprécié par Stefanski, il a été conservé puis promu. Plutôt polyvalent il seconde pour la Draft comme la free agency.
  • Gregg Polinsky : Troisième bras droit de Stefanski. Son rôle est avant tout d’analyser les joueurs et ce qu’il pourrait apporter s’ils venaient à être recrutés par Detroit.
  • Andrew Loomis : Il est avant tout chargé d’élaborer des plans par rapport au salary cap, aux contrats pour de potentielles arrivées. Il évalue les implications qu’un trade peut avoir sur le roster et les finances.
  • Andrea Fadini : Il est responsable scout à l’international des Pistons. Il est basé en Italie, à Vérone et est souvent impliqué à l’approche de la Draft comme l’année dernière pour Sekou Doumbouya.
  • Doug Ash : Il est responsable des scouts pour la NCAA. Il aide et guide souvent le front office dans le développement, la recherche et le choix des jeunes joueurs pour la Draft. Les Pistons ont quatre scouts NCAA en tout.

Une restructuration nécessaire ?

S’il n’y a pas eu de changements drastiques dans le front office depuis le départ de Stan Van Gundy en mai 2018, les Pistons ne sont plus aujourd’hui une équipe en quête de Playoffs. Une reconstruction va être entamée : elle risque d’être plutôt longue sur la durée donc il est important de se demander qui doit rester dans les bureaux et surtout est-ce que la direction a besoin de quelques modifications afin d’aider au mieux le développement de ce projet. Par exemple, l’été dernier, l’assistant GM Sachin Gupta a quitté les Pistons pour le Minnesota sans jamais avoir été remplacé. Peut-être il serait judicieux de soit nommer officiellement un general manager, soit de signer d’autres assistants dans le but de former la meilleure équipe de dirigeants dans ce projet de renouveau à Detroit car les objectifs estivaux à la Draft et à la Free agency ne seront définitivement plus les mêmes. La franchise du Michigan se doit de s’entourer de profils correspondants à une idée de reconstruction et de développement des jeunes.

source image : Création de JeffreyBelve

Laisser un commentaire